2014_05_agroforestry

A Dartington, dans le sud de l’Angleterre, nous avons visité un jardin expérimental nourricier qui reproduit un écosystème forestier en milieu tempéré. Créé il y a 20 ans, il est aujourd’hui autogéré et produit suffisamment de fruits, feuilles comestibles, champignons, graines et noix pour subvenir aux besoins d’un ménage.

Imaginez un jardin d’un hectare qui ressemblerait à une forêt vierge, avec des grands arbres, des arbustes, buissons, des plantes grimpantes, champignons et feuilles mortes au sol. Cette forêt jardin nourrirait en grande partie votre famille, sans que vous y travailliez plus d’une fois par semaine. Enfin, par travail… entendez prendre un panier et des ciseaux pour cueillir salades, myrtilles et autre noix. Nul besoin d’arrosage, de tonte ni de labour, et encore moins d’épandage de pesticides ou d’ajout d’engrais : les plantes se débrouilleraient toutes seules.  Vous en rêvez ? Martin Crawford l’a fait. Ce passionné d’agroforesterie mène depuis 20 ans des expérimentations sur les systèmes d’alimentation les plus soutenables et résilients possibles en milieu tempéré.

Hosta - crédit Diana Semaska
550 espèces sur 1 hectare

Mai 2014. Nous entrons dans la forêt jardin de Martin Crawford, à Dartington, dans le Devon, circonscription du sud de l’Angleterre. Pins, aulnes, châtaigniers, saules, brocolis, artichauts, poireaux sauvages, framboisiers, bigaradier, plaqueminier, bambous, pêchers, lierre… On ne sait où poser les pieds et les yeux. Deux pigeons ramiers se bécotent dans un sorbier, à 50 centimètres de nos visages. En regardant de près les feuilles poilues d’une consoude, je marche sur un framboisier sauvage. Je me décale et écrase un petit tapis de menthe et de mélisse, caché par un poivrier du Sichuan.  Sur un hectare seulement, environ 550 espèces de végétaux poussent tranquillement, comme dans un écosystème forestier. Sauf que la plupart sont comestibles. Si la méthode de la forêt jardin existe depuis des millénaires sous les latitudes tropicales, c’est un Anglais, Robert Hart, qui a expérimenté le premier la forêt jardin en milieu tempéré, dans les années 60 en Angleterre. Martin Crawford  est l’un de ceux qui ont pris le relais.

Martin Crawford goûte une fleur de sa forêt jardin - crédit Diana Semaska
Une forêt est naturellement très productive. Pas un centimètre carré de sol n’étant nu, tous les rayons du soleil sont interceptés, donc exploités pour faire la photosynthèse. Une forêt est aussi autonome : contrairement à ce qui se passe dans un champ homogène d’une seule espèce, maladies, plantes adventices et éventuels ravageurs se régulent d’eux-mêmes dans ce milieu très riche en biodiversité. Mais s’il laisse faire la nature le plus possible, l’homme intervient tout de même, précise Martin Crawford.

Ne pas tuer les plantes que l’on ne veut pas, mais laisser pousser celles que l’on veut

« Ce qui semble sauvage et bordélique est en fait géré : les plantes ont une place bien précise, et on enlève les pousses d’arbres, sinon il n’y aurait que des arbres, puisqu’une forêt a naturellement tendance à se refermer ! ». Les nouvelles pousses de bambous sont régulièrement coupées. Et il faut tailler de temps à temps un arbuste qui prend un peu trop de place et gêne l’ensoleillement. Au final, cette forêt jardin réclame le travail d’une personne durant un jour par semaine. Le printemps et l’automne réclament un petit coup de collier : « j’ai désherbé durant deux jours il y a deux semaines, il va falloir que je le refasse bientôt », souligne Martin en insistant sur le fait qu’il ne s’amuse pas à arracher une par une chaque plante indésirable. «Il n’est pas question de tuer les plantes que je ne veux pas, mais de laisser pousser celles que je veux ». Le plus gros du travail, finalement, consiste à la créer, cette forêt jardin. Il y a 20 ans, Martin a dû choisir et planter toutes les espèces, à commencer par les arbres et en poursuivant avec les strates inférieures. Et il faut être patient : ce n’est qu’au bout de plusieurs années que le système commence à être autonome et qu’il n’y a quasiment plus besoin de s’en occuper.

Martin nous explique les vertus de la consoude - crédit Diana Semaska

Une forêt jardin, c’est quoi ?

Plusieurs strates de végétaux dessinent la forêt jardin. Soit ils sont nourriciers, soit ils aident au système. Tout en haut, les arbres, qui produisent du bois et de la résine (pins) ; puis les arbustes ou petits arbres, surtout fruitiers (pommiers, pruniers, poiriers, sorbier), les arbrisseaux (néflier, mûrier, plaqueminier, cognassier, arbousier, févier d’Amérique, chêne-châtaignier jaune, azérolier), les herbacées (plantes et légumes vivaces comme la consoude, les poireaux sauvages, l’oseille, l’osta, l’oya, l’ail des ours), les  couvre-sol (fraisiers, ronces, gaulthérie, etc.), la strate mycélienne (champignons, légumes-racines) et les plantes grimpantes (kiwis, lierre, vigne).  Toutes ces plantes sont natives de partout dans le monde. « Si on n’utilise que des plantes originaires du Royaume-Uni, on mourra de faim. Et puis l’Angleterre a une longue histoire d’importation d’espèces de végétaux, lesquelles sont devenues en quelque sorte, au fil du temps, natives ».

La consoude, extraordinaire pour les pollinisateurs

Les plantes ne sont pas placées au hasard. On les plante ici ou là en fonction de leurs exigences en soleil, en humidité, en nutriments, et aussi en fonction de leurs affinités avec d’autres plantes. Point important: les espèces qui enrichissent le sol en nutriments sont indispensables : elle rendent ces derniers disponibles pour les autres végétaux. C’est le cas du cornouiller et de l’aulne, qui fixent l’azote de l’air et le rendent disponibles dans le sol; et aussi de la valériane officinale et de la consoude, qui vont chercher le phosphore et le potassium profondément dans le sol grâce à leurs grandes racines, et les ramènent à la surface. La faune n’est pas négligée. Une petite mare accueille « une très grosse population de grenouilles » qui mangent les limaces. Les arbres sont des maisons à chauves-souris qui, elles, mangent beaucoup d’insectes. La consoude est, selon Martin, extraordinaire pour attirer les pollinisateurs. Conclusion : il faut un minimum de connaissances en biologie végétale et en écologie pour réussir une forêt jardin. Résultat: un taux de matière organique dans le sol  qui est « passé de 5 à 12 % en 20 ans », ce qui fait de cette forêt comestible un réservoir important de carbone. Et des fruits, feuilles comestibles, champignons, graines et noix en quantités suffisantes pour nourrir un foyer (celui de Martin). Sans compter le bois de chauffage et d’œuvre, ainsi que l’osier pour faire de la vannerie. Tout ça sur un hectare.

La mare est pleine de grenouilles, qui se nourrissent des limaces - crédit Diana Semaska
Avec cette forêt jardin, Martin Crawford voulait montrer qu’un système nourricier pouvait être productif, soutenable, réclamant très peu de travail  sur une petite surface, et résilient – c’est à dire capable de s’adapter aux changements, tels que le réchauffement climatique et ses conséquences. Agronome autodidacte (il a fait des études en informatique), il mène d’autres expériences de forêts jardins dans le Devon. Il gagne sa vie en vendant plantes et semences et en donnant des cours et des conférences.  En goûtant à une jeune pousse de bambou qu’il a coupée devant nous, j’ai une légère amertume dans la bouche – c’est meilleur cuit à la vapeur, dit-il – mais une certitude : d’autres façons de nous nourrir, bien loin de nos systèmes productivistes déconnectés de la nature, existent et méritent d’être explorées.

Martin Crawford montre une bûche de pin humide sur laquelle il fait pousser des champignons shiitake - Crédit Diana Semaska
Pour en savoir plus sur les méthodes qu’emploie Martin Crawford, les semences et plants qu’il utilise et les cours qu’il donne, allez voir le site internet de son association, Agroforestry research trust!

Crédit photos: Diana Semaska

Traduction trouvée sur http://www.bioconsomacteurs.org/

Publié par

Catégorie Permaculture

 

2 réponses à to “Une forêt qui se mange”

  • job-green.fr says:

    Le tigre blanc , parfois presente dans les zoos voire les cirques, n’est pas une sous-espece ni une race geographique du tigre. Quelques specimens sauvages furent observes en Inde, mais c’est un individu capture en 1951, Mohan, qui est devenu l’ancetre de la plupart des tigres blancs captifs

  • Denis Tribaudeau est pour l’instant le seul a connaitre la reponse. Il dit avoir mange de tout, ou presque, et a force de rouler sa bosse sur les routes d’Europe, il a appris a se debrouiller avec trois fois rien. C’est pour transmettre ce savoir qu’il a eu l’idee d’organiser des stages de survie en foret, en pleine campagne perigourdine, a quelques kilometres de Sarlat.

Laisser un commentaire

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
  • Erica dans ACCUEILUn immense merci pour votre retour, Delphine !
  • Kochert dans L’ASSOCIATIONBonjours J ai été très sensibilisée lorsque je suis tombée par hasard sur un tableau de votre petite Iris ,je
  • CHRETIEN dans ACCUEILComment vous remercier pour cette idée magnifique ?! Car c'est grâce à des Êtres tels que vous, éveilleurs de conscience,
  • Laurence dans Michelle Brémaud – GuérisseuseBonsoir, l'adresse fb ne figure pas sur le site,est il possible de joindre tout de même Michelle Brémaud? Merci
  • gisele dans AUDE – LA FORET ENCHANTÉE DE NÉBIAS (m.à.j)tres joli site belle balade en famille mais revoir le balisage car on tourne en rond un momment
Catégories
Archives