La nouvelle centrale solaire est la première au monde dans une installation de réfugiés et elle transformera la vie de milliers de Syriens vivant dans un environnement désertique difficile.

La centrale solaire photovoltaïque du camp de réfugiés d’Azraq s’étend dans le désert d’Adeeb al Bassar, en Jordanie.   © IKEA Foundation / Vingaland AB

CAMP DE REFUGIES D’AZRAQ, Jordanie – Des milliers de familles syriennes pourront éclairer l’intérieur de leurs maisons, charger leurs téléphones et conserver leurs aliments au froid grâce à l’énergie solaire dès ce soir. En effet, le camp de réfugiés d’Azraq en Jordanie devient le premier camp de réfugiés au monde à être alimenté en énergie renouvelable.

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a activé la nouvelle centrale photovoltaïque solaire de deux mégawatts au camp d’Azraq mercredi. Cette centrale fournira gratuitement de l’énergie renouvelable à quelque 20 000 réfugiés syriens vivant dans des abris qui sont reliés au réseau électrique depuis janvier. Le réseau devrait être étendu aux 36 000 réfugiés résidant actuellement dans le camp au début de l’année prochaine.

La centrale a été construite pour un coût de 8,75 millions d’euros (9,6 millions de dollars). Elle est entièrement financée par la campagne «Brighter Lives for Refugees» de la Fondation IKEA. Il en résultera des économies d’énergie immédiates de 1,5 million de dollars par an – que le HCR pourra réinvestir dans d’autres aides vitales. Par ailleurs, elle permettra chaque année l’économie d’émissions de CO2 pour 2 370 tonnes.

L’alimentation électrique transformera la vie des réfugiés syriens vivant dans l’environnement hostile du camp, situé dans le désert aride du nord de la Jordanie. Depuis deux ans et demi, les résidents d’Azraq utilisaient des lanternes portables à énergie solaire pour éclairer leurs maisons et ils n’avaient aucun moyen fiable pour conserver les aliments au froid ou rafraîchir leurs abris dans la chaleur extrême du désert. L’introduction de l’électricité au début 2017 avait déjà amélioré leur vie quotidienne.

« Ce jour est à marquer d’une pierre blanche… Tous les résidents des camps peuvent vivre plus dignement. »

Fatima, une mère seule de 52 ans de la campagne de Damas, vit dans ce camp depuis 2015 avec ses deux fils adultes. Elle a décrit les avantages aux niveaux pratique et psychologique que l’électricité a apporté au camp et à ses résidents.

« En Syrie, nous étions habitués à un style de vie particulier, et nous avons été déconnectés quand nous sommes devenus des réfugiés », a-t-elle déclaré. « Pour quelqu’un qui a l’habitude d’avoir de l’électricité, vous ne pouvez pas imaginer combien il est difficile de vivre sans. »

Fatima et ses deux fils ont déjà investi dans un réfrigérateur d’occasion, une machine à laver et des ventilateurs électriques, qu’ils partagent entre leurs trois abris.

 

La réfugiée syrienne Asmahan utilise sa nouvelle machine à laver pour nettoyer les vêtements de ses enfants au camp d’Azraq, qui est passé à l’énergie solaire le 17 mai.   © HCR / Vingaland AB

« Avant cela, lorsque nous préparions un repas, nous devions jeter les restes car il n’y avait aucun moyen de conserver les aliments », a expliqué Fatima. « Quand nous avions trop chaud, nous devions verser de l’eau sur nos vêtements pour avoir un peu de fraîcheur. Désormais, nous pouvons écouter de la musique ou boire un verre d’eau froid, et la vie quotidienne ne se termine plus au coucher du soleil. »

La construction de la centrale solaire a également fourni des revenus et une formation à plus de 50 réfugiés dans le camp. Ils sont employés sous la supervision de la compagnie solaire jordanienne Mustakbal pour aider à construire l’usine électrique photovoltaïque.

Mohammad, 20 ans, est originaire de Ghouta, dans la banlieue de Damas. Il est arrivé au camp en mai 2014 un mois après son ouverture. Il avait été contraint de quitter l’école sans diplôme à l’âge de 14 ans, suite au déclenchement du conflit en Syrie qui est maintenant sa septième année.

Il avait déjà reçu une formation pour le travail des métaux dans le camp et il a fait partie de ceux qui ont été choisis pour construire les cadres qui supportent les panneaux solaires, ainsi que l’installation des circuits électriques de l’usine. Mohammad explique qu’il a acquis de nouvelles compétences qui l’ont déjà aidé à trouver du travail occasionnel à l’extérieur du camp.

« La construction de la centrale photovoltaïque est un exemple remarquable de coopération entre un gouvernement hôte, une organisation privée et le HCR. »

« Je n’ai pas réussi à terminer mes études à cause de la guerre et puis de l’exil, mais cela m’a donné une compétence pratique que j’espère utiliser dans l’avenir », a déclaré Mohammad. « Si nous retournons en Syrie, l’infrastructure est entièrement détruite, mais c’est une technologie que nous pourrions utiliser pour la reconstruction. »

L’usine solaire d’Azraq est connectée au réseau électrique national de la Jordanie, ce qui signifie que toute électricité non utilisée générée peut être renvoyée gratuitement dans le réseau, en soutenant les besoins énergétiques de la communauté hôte.

« Ce jour est à marquer d’une pierre blanche », a déclaré Kelly T. Clements, Haut Commissaire adjointe du HCR, qui s’est rendue à Azraq mercredi. « L’éclairage du camp n’est pas seulement une réalisation symbolique ; Il offre un environnement plus sûr pour tous les résidents du camp, ouvre des possibilités pour les moyens d’existence et permet aux enfants d’étudier après le coucher du soleil. Surtout, il permet à tous les résidents du camp de vivre plus dignement », a-t-elle ajouté.

« La construction de cette usine solaire est un exemple remarquable de coopération entre un gouvernement hôte, une organisation privée et le HCR », a déclaré le représentant du HCR pour Jordan Stefano Severe.

« Grâce au soutien généreux de la Fondation IKEA et de la collaboration du Gouvernement jordanien, nous pouvons non seulement répondre aux besoins immédiats des réfugiés pour l’alimentation électrique dans le camp d’Azraq, mais aussi répondre à plus long terme aux besoins en matière d’énergie des réfugiés et des communautés hôtes en Jordanie ».

 

Source : http://www.unhcr.org/fr/news/stories/2017/5/591c859fa/jordanie-azraq-premier-camp-refugies-alimente-energie-renouvelable.html

Catégorie Jordanie

 

Laisser un commentaire

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
  • Santerre dans Ma ferme autonomeBonjour, C'est très intéressant. Nous donnons (au sens propre) des formations en apiculture. Je suis sûr que des abeilles vous
  • visee dans A DEUX PAS DE CHEZ MOI …superbe... envoûtant... à se demander pourquoi l'humain s'acharne t-il tant à tout démolir merci pour ce moment
  • Erica dans AUDE – LA FORET ENCHANTÉE DE NÉBIAS (m.à.j) Reçu par mail La PYRALE du BUIS Les chenilles venues d’Asie, en plus d’être une nuisance pour l’homme, ravagent
  • Serge François dans Crop circle en MoselleBonjour, Je suis tombé sur une vidéo incroyable qui répond à beaucoup de questions à propos de ce crop circle
  • durand dans Michelle Brémaud – GuérisseuseBonjour faites vous le soin à distance ou doit on se déplacer. En quoi consiste le massage. personnellement je suis
Catégories
Archives