Voici un livre qui propose une méthode pour aider à arrêter les pensées parasites en boucle dans sa tête, ne plus se laisser emporter par les émotions non choisies, et permettre l’expression du vide, créateur de toutes choses ….

Arnaud desjardins

 

EXTRAITS

Acceptez vos changements, acceptez votre instabilité, votre complexité, vos contradictions, acceptez sans crainte, sinon le mensonge commence et tout s’arrête.

Nous sommes hypnotisés. Les Maîtres se sont éveillés. L’Hypnotiseur n’a plus pouvoir sur eux. Ils sont libres. Leur action devient spontanée. Ils font uniquement la volonté de Dieu.

Plus on est attentif, plus on se souvient.

Pour s’éveiller, il faut d’abord pendant des années, lutter pour veiller.

La première suggestion de cet hypnotiseur, c’est de vous faire oublier complètement votre Véritable Nature qui est, elle, libre, unifiée, heureuse et pleine d’un amour immuable pour tout et pour tous.

On ne change pas un véritable mouton en tigre. On change en tigre rugissant un bébé tigre qui se prenait pour un mouton. Tous les êtres humains se prennent pour un pauvre homme nécessiteux, frustré, douloureux, vulnérable, imitant servilement les autres, influencé par une mentalité de troupeau alors que le tigre vit seul et indépendant. Tout est bon pour prouver à chacun qu’il est si spécial. Alors comment voulez-vous qu’un si intéressant mouton ait envie de cesser d’être un mouton et de se retrouver tigre ?

Essentiellement vous êtes un, l’éveil est le retour à cette unité, mais dans le sommeil vous êtes extrêmement multiples.

Acceptez-vous en tant que changement incessant, acceptez-vous en tant que lieu où s’exerce la causalité.

La Connaissance se confond avec l’être. Ce n’est pas une connaissance qu’on a, c’est une connaissance qu’on EST. Chercher en nous ce qui est vraiment le « sujet » qui ne change pas. Nos sensations sont des objets, nos émotions sont des objets et nos pensées sont des objets dont nous pouvons prendre conscience.

Qu’est-ce qui, en vous, est Conscience absolument neutre et non affectée ?

Les phénomènes quels qu’ils soient,  sont toujours des objets extérieurs à la conscience. (tristesse, douleur…).

A tout ce qui se manifeste en moi je trouverai toujours, simplement parce que c’est là, si aléatoire que ce soit, je trouverai toujours comme ultime fondement : l’être, à quoi je ne peux rien rajouter. C’est le fondement même de toutes mes pensées, de toutes mes sensations, de toutes mes émotions, comme c’est le fondement de tout ce qui est extérieur à moi. Par conséquent en moi et hors de moi, c’est la même réalité.

Et je vois que tous ces objets en moi, sensations, pensées, émotions, désirs, impulsions sont des expressions de l’Etre mais n’existeraient pas si je n’étais pas aussi en tant que Conscience, puisque ce sont des formes de ma conscience. L’Etre et la conscience, en nous, sont la même chose.

Cette vigilance doit être absolument impersonnelle, impartiale, n’éliminant rien, ne refusant rien, pareille à un miroir. A ce moment là il n’y a plus ni amis, ni ennemis. Rien n’est laissé à l’écart, rien.       

Cœur affamé n’a pas d’oreilles. Mental affamé n’a pas d’oreilles. On peut parler, il ne peut pas entendre. Quand on est affamé, on demande, on demande, on demande et c’est cela qui empêche d’entendre.

Vous êtes déjà le but. Simplement, vous êtes plus ou moins prêts à entendre ce que je dis. Plus vous acceptez, plus vous êtes libres. Essayer de mettre en pratique. Lorsque tout va bien ou lorsque tout va mal. Essayez de vous souvenir que tout est déjà là et que la dimension intérieure est toujours ouverte. Réalisez-le une fois: ce sera inoubliable.

La clé est entre vos mains. Cette clé, c’est de reconnaître les pensées en tant que pensées, les émotions en tant qu’émotions, les sensations en tant que sensations, c’est-à-dire en tant que chaînes de causes et d’effets. Qui souffre? Qui est emporté? Engagez-vous dans ce que j’appelle la verticale. Ici et maintenant, tout de suite, c’est là.

Le chemin est constitué par la répétition de ces moments où vous aurez, sans discuter les circonstances, choisi, au lieu de piétiner sur place et de tourner en rond, de vous engager dans la dimension intérieure, jusqu’à ce que toutes vos peurs, tous vos désirs, tout ce qui vous constitue, ait entendu la vérité.

Ecoutez la voie du cœur affamé, du mental affamé. N’essayez pas de la faire taire. Ecoutez-la mais écoutez aussi le disciple en vous. Il a un allié tout puissant, c’est la Vérité profonde…

Tant qu’on est en conflit, on souffre.

La Vérité Absolue, c’est la Vérité relative. Les pensées sont l’expression du Non-Mental, la forme est l’expression du Vide. La souffrance est une expression de la Béatitude. Un jour, vous le verrez !

Tenez tout à la fois : l’horizontale et la verticale, les formes, les sensations, les émotions, les pensées, les demandes et le Témoin et la Conscience.

Faire silence: Concentrez toute votre attention sur votre respiration; concentrez toutes votre respiration sur un centre à l’intérieur de votre organisme ; retirez votre attention et la périphérie, des associations d’idées, des objets des sens. Calmez les agitations du mental.

http://terrenouvelle.ca/PDF/livres/A_la_Recherche_du_Soi_-_3._Le_Vedanta_et_L’inconscient.pdf

Laisser un commentaire

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives