http://www.azinat.com/wp-content/uploads/2013/01/olivier-de-robert-ariege-janv2013.jpg

Conter, ce n’est jamais que dire avec lenteur les joyeux brassages de la besace à mémoire. Mais avant de parler, le conteur écoute.

J’aime à me cacher dans les coins de bistrots. Ceux où si vous n’êtes pas du pays, les discussions s’arrêtent et les têtes se tournent quand vous entrez. Les cafés de fond de ruelles, ceux dont l’enseigne se fane et menace de se décrocher sous le poids de la poussière…

J’aime aussi à flâner sur les marchés, ceux où s’entremêlent les couleurs et les parfums, allant des fromages aux origines incertaines jusqu’aux parfums d’orient, ceux où bérets et longues chevelures se croisent et se voient enfin…

J’aime écouter les paroles de hasard glanées au bord des chemins, à la boulangerie, sur un banc ensoleillé ou au coin d’une cheminée quand le vent hurle au dehors…

J’aime ma terre, celle de la montagne, du confit de canard, de la ressegue, des lotos du gras, des fêtes de village, des péluts en yourtes, des châteaux bouffés par les ronces et des mémés qui attendent l’épicier ambulant.

Avec tendresse et un opiniâtre refus de se prendre au sérieux, ces chroniques racontent cette terre et ceux qui en font la saveur.

Pour voir la vidéo sur la défense des tomates – http://www.ariegenews.com/

Laisser un commentaire

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives