Chaque année, plus de 5 millions de touristes visitent le Grand Canyon, mais peu savent que ce vaste abîme abrite le village indien de Supai. Situé à une quinzaine de kilomètres de la route la plus proche, ce village enclavé est le plus isolé des 48 états contigus américains, et on y accède uniquement à pied, à cheval ou par hélicoptère.

 

AU CŒUR DU GRAND CANYON

Après une descente de quatre heures à travers un long labyrinthe de roches ocres, le canyon s’élargit enfin et le désert laisse place à une explosion de végétation verdoyante près de Havasu Creek. Vous voici arrivé au village de Supai, population : 208 habitants, semblant tout droit sortis d’une époque lointaine.

Ses habitants parlent encore le Havasupai, cultivent du maïs et tressent des paniers en spirale, tout comme le faisaient leurs ancêtres.

 

L’une des deux églises que compte le village de Supai, construite à partir de roches extraites du canyon

 

Ne cherchez pas de routes goudronnées ou de voitures, ici les principaux moyens de transport sont les mulets et les chevaux, qui arpentent le sol poussiéreux du canyon. Une série de bâtisses faites de bois et de pierre, une épicerie, un café, un bureau de poste, une école primaire, un modeste lodge et deux églises, voila à quoi se résume le petit village de Supai.

Comme Supai n’est pas accessible par la route, il n’y a que deux façons de ravitailler le village : à pied ou en hélicoptère. À une époque où la livraison express est devenue la norme partout ailleurs dans le pays, le courrier, les vivres et les médicaments sont toujours acheminés à dos de mulets, et ce, six jours par semaine.

Depuis toujours, ce sentier poussiéreux traversant le canyon relie le peuple Havasupai au monde extérieur. Des missionnaires aux mineurs et aux commerçants en passant par d’autres tribus indiennes, un petit nombre de voyageurs curieux sont venus et sont partis au fil des siècles. Mais tout a changé au milieu des années 1900, lorsque la tribu a décidé d’exploiter l’énorme potentiel touristique des lieux.

 

Les eaux turquoises d’Havasu Falls doivent leur couleur à une forte concentration en carbonate de calcium

 

Chaque année, près de 20 000 visiteurs se rendent à Supai à pied, à cheval ou en hélicoptère, et chacun d’entre eux doit obtenir une permission spéciale du Conseil tribal des Havasupais pour y entrer. De février à novembre, les visiteurs peuvent séjourner dans le modeste lodge de la tribu ou obtenir un permis pour planter leurs tentes à proximité de ses somptueuses chutes d’eau.

Toutefois, ceux qui ne souhaitent pas s’embarquer dans une randonnée fastidieuse de quatre heures peuvent se rendre à Supai en hélicoptère en moins de quatre minutes.

 

 

Les impressionnantes chutes d’eau d’Havasu et de Mooney Falls sont alimentées par une source souterraine dont certains pensent qu’elle a 30 000 ans. Ces dernières, qui ont permis au peuple Havasupai de survivre pendant 1 000 ans au cœur de ces terres arides, attirent de nombreux visiteurs qui se pressent pour admirer leurs eaux turquoises.

Avant l’arrivée des colons européens, les Havasupais possédaient un territoire de près de 650 000 hectares, soit à peu près la taille de l’État du Delaware. Mais au fur et à mesure que la beauté à couper le souffle et la richesse minérale de la région commençaient à éveiller l’intérêt des blancs et du gouvernement américain, cette vaste étendue s’est réduite comme peau de chagrin (elle n’était plus que de 209 hectares en 1882).

 

Trois indiens Havasupais photographiés autour d’un feu de camp en 1899

 

À une époque où tant de tribus amérindiennes étaient expulsées de force de leurs terres, les Havasupais se sont lancés dans une série d’éreintantes batailles juridiques afin de faire valoir leurs droits, faisant notamment appel au Congrès à sept reprises entre 1908 et 1974.

Lorsque le Grand Canyon a été intégré au Service des parcs nationaux en 1919, de nombreux Havasupais sont devenus stratégiquement des employés du parc et ont offert leur expertise en tant que guides tout en continuant à faire pression sur le gouvernement pour récupérer les terres qui appartenaient à leurs ancêtres.

En 1975, le président Ford a signé un projet de loi qui accordait au peuple Havasupai le contrôle de 75 000 hectares de terres supplémentaires, ainsi que l’accès à 38 000 hectares supervisés par le Service des parcs nationaux.

Le peuple Havasupai est aujourd’hui reconnu par le gouvernement américain comme une nation tribale souveraine. Un comité de sept membres, connu sous le nom de Conseil tribal, est élu par les habitants du village afin de déterminer les lois locales auxquelles sont soumis les nombreux visiteurs.

LE PEUPLE HAVASUPAI EST AUJOURD’HUI RECONNU COMME UNE NATION TRIBALE SOUVERAINE

 

Les enfants du village photographiés vers 1972, avec en fond les reliefs du Grand Canyon

 

À la suite de pluies torrentielles en 2008, le sentier reliant Supai au monde extérieur et de nombreux bâtiments ont été détruits par de violentes inondations, mais ses habitants se sont depuis relevés et ont profité d’aides fédérales pour réparer les dommages causés et assurer l’approvisionnement du village. Comme l’explique l’un des membres de la tribu : « Nous appartenons à cette terre, la terre de nos ancêtres. Nous sommes les chutes d’eau, les eaux turquoises qui traversent notre village, et les canyons qui nous entourent ».

 

Source : https://dailygeekshow.com/supai-havasupai-village-isole-grand-canyon/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2018-04-18

Catégorie Amérindiens

 

Laisser un commentaire

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives