eau-vive

 

L’eau vive représente la sève ou le sang de terre mère nature. Elle ne peut être altérée sans dommages, par des défécations.

http://reenchantonslaterre.fr/nature/leau/

 

 

 

 

 

 

toilettes sèches septième ciel domaine des ormes

 

La terre, par contre, est en mesure de traiter les émonctoires. Elle correspond à l’énergie de l’estomac, des intestins, de la rate. Elle y est aidée par les vers de terre et les bactéries …..

http://reenchantonslaterre.fr/claude-bourguignon-nouvelles-techniques-dassolement/

Les jus de fèces, urines, médicaments, antibiotiques, engorgent nos rivières. C’est afin d’y palier que nous nous intéressons aux toilettes sèches.

L’utilisation de toilettes sèches permet :

  • La reconstruction de la biomasse

Il s’agit de remettre l’humus dans le sol, de redonner à la terre ce qui a été prélevé. Cela évite l’appauvrissement et l’érosion des sols, par un apport vivant et équilibré et ainsi de lutter contre la désertification. L’humus augmente la capacité de stockage de l’eau par les sols.

  • La préservation des cours d’eau et de la nappe phréatique

Une grande partie (au moins 80%) de la pollution en nitrate et phosphate des rivières est d’origine domestique, car l’urine évacuée dans l’eau se transforme en ammoniaque en quelques heures. Lorsque l’urine est absorbée par des végétaux secs, cette transformation est bloquée, et l’azote organique intègre alors le processus de dégradation des matières vers l’humus.

Les systèmes d’assainissement majoritairement utilisés aujourd’hui provoquent une pollution importante des cours d’eau par des agents pathogènes, médicamenteux, hormonaux, chimiques, etc…. Cette pollution a été officiellement reconnue par le gouvernement et a donné lieu à l’élaboration d’un plan national de réduction de résidus médicamenteux dans les eaux (pnrm). La dégradation de ces agents par le compostage est une façon simple de préserver les ressources mondiales en eau.

Une économie importante des ressources en eau potable :
La consommation moyenne en eau potable pour évacuer les déjections humaines est de 40 litres par jour et par personne (plus de 14 m3 par an!). Cette quantité d’eau équivaut à la quantité de ce qu’on boit en 3,5 à 4 ans qui doit ensuite être traitée, de façon coûteuse, sans pourtant pouvoir empêcher les nitrates de continuer à contaminer les cours d’eau.

Une revalorisation des matières par le compostage :
Les soi-disant déchets humains sont transformés en humus, ressource utile et de qualité. Cela restaure la place de l’humain au sein du cycle du vivant.

Source : http://ecolette.org/index.php/qui-sommes-nous/26-environementaux

ou bien à fabriquer soi-même : http://www.eco-bio.info/ouaterre.html

Toilettes sèches

Les toilettes sèches sont-elles hors-la-loi ?

Non !, les toilettes sont enfin réglementées. Il s’agit d’un arrêté interministériel du 7 septembre 2009 avec une parution au Journal Officiel le 9 octobre 2009 (voir le texte officiel).

L’article 17 de cet arrêté précise :

« Par dérogation à l’article 3, les toilettes dites sèches (sans apport d’eau de dilution ou de transport) sont autorisées, à la condition qu’elles ne génèrent aucune nuisance pour le voisinage ni rejet liquide en dehors de la parcelle, ni pollution des eaux superficielles ou souterraines. Les toilettes sèches sont mises en œuvre :
– soit pour traiter en commun les urines et les fèces. Dans ce cas, ils sont mélangés à un matériau organique pour produire un compost ;
– soit pour traiter les fèces par séchage. Dans ce cas, les urines doivent rejoindre la filière de traitement prévue pour les eaux ménagères, conforme aux dispositions des articles 6 et 7.

Les toilettes sèches sont composées d’une cuve étanche recevant les fèces ou les urines. La cuve est régulièrement vidée sur une aire étanche conçue de façon à éviter tout écoulement et à l’abri des intempéries. Les sous-produits issus de l’utilisation de toilettes sèches doivent être valorisés sur la parcelle et ne générer aucune nuisance pour le voisinage, ni pollution. »

Grâce à ce texte les toilettes sèches sont maintenant reconnues et légales. Il exige cependant une gestion responsable du compost pour éviter toute pollution.

Source : http://www.toilettes-seches-ecologiques.fr/a_priori_toilettes_seches.php

Pour tout savoir sur la règlementation : http://www.nature-obsession.fr/ressources/toilettes-seches

Catégorie Permaculture

Laisser un commentaire

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives