Archive pour la catégorie ‘SCIENCES’

 

 

Catégorie Sciences

 

 

 

La Mécanique quantique établit qu’un « acte d’observation » donne leur réalité aux particules. En fait il s’agit de la CONSCIENCE, qui ne peut donc pas être issue d’une évolution depuis un prétendu « big. bang », C’est l’inverse. COMPRENDRE LA CONSCIENCE DANS LE PRÉSENT. EST LE SEUL MOYEN DE COMPRENDRE L’UNIVERS; Cette vidéo n’entre pas dans le détail de la création des particules et des atomes par l’esprit, mais cela est largement expliqué sur le site http://www.hatem.com et dans le cadre de l’Université Francophone de Métaphysique.

 

Catégorie Sciences

 

 

 

Catégorie Sciences

 

 

Pour ceux qui s’y perdent et ceux qui s’y retrouvent, voici moins de quatre minutes d’images simples pour comprendre la suite de Fibonacci qui décrit la création permanente du monde par les nombres entiers et les fractales.

 

 

SOURCE : http://www.urantia-gaia.info/2013/01/10/la-creation-selon-fibonacci/

Catégorie Nature

 

 

Conférence à la libraire métaphysique de la vallée de Rogue en 2003

 

Si vous n’êtes pas encore familier avec le travail passionnant de Nassim Haramein, préparez-vous pour une odyssée exaltante dans l’hyperespace et au-delà. Haramein, qui a passé sa vie à la recherche des domaines de la physique de la théorie quantique des équations relativistes et de la cosmologie, vous mènera le long d’une discussion fascinante axés sur la compréhension laïque de la nature fondamentale de l’univers et de la création qui comprend des trous noirs, les forces de gravitation, les dimensions , et la structure même de l’espace lui-même, qui font tous partie intégrante de la Théorie du Champ Unifié.

La Théorie Haramein est actuellement en processus d’examen par les pairs pour publication dans des revues de physique, mais la présentation ne se termine pas avec l’introduction de sa théorie seulement, mais comprend l’examen de la voie qu’il a fallu pour arriver à son point de vue, qui tisse entre les textes et les monuments des civilisations anciennes, la biologie, la chimie et le rôle primordial de la conscience – ce qui donnerait plus de crédibilité encore à la science derrière la théorie.

 

 

 

Nassim HARAMEIN

 

 

Lorsque l’on parle de vikings, on pense bien souvent aux envahisseurs venus du Nord à la barbarie presque inégalée. Mais ce que nous ne savons pas toujours c’est qu’ils sont également à l’origine de nombreux objets qui leur ont permis d’avoir une longueur d’avance sur les autres peuples. Pour certains, nous les utilisons au quotidien encore aujourd’hui. Le Daily Geek Show vous propose de découvrir 6 objets qui ont été inventés par le peuple viking.

 

Le peigne

Les Vikings n’ont pas que construit des outils qui servaient à guerroyer, en effet, il se trouve qu’ils étaient un peuple qui prenait relativement soin de leur apparence. Ainsi, il n’était pas rare pour un viking de porter avec lui un peigne en même temps que son épée ou sa hache.

Ces objets étaient magnifiquement décorés de gravures et avaient une structure complexe et travaillée. Ils étaient généralement fabriqués en ramure de cerf. Pendant de nombreuses années les peignes importés de Norvège avaient d’ailleurs une excellente réputation.

 

 Les skis

Quand on habite dans le grand Nord, il n’est pas rare de voir régulièrement de la neige. C’est donc finalement assez logique que les vikings soient à l’origine des skis et de leur utilisation tels qu’on les trouve en Europe. Depuis le Moyen-Âge, les skis sont utilisés par les nordiques pour les activités du quotidien et même sur le champ de bataille lorsque le sol est trop enneigé.

Les skis sont même présents dans la mythologie nordique dans laquelle il est fait mention dans des illustrations représentant Skadi, la géante déesse de la chasse, du ski et de l’hiver et de Ull, le dieu de l’hiver.

 

 

 La tente

C’est en Norvège au XIXe siècle que furent découverts les vestiges des premières tentes nordiques à bord d’un drakkar enfoui. Ces tentes pouvaient atteindre une hauteur de 3 mètres et disposaient d’un sol en bois de 5 mètres de long et 4 mètres de large. Ces tentes consistaient en l’assemblage de deux ensembles de poutres croisées de façon à former un triangle avec le sol en bois comme base. Le sommet du premier triangle est lié à l’autre grâce à une barre qui servira de base pour poser le tissu qui servira de tenture.

Ces tentes avaient des proportions impressionnantes et leur sommet était bien souvent décoré de sculptures en forme de tête de dragon comme on peut en trouver sur les drakkars.

Lire la suite de cette entrée »

 

Documentaire Astrophysique

 

 

Catégorie Sciences

 

 

Une étude génétique d’envergure révèle que 90 % des espèces animales sont apparues en même temps

 

Pour les tenants de la théorie de l’évolution, c’est un mauvais coup ou, à tout le moins, une énigme. L’étude de l’ADN mitochondrial dans le cadre d’une recherche génétique de grande envergure vient de révéler que 90 % des animaux, ou plus exactement 9 espèces animales sur 10 sont apparues sur Terre à peu près en même temps que l’homme, il y a 100.000 ou 200.000 ans.

 L’un des principaux auteurs, David Thaler, généticien à l’université de Bâle, reconnaît que la conclusion de sa recherche est « très surprenante ». « Je l’ai combattue autant que je l’ai pu », avoue-t-il. Pourquoi ? Parce qu’elle ne « colle » pas avec les faux dogmes obligatoires de ce qui demeure une théorie.

Avec son collègue Mark Stoeckle de la Rockefeller Université, il a exprimé son étonnement devant plusieurs faits constatés à travers ses analyses de cinq millions de « codes barres » d’ADN mitochondrial de 100.000 espèces actuellement présentes dans différentes régions du globe terrestre. D’une part, ils ont constaté que les variations « neutres » – les petites variations d’ADN qui se succèdent au fil des générations – sont beaucoup moins fréquentes que « prévu » par les évolutionnistes. Et ce quel que soit le nombre d’individus que comptent aujourd’hui les dites espèces.

Par ailleurs, ces variations qui permettent d’évaluer l’âge d’une espèce, un peu comme les anneaux d’un arbre, indiquent que 90 % des espèces existant aujourd’hui sont apparues, aux termes des datations retenues par les scientifiques, il y a « 100 à 200.000 ans » : c’est leur « âge génétique ».

90 % des espèces animales actuelles apparues même temps : un mauvais coup pour les évolutionnistes

La méthode employée par les chercheurs a consisté à utiliser l’ADN mitochondrial qui est plus facile à décoder que l’ADN nucléaire propre à chaque individu avec ses 3 milliards de paires de molécules organisées en milliers de gènes. Les mitochondries sont les usines énergétiques des cellules ; elles comportent un ADN particulier avec 37 gènes, dont le gène COI qui permet de relever un « code barre ADN » particulier à chaque espèce. Facile d’accès, peu onéreux à étudier, il permet par exemple de vérifier si une viande vendue comme du bœuf est en réalité du cheval, ou si un bonbon gomme « halal » contient de la gélatine de porc. Similaires mais bien distincts selon les espèces, ces « codes barres » permettent de les identifier efficacement.

Ce fameux gène COI a même l’élégance de correspondre « presque à la perfection avec les désignations des espèces déterminées par des experts spécialisés dans chaque domaine animal », souligne Thaler.

Pour l’étude en question qui a été menée sur une dizaine d’années, on ne s’attendait certainement pas à trouver une aussi grande « uniformité » à l’intérieur des espèces, ni une telle absence de passerelles entre elles.

L’étude génétique qui révèle que les mutations ne sont pas proportionnelles au nombre d’individus des espèces

Il a ainsi été constaté que, contrairement à ce que voudrait l’« évolution » enseignée dans les manuels de biologie, les espèces ne sont pas d’autant plus génétiquement diverses qu’elles se sont beaucoup répandues et multipliées à travers le temps.

« La réponse est non », lance Stoeckle, auteur principal de l’étude publiée par Human Evolution. Qu’il s’agisse des 7,6 milliards d’êtres humains qui peuplent la planète, ou des 500 millions de moineaux domestiques, ou des 100.000 bécasseaux, la diversité génétique « est à peu près la même ».

En outre, comme l’explique Thaler, les espèces ont des frontières génétiques très nettes, et il n’y a pas grand chose qui permette de les relier entre elles. « Si les individus sont des étoiles, alors les espèces sont des galaxies. Ce sont des amas compacts dans l’immensité de l’espace vide de séquences », s’est-il étonné dans un entretien avec l’AFP. Et de rappeler que Darwin lui-même restait « perplexe » devant l’absence d’espèces « intermédiaires ».

Les espèces animales sont aussi éloignées les unes des autres que les galaxies

Les résultats de cette étude suscitent de nouvelles hypothèses : y a-t-il eu une catastrophe majeure qui a réduit le nombre des espèces pour ne laisser que celles que nous connaissons aujourd’hui ? Ou au contraire une catastrophe qui a permis l’éclosion de tant d’espèces neuves à peu près en même temps ?

Stoeckle, qui ne veut pas lâcher l’idée de l’évolution, affirme : « L’interprétation la plus simple est que la vie est en constante évolution »… ce qui n’explique rien du tout. « Il est plus probable que – à toutes les époques de l’évolution – les animaux vivant à un moment donné sont apparus relativement récemment », avec une durée de vie limitée avant de se transformer en quelque chose de neuf ou de disparaître.

Toutes ces interprétations restent du domaine de l’hypothèse que rien ne permet de vérifier. La perplexité de Stoeckle et Thaler, et Darwin avant eux, est bien plus intéressante. Et la réponse a toutes les chances de relever d’un autre domaine, non accessible à la science : quelque chose qui s’appellerait la création…

Jeanne Smits

 

Source: Reinformation.tv

Via : http://www.fawkes-news.com/2018/06/evolution-vraiment-une-etude-genetique.html

Catégorie Sciences

 

 

Catégorie Sciences

 

 

 

C’est un royaume étonnant, qui s’avère être l’une des clés de la vie sur Terre. Premiers organismes apparus sur notre planète il y a un milliard d’années, les champignons, aussi appelés mycètes, semblent inclassables : ni plantes ni animaux, ils constituent un règne en soi. Si les comestibles nous sont les plus familiers, la variété des mycètes a de quoi surprendre : entre les levures et les organismes pluricellulaires, il existerait des millions d’espèces.

À travers d’impressionnantes images macro en accéléré et des animations en 3D, ce film très documenté remonte le fil de l’évolution, montrant comment les champignons ont façonné l’écosystème que nous connaissons, et fait le point sur les recherches scientifiques les plus récentes dans le domaine de la mycologie. Production d’alcool ou de pain, propriétés médicinales (notamment d’antibiotiques ou d’anti-inflammatoires), décomposition des déchets… : la science s’intéresse aux innombrables vertus des champignons. Et se penche également sur les infections fongiques parfois mortelles, comme celle provoquée par le cryptococcus, un mycète qui se développe à la faveur du réchauffement climatique…

 

Réalisation : Annamária Tálas

Pays : Australie / Canada

Année : 2017

 

Catégorie Sciences

 

 

Une vidéo pour nous expliquer comment faire pousser nos propres briques !

C’est tentant ! …

 

 

 

 

Dans un monde où l’homme moyen consomme plus de ressources qu’il n’est possible de régénérer au cours de sa vie, il n’est pas surprenant d’apprendre que notre consommation accélérée de ressources entraîne un effondrement au ralenti de l’environnement et de toute la vie sur la planète.

Cependant, les chercheurs d’une startup de la baie de San Francisco ont découvert un moyen de contrer cette dégradation. MycoWorks, une entreprise qui crée des produits à partir de champignons, croit que la réponse réside peut-être dans le remplacement de certains des nombreux produits que nous consommons par ce matériau de source entièrement durable et renouvelable.

“Ils peuvent prendre notre plus grande ressource, c’est-à-dire les déchets humains, et la transformer en quelque chose qui a vraiment de la valeur pour nous. Ils ont la capacité de nous donner tout ce que nous voulons” – Philip Ross, directeur de la technologie chez MycoWorks.

L’entreprise a actuellement la capacité de créer un matériau similaire à la peau animale, mais encore plus résistant que le cuir. Ils ont pu créer des produits plus durables que la peau de cerf en quelques mois seulement, mais ce qui est peut-être le plus encourageant dans le projet, c’est que le matériau ne nécessite que deux semaines pour être créé, alors que le cuir véritable environ deux ans pour que l’animal soit prêt, sans tenir compte des coûts de l’alimentation et de l’hébergement.

Au contraire, les produits à base de champignons sont entièrement exempts de cruauté et peuvent être créés à partir d’un grand nombre de déchets tels que le chanvre, les déchets de papier, la poussière de scie et les épis de maïs. En nourrissant les champignons avec des choses particulières qu’ils aiment, ainsi qu’en gérant la température et l’exposition à la lumière, ces scientifiques sont capables de créer divers matériaux respirables qui pourraient théoriquement remplacer le tissu, le cuir, et même le bois et la brique.

“J’espère que cela deviendra une industrie mondialisée qui, bien au-delà de ma vie… deviendra un moyen standard que les êtres humains trouveront pour subvenir à leurs besoins. – Philip Ross

Non seulement le matériau est extrêmement durable et résistant, mais c’est aussi un retardateur de flamme très compétent. Même lorsqu’il est soumis à des flammes extrêmement chaudes, le matériau fongique reste intact et est immédiatement auto-extinguible. La combinaison d’un matériau de haute qualité et de la facilité de production pourrait en faire un produit extrêmement désirable pour tous les types de consommateurs.

Étant plus résilient que la brique et moins inflammable que le bois, ce matériau fonctionnerait naturellement bien pour la construction. Éventuellement, Philip et d’autres scientifiques croient qu’il sera possible de produire des téléphones intelligents, des panneaux solaires et toute une pléthore d’autres produits à partir de déchets et de champignons.

“Tout ce que nous appelons déchets agricoles est en fait une ressource incroyable sur laquelle les champignons peuvent pousser. Nous avons dépassé le pic pétrolier, donc si nous voulons remplacer nos matériaux actuels par quelque chose, il faudra quand même qu’il tienne le coup d’une manière ou d’une autre durable”. – Philip Ross

Ce nouveau matériau pourrait aller de pair avec d’autres matériaux respectueux de l’environnement comme le chanvre. Si le chanvre et les champignons étaient utilisés ensemble pour créer du carburant, du tissu, des matériaux de construction, du cuir et du plastique, il n’y aurait presque plus besoin de s’inquiéter des dommages environnementaux ou d’un manque de durabilité.

Si vous êtes intéressé pour cultiver votre propre matériel à partir de champignons, vous pouvez le faire en suivant leur guide dans une courte vidéo YouTube. Théoriquement, vous pourriez commencer à fabriquer vos propres produits à partir de champignons tout de suite. Il est même possible d’incorporer des couleurs et des motifs complexes directement dans le matériau si vous savez comment.

MycoWorks, après avoir débuté en 2016 avec leur projet de créer suffisamment de matériel de champignons pour soutenir l’industrie en pleine croissance, est toujours en activité aujourd’hui et continue d’atteindre des milliers de personnes avec leur message. Avec une demande suffisante de matériaux produits localement et durables, l’avenir des biens de consommation pourrait se transformer d’une dégradation de l’environnement en un moyen durable d’aller de l’avant à l’avenir.

 

 

 

 

Source : Waking Times

Via : https://www.anguillesousroche.com/environnement/cette-societe-developpe-une-methode-revolutionnaire-pour-creer-du-cuir-du-bois-et-des-briques-a-partir-de-champignons/

Catégorie Sciences

 

 

Les pouvoirs extraordinaires du corps humain

 

 

Et si tout venait du ventre ? Ces dernières années, les scientifiques ne cessent de lui découvrir des interactions surprenantes avec le reste de l’organisme, jusqu’à le désigner parfois comme notre deuxième cerveau. A quel point influence-t-il la santé physique et mentale ? Un ventre contrarié peut-il être à l’origine de troubles sérieux ? Pour répondre à ces questions, Adriana Karembeu et Michel Cymes se livrent à des expériences inédites et prennent conscience de la société très active et organisée qui se cache derrière notre nombril. Non content d’abriter quelque 200 millions de neurones – soit l’équivalent du cerveau d’un petit animal de compagnie –, le ventre est le foyer de milliards de bactéries, dont la découverte, en 2010, a bouleversé les connaissances sur le sujet.

 

Catégorie Sciences

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
  • Erica dans Les déviations Vidéos – Ariane  Il s'agit de Ariane Dubois http://www.programme-television.org/news-tv/Visites-privees-France-2-Le-grain-de-folie-d-Ariane-Dubois-4367209 Et son livre : son livre Pétage de plombs chez François Ier (Éditions
  • Jourdes dans Les déviations Vidéos – ArianeOù puis-je trouver ses livres et quel est le nom de famille et d’auteur d’Ariane. Merci par avance.
  • Le hir dans Michelle Brémaud – GuérisseuseBonjour Mme brémaud, Je m'appelle Sébastien le hir. J'ai pris connaissance de votre travail(et de votre don) avec internet notamment
  • Santerre dans Ma ferme autonomeBonjour, C'est très intéressant. Nous donnons (au sens propre) des formations en apiculture. Je suis sûr que des abeilles vous
  • visee dans A DEUX PAS DE CHEZ MOI …superbe... envoûtant... à se demander pourquoi l'humain s'acharne t-il tant à tout démolir merci pour ce moment
Catégories
Archives