La civilisation inca est un peuple d’Amérique du Sud qui a disparu au XVIe siècle après une invasion de l’empire espagnol. Ils ont laissé derrière eux un grand patrimoine culturel et architectural qui continue de nous fasciner encore aujourd’hui. Le Daily Geek Show vous propose de découvrir 7 faits que vous ne connaissiez sans doute pas sur les Incas.

 

Leurs ponts suspendus étaient des merveilles techniques

À l’époque où ils furent envahis, les Incas n’avaient pas encore inventé la roue. On pourrait croire que c’était un peuple très en retard d’un point de vue technique, ce que les espagnols pensaient, mais en réalité, les Incas avaient de nombreuses connaissances que nous n’avions pas encore en Occident. Leurs ponts suspendus en sont un exemple probant. En effet, ces ponts qui reliaient deux lopins de terre entre eux, bien souvent au dessus d’un précipice ou d’un cours d’eau, étaient construits à partir de fibres d’herbe et de laine d’alpaga tressées.

Aujourd’hui, il reste des vestiges de ces ponts et chaque année vous pouvez vous rendre sur le site de Q’eswachaka pour observer la technique de tressage de ces ponts par les actuels habitants de la région. Le pont qui reliait le Machu Picchu a quand à lui été interdit au public car il est trop dangereux pour les touristes à cause de ses nombreux dispositifs qui servaient à ralentir les envahisseurs.

 

Ils avaient un bon système d’irrigation

Le peuple Incas était installé au plein coeur de la Cordillère des Andes, ce qui signifie que leur sol n’était pas souvent plat, ce qui ne simplifiait pas la production de cultures pour se nourrir. Sans doute par nécessité, les incas ont mis au point un système d’irrigation qui s’étendait sur un million d’hectares selon les estimations actuelles. Ce système était constitué de différentes parcelles plates creusées à flanc de montagne. Sur le bord de ces parcelles d’irrigation, ils avaient disposé des pierres qui servaient à protéger les cultures souterraines du froid en hiver. Pour l’arrosage, ils drainaient l’eau de la montagne lors des saisons pluvieuses.

 

Ils adoraient les pommes de terre

Les archéologues ont estimé à 3 000 le nombre de variétés différentes de pommes de terre que les Incas ont cultivé de leur vivant grâce à un système de cultivation basé sur une rotation des espèces. Lorsque les Espagnols ont envahi leurs terres, ils n’ont tout d’abord pas vraiment fait attention à ce tubercule venu du profond de la terre pour finalement se rendre compte de sa valeur. Ce légume, d’abord endémique de l’Amérique du Sud a ensuite été importé en Europe par les conquistadors et a connu un succès tel qu’il s’est vendu à prix d’or une fois qu’il a atteint les assiettes des nobles européens.

 

 

Ils observaient beaucoup les étoiles

Les Incas étaient connus pour leurs connaissances des étoiles et des constellations dues à leurs observations intensives des astres la nuit. Ils étaient d’ailleurs parvenus, grâce à ces observations à adapter leurs récoltes en fonction des solstices et du mouvement des étoiles et du Soleil. À Cusco, il a d’ailleurs été retrouvé des restes de ce qui était un observatoire entièrement recouvert d’or. Les Espagnols l’ont détruit pour y ériger une cathédrale qui a été par la suite détruite à cause d’un tremblement de terre. Au Machu Picchu, on peut retrouver des sortes de piscines construites de façon à ce que le ciel étoilé se reflète dans l’eau pour faciliter l’observation.

 

Ils ne sacrifiaient les enfants qu’occasionnellement

On prête aux Incas des pratiques inhumaines de sacrifices humains faits en l’honneur des dieux, avec pour victimes de prédilection des enfants. Or, certes il y a eu des sacrifices d’enfants, les restes de 7 enfants retrouvés dans les ruines de Choquepuiko en 2004 le prouvent, mais cela n’a été réalisé que de façon occasionnelle lors d’une grande période de famine. En temps normal, les Incas sacrifiaient des lamas noirs pour les dieux en espérant de bonnes récoltes en retour. Les lamas étant de grandes sources de matières premières comme la laine, la viande ou le lait, lorsque la famine a commencé à arriver, ils ont préféré sacrifier des enfants. Ces derniers étaient respectés par tout le peule, mourraient en groupe et étaient enterrés tous ensemble avec de nombreux objets de valeur en guise de remerciement.

 

 

Ils ne savaient pas écrire mais savaient compter

La culture Inca était une culture orale qui se transmettait de génération en génération. Au grand dam des actuels archéologues et anthropologues, les Incas n’avaient pas de système d’écriture et de ce fait, pas de témoignages écrits de leurs pratiques et coutumes. Toutefois, il a été retrouvé des khipus qui servaient de système de calcul à partir de noeuds effectués sur des cordes. Ces khipus servaient sans doute à la gestion des stocks des denrées récoltées. Il semble que la distance entre deux noeuds représentait la quantité restante, ce qui signifie que plus les noeuds étaient éloignées les uns des autres et plus il y avait de denrées disponibles.

 

Ils avaient la grosse tête

Littéralement. Dans leurs croyances populaires, ils estimaient qu’avoir un crâne large montrait leur appartenance à l’aristocratie. Ils tenaient cette pratique d’un peuple péruvien, les Collagua, qui s’allongeaient le crâne depuis de nombreuses années déjà. Pour ce faire, les Incas serraient la tête des bébés entre deux planches de bois liées entre elles, ce qui entraînait une déformation du crâne qui se retrouvait allongé en arrière. Ils laissaient ce dispositif sur la tête des bébés pendant plusieurs mois alors que leurs os crâniens étaient encore malléables. Cette pratique ne semble pour autant ne pas avoir duré très longtemps car il n’a pas été retrouvé de déformations crâniennes sur les rois Incas qui se sont succédés.

 

 

Source : https://dailygeekshow.com/faits-peuple-inca/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2018-07-13

Catégorie Dans le monde ….

 

Laisser un commentaire

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives