Le nouveau film documentaire de Marie-Monique Robin

« Celui qui pense qu’une croissance exponentielle infinie est possible dans un monde fini est soit un fou soit un économiste » déclare un… économiste, non sans humour. Alors, pendant que les États s’enfoncent dans la crise, des insoumis créent les prémices d’une société fondée sur la sauvegarde écologique et le développement durable. Avec Sacrée croissance !, la réalisatrice présente une sélection d’initiatives réussies et de modèles alternatifs viables. Son film élargit ainsi le champ des possibles en montrant comment on peut réfuter en action, et pas seulement en paroles, le modèle économique dominant. Avec une idée force : face au gaspillage mondial, la réponse doit être locale et solidaire. À Toronto, une coopérative de fermiers produit des légumes bio près du centre-ville et vise la souveraineté alimentaire. À Rosario (Argentine), on lutte contre l’exclusion sociale en fertilisant d’anciennes décharges pour embaucher des maraîchers débutants. Certains villages népalais s’approchent de l’autosuffisance énergétique grâce au biogaz et à la micro-hydro-électricité. Au Brésil ou en Bavière, des banques communautaires et des monnaies locales bouleversent le rapport à l’argent d’un public qui se fait « prosommateur » (producteur et consommateur). Quant au Bhoutan, il développe une politique publique révolutionnaire instaurant le concept du « Bonheur national brut » (BNB). « L’abondance matérielle finira par s’arrêter », rappelle un des intervenants. Et c’est avant qu’il faut changer de paradigme économique, insiste Marie-Monique Robin.

___________________________________________________________________________________________________________________

Vous connaissez sans doute les précédents film de cet auteur : « Le monde selon Monsanto » », « « Notre poison quotidien » » et « Les moissons du futur »

Lors de son allocution introductive, la célèbre journaliste (dont, faut-il le préciser, notre Cercle apprécie tout particulièrement le travail), a cité Albert Londres : « Tout ce que tu peux faire, ou rêver de faire, tu peux l’entreprendre. L’Audace renferme en soi Génie, Pouvoir et Magie. ».

Ce film nous propose un véritable voyage via le prisme d’alternatives mises en place pour sortir du modèle absurde de course à la croissance infinie. Nous découvrons, entre autres, comment des canadiens et des argentins pratiquent l’agriculture urbaine. Nous découvrons également des brésiliens et des allemands utilisant des monnaies complémentaires pour re-localiser l’activité économique et développant le crédit à taux zéro. Enfin, cerise sur le gâteau, Marie-Monique Robin et son équipe nous emmènent au Bhoutan, où le Bonheur National Brut a remplacé le Produit National Brut pour évaluer la croissance du pays.

C’est une somme de plusieurs reportages bien articulés et entrecoupés d’interviews d’économistes qui nous expliquent pourquoi le système actuel n’est pas viable et l’urgence des changements à mettre en place. C’est donc une bouffée d’oxygène et d’espoir et surtout un message fort : le changement est possible, et nous devons en être les acteurs.

C’est d’ailleurs paradoxalement l’un des petits reproches que l’on pourrait formuler : pas un mot sur les responsables de la situation catastrophique dans laquelle nous sommes, et la mise en avant de la notion de résilience, terme à double tranchant pouvant s’entendre comme la capacité à s’adapter (au lieu de luter contre les coupables) ou comme la capacité à s’autonomiser de manière à s’émanciper de la tutelle des multinationales. Reconnaissons que l’auteur précise dès son discours introductif qu’il ne s’agit pas un film pour dénoncer mais pour proposer des solutions. C’est sans doute une manière de dire que les solutions ne viendront pas d’en haut mais d’en bas, et qu’une dénonciation de plus ne servirait pas à grand chose, si ce n’est à se fermer les portes de la diffusion grand public. Au final, on ne peut que lui donner raison, car ces 90 minutes suscitent vraiment l’envie d’agir, de se mobiliser, de devenir acteur de notre quotidien, et peuvent indirectement ré-intéresser les gens à la politique au sens noble du terme.

Finalement on peut dire qu’il s’agit d’un très beau documentaire qui invite à la réflexion et à l’action et qui en prime bénéficiera d’un accès à un média de grande diffusion, le pari est donc réussi ; la standing ovation d’après diffusion était largement méritée !

Baptiste

Source : http://lesbrindherbes.org/2014/10/25/noter-agenda-sacre-croissance-monique-robin/

Catégorie Société

 

Laisser un commentaire

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives