Archive pour la catégorie ‘PERMACULTURE’

 

Incroyable !, un arbre tous les 2 m² …

 

 

L’incroyable luxuriance et l’hallucinante diversité d’un petit paradis, des milliers de variétés comestibles, plus de 40 ans de preuves que le « bio » ne doit pas se contenter d’être un luxe pour les classes aisées… la nature est bien faite !

 

Présentation des lieux en vidéo par les propriétaires

 



 

C’est dans les années soixante-dix que Gilbert et Josine sont victimes comme des milliers de foyers de la crise de l’emploi industriel qui sévit dans la région nord-ouest de la Belgique. Se retrouvant sans emploi, le couple ouvrier âgé de la quarantaine occupe alors ses journées au jardin qu’il cultive sur le terrain familial situé à Mouscron, ville frontalière avec Tourcoing-Roubaix.L’occupation devient très vite une véritable passion et ils créent quelques années plus tard le groupe de jardinage des Fraternités Ouvrières, dont les activités sont hébergées à leur domicile de Mouscron.

La création de cette association est en sorte une prolongation de l’action syndicale et sociale pour laquelle ils n’ont eu cesse d’investir leur énergie et leur temps durant leurs années de travail, en Belgique mais aussi en Amérique Latine. Le but poursuivi par le groupe est de favoriser l’accession de tout un chacun à une nourriture saine et diversifiée.

fraternite_ouvriere

L’idée est que le « bio » ne doit pas être un luxe que seules pourraient disposer les classes aisées.

Toutes ont le droit à une alimentation garante de la santé et de l’environnement, à des produits de couleurs, de goûts et d’odeurs. Dans cet esprit de solidarité, d’équité et d’écologie, les activités du groupe des Fraternités Ouvrières sont nombreuses. Il s’agit d’abord de susciter l’envie, d’apprendre et de permettre à tous de cultiver des fruits et légumes sains et diversifiés selon les méthodes d’un jardinage écologique. C’est ainsi que les premier et second dimanches de chaque mois, Gilbert, Josine et les bénévoles de l’association organisent à Mouscron des cours de jardinage biologique, gratuits et ouverts à qui le veut.

L’association est aussi un groupe d’achat pour permettre aux membres de se fournir à moindre coûts les produits issus de l’agriculture biologique : alimentation, mais aussi amendements, plants d’arbres fruitiers, arbustes, fleurs, semences pour la culture d’un jardin bio.

Les Fraternités Ouvrières proposent également des ateliers (jardinage, cuisine, fabrication du pain), l’organisation de cycles de conférences et la tenue de groupes de réflexion sur les questions diverses de notre société.

 

Aujourd’hui, le jardin des Fraternités Ouvrières, cultivé par Gilbert et Josine est un véritable trésor, fruit d’une riche expérience et d’un travail de 35 ans.

fraternite_ouvriere

 

Dans cette région industrielle sinistrée, il est l’un des plus beaux exemples urbains de systèmes agroécologiques. Dans un clos de 2000 m², une diversité immense de variétés de légumes et de plantes aromatiques et condimentaires se développe sous les arbres et les arbustes fruitiers, dans une luxuriance et une abondance qui dépassent l’imagination.

Lire la suite de cette entrée »

 

Écologique, efficace et peu coûteux, ce matériau combine tous les avantages. Et on le doit à une lycéenne âgée de 16 ans seulement !

Alors que l’eau devient une denrée rare, voici une invention spectaculaire et infiniment précieuse. Grâce à des ingrédients simples, naturels et peu coûteux, une adolescente a mis au point une recette capable d’éviter les pénuries ! Une découverte majeure récompensée par le géant Google himself. Explications.

Kiara Nirghin habite en Afrique du sud. A 16 ans, pour combattre la sécheresse dont souffre son pays, elle a eu une idée géniale : associer des peaux d’orange et d’avocat pour créer un polymère ultra absorbant capable de retenir de grandes quantité d’eau. Et ça a marché !

 

Source : Google science fair
Source : Google science fair

 

Le produit qu’elle a inventé peut contenir 100 fois son poids en eau ! Résultat, les rares pluies qui tombent sont retenues là où elles sont utiles : dans les champs !

 

Source : Shutterstock
Source : Shutterstock

 

Une découverte spectaculaire qui n’a pas laissé Google indifférent. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la firme a décidé de décerner un prix à l’ingénieuse adolescente.

Andrea Cohan, responsable du programme de la Google science fair :

« Kiara a trouvé un matériau idéal et qui, produit à partir de peaux d’orange, ne nuira pas au budget des agriculteurs. À force de recherches, elle a trouvé une façon de le transformer en stockage d’eau prêt à être utilisé à même la terre en y ajoutant de l’avocat »

 

Source : Shutterstock
Source : Shutterstock

Non seulement ce polymère est peu couteux mais, en plus, il est 100% naturel et biodégradable. Pas de risque donc d’appauvrir la terre ou de nuire aux récoltes…

 

Source : Shutterstock
Source : Shutterstock

 

Mais comment Kiara Nirghin en est-elle arrivée à une telle invention ? En fait, la jeune fille s’est aperçue que tous les super absorbants existants contenaient de la polysacharide. Or, ce composant est naturellement présent dans la peau d’orange, et en grande quantité ! Quant aux avocats, ils ont été choisis pour leur huile, essentielle à la création du polymère.

Dire qu’elle n’a que 16 ans…

Bravo et, surtout, merci !

Lire aussi : Grâce à ce Français, les cultures n’ont plus besoin d’arrosage… Une invention fabuleuse !

Source : http://positivr.fr/kiara-nirghin-invention-orange-secheresse-eau-afrique-du-sud/

Catégorie Permaculture

 

 

Cela donnerait presque envie d’aller habiter le pays, puisque celui-ci va tenter une agriculture 100% biologique, plus aucun pesticide, plus aucun fongicide, , rien que du naturel! Mais ce n’est pas une surprise, comme d’autres pays nordiques, le Danemark est en avance au niveau de l’écologie par rapport à de nombreux pays. Et ce pari fou peut être gagné sans trop de difficultés comme nous l’apprend le site Positivr. Quant allons-nous suivre l’exemple ?

Source : http://lesmoutonsenrages.fr/2016/09/03/le-danemark-va-tenter-lagriculture-100-et-pourquoi-pas-en-france/

 

Crédit photo : Fedor Selivanov / Shutterstock.com
Crédit photo : Fedor Selivanov / Shutterstock.com

 

Le Danemark vise désormais une agriculture 100% biologique !

 

Déjà très en pointe en matière d’écologie, le Danemark ne se fixe aucune limite et veut toujours aller plus loin. Son dernier objectif ? Atteindre une agriculture 100% biologique ! Un pari fou, mais complètement rationnel. Comment les Danois comptent-ils le gagner ? Réponse.

Déjà, il faut savoir que, dans le domaine, le Danemark ne part pas de zéro. Il y a déjà plus d’un an, au printemps 2015, le gouvernement danois avait décidé d’augmenter nettement la part de l’alimentation bio servie dans toutes ses institutions publiques (hôpitaux, crèches, cantines scolaires, ministères…) Une première action concrète et immédiate pour, dans un avenir proche, convertir toute l’agriculture nationale au biologique.

 

La mutation ne pourra se faire que progressivement mais, à force de volontarisme et de décisions ambitieuses, elle se fera.

D’abord, l’État entend bien montrer l’exemple. Comment ? En imposant les méthodes biologiques à toutes les terres qui lui appartiennent.

 

Source : Shutterstock
Source : Shutterstock

 

Aussi, pour inciter le privé à suivre le même chemin, des mesures incitatives seront mises en place. Parmi ces aides : le versement d’une allocation à tous ceux qui feront le choix du bio. Pourquoi ? Parce que la conversion au bio a un coût et qu’il faut encourager les agriculteurs à repenser leurs habitudes sans risque de faillite.

Parallèlement, toutes les marques favorisant le bio seront elles aussi récompensées par l’État danois.

 

Source : Shutterstock
Source : Shutterstock

 

Grâce à ces premières mesures, le Danemark espère très vite atteindre les 60% de bio en restauration collective (première étape vers les 100%).

Mais le gouvernement ne veut pas se limiter à la question de l’offre. Il veut aussi booster la demande et compte bien tout faire pour que les produits bio soient plus accessibles et plus attractifs.

 

Source : Shutterstock
Source : Shutterstock

 

Enfin, dernier volet de ce plan ambitieux, le Danemark entend bien faire exploser ses exportations de produits biologiques : pour y parvenir, il va squatter toutes les foires et tous les salons internationaux consacrés à ce domaine !

Exemplarité de l’État, aide aux producteurs, soutien aux distributeurs, coup de pouce aux consommateurs et encouragement des exportations : le Danemark tient sans doute la recette qui lui fera atteindre son but.

 

Source : Shutterstock
Source : Shutterstock

Comme quoi, à force de volonté politique et de décisions ambitieuses, tout est envisageable. Bravo le Danemark !

Lire aussi : Et pendant ce temps, le Danemark produit 140% de ses besoins en électricité… grâce au vent !

Source : http://positivr.fr/danemark-100-agriculture-biologique/

Catégorie Permaculture

 

 

Un bel exemple de solidarité contre la guerre

 

Sous la bannière de leur association Graines et Cinéma, Zoé et Ferdinand Beau parcourent le sud de la France pour construire un réseau de semeurs solidaires venant en aide aux paysans syriens, victimes du conflit qui ravage leur pays depuis quatre ans.

 

Présentation du projet

semences

 

« J’ai apporté des semences de potimarron, de courges et de blettes », claironne Joëlle au stand de Graines et Cinéma installé, pour la soirée, dans une salle de Cambon-lès-Lavaur. Munie de ses enveloppes où reposent les précieuses graines, la Tarnaise s’inquiète : « Il faut les planter en godet. En pleine terre ça ne marche pas. Mais, d’ailleurs, est-ce que ça poussera là-bas ? » D’une voix douce, Ferdinand Beau la rassure : « La Syrie est un pays varié. Il n’y a pas que du désert mais aussi des montagnes et des plaines. Lorsque les semences arrivent dans les pays frontaliers, elles sont réparties au mieux selon les conditions climatiques. »

Des nattes colorées ont été superposées sur le carrelage froid. Des tableaux enfantins sur l’espoir de paix en Syrie ornent les murs. Près de l’écran géant flotte un drapeau de la révolution syrienne. Devant le jeune ingénieur agronome, la salle est fin prête. Au menu de ce soir, dans ce village de 300 habitants : récolte de graines pour la Syrie, projection de documentaires et discussions à prolonger dans la nuit. Des événements de ce type, Ferdinand et sa sœur aînée Zoé en ont organisé une trentaine au cours de l’été.

 

JPEG - 71.7 ko
Ferdinand Beau lors d’une projection de Graines et Cinéma.

 

Dix-sept départements du sud de la France traversés, des milliers de kilomètres avalés dans leur camion et déjà des centaines de kilos de semences paysannes récoltées : ils affichent un joli bilan depuis leur départ de la région parisienne en juin. S’appuyant sur les réseaux de la Confédération paysanne, des Semences paysannes ou sur des initiatives informelles, les deux jeunes de 27 et 24 ans ont écumé les places de villages et les communautés. Avec un seul objectif : construire un réseau de semeurs français solidaires des cultivateurs syriens victimes de la guerre.

Lire la suite de cette entrée »

Avez-vous essayé ces produits ?

En êtes-vous satisfaits ?

 

jardinage-enfantUn père et son fils font du jardinage via Shutterstock

 

Certains insectes incarnent le pire cauchemar de tout jardinier. Cultiver ses tomates devient un casse-tête lorsque l’on veut en prendre soin, sans détruire l’écosystème qui leur permet de prospérer. Tous les insectes n’étant pas nuisibles mais parfois utiles, il faut agir avec parcimonie. SooCurious vous présente donc 8 insecticides naturels à confectionner soi-même.

 

Le vaporisateur à huile

De l'huile végétale
De l’huile végétale

Composé d’une tasse d’huile végétale et d’une cuillère à soupe de savon bien mélangés, il s’agit d’en mettre deux cuillères à café dans 250 mL d’eau et de vaporiser le tout sur les plantes malades. Le mélange enrobe les insectes et les étouffe.

 

Le vaporisateur au savon

Du savon liquide
Du savon liquide

 

Semblable au vaporisateur à huile, ce produit est efficace contre les mites, les pucerons, les mouches blanches, les coléoptères et autres. Il faut ajouter une cuillère et demie de savon liquide à 250 mL d’eau, bien secouer le tout avant de le vaporiser sur les feuilles envahies. Il faut bien penser à le faire tôt le matin ou tard le soir pour ne pas risquer de brûler les plantes au soleil.

 

Le vaporisateur à l’huile de neem

Feuilles de margousier (neem)
Feuilles de margousier (neem)

Huile végétale obtenue à partir d’un petit arbre asiatique, le margousier. C’est un insecticide naturel qui perturbe toutes les phases de croissance : œufs, larves, adultes. Cette huile sécrète des hormones qui privent les insectes de leur nourriture. En plus elle tue les champignons. Écologiquement parlant, elle est biodégradable, inoffensive pour les animaux domestiques, les oiseaux ou les poissons. Il suffit d’en mélanger deux cuillères à café avec une de savon liquide dans 250 mL d’eau et de vaporiser le tout. Ce produit sera à la fois préventif et curatif.

 

La terre de diatomée

De la silice
De la silice

Composée à 80 % de silice minérale, cette substance naturelle est écologique et économique. Son action est curative car elle déshydrate et ainsi élimine les insectes comme les fourmis, mais aussi préventive car elle repousse les animaux comme les escargots. A saupoudrer sur les plantes et aux alentours, elle perd de son efficacité lorsqu’elle est humide.

Lire la suite de cette entrée »

 

S’il est une idée fortement ancrée dans les esprits, il s’agit bien de celle-là : sans labourage, la terre ne produira pas… on laboure donc depuis le début du néolithique, en pensant que si cette méthode est pratiquée depuis le « début », c’est une bonne méthode…
Claude et Lydia Bourguignon, ingénieurs « agrologues », font partie des personnes qui remettent cette « croyance » en question, plaidant pour une agriculture sans labourage….méthode appelée également « permaculture »…

 

 

 

 

roseauxTerre – Épuration

Pour traiter les effluents domestiques, il existe de nombreux systèmes écologiques & économiques. Mais connaissez-vous le système d’assainissement des eaux noires (pipi, caca), des eaux grises (douche, éviers) via des filtres à roseaux?

Bon. Ce n’est pas nouveau, mais par contre il y a de plus en plus de personnes prêtes à se dés..encorder des méthodes traditionnelles payantes.

 

Et alors ?

Eh bien, si je vous en parle, c’est parce que cette installation permet de traiter, d’épurer et de rejeter les différentes eaux SANS être raccordé au réseau public,  SANS odeur, SANS entretien de ouf, SANS être un grand(e) bricoleur(euse) et SANS dégrader votre vue et/ou votre jardin….

Bien entendu, il y a des règles et des règlements… On ne peut pas faire n’importe quoi et polluer le sol de ses voisins.

A vous de voir!

Image représentant des roseaux : Pixabay


Documentation :

    • Sur le sujet, je vous propose plusieurs excellents PDF >>> ICIICI — ICI

    • Sylvain dans les commentaires (Merci!), nous a donné le lien vers le site du Ministère de l’Ecologie pour que vous puissiez vous inscrire dans la réglementation en vigueur en France >>> Clic Clic Clic

 

 

https://www.humanosphere.info/2016/06/pour-traiter-vos-eaux-noires-ou-grises-connaissez-vous-les-filtres-a-roseaux/

Catégorie Permaculture

 

 

 

Présentation
08’55 – Conseils pour éviter certaines erreurs
12’56 – Agriculture conventionnelle
22’57 – Introduction à la permaculture
36’10 – Conseils pour les constructions et l’installation
53’35 – Les arbres fruitiers
57’42 – Science et technologie
1’12’17 – Agriculture de haute densité et solutions urbaines –
Conclusion

Catégorie Permaculture

 

 

Au cœur des montagnes du Jura suisse, dans une petite ferme, Nicolas Barth a favorisé, au fil des années et par des gestes simples, le retour de la vie sauvage sur ses terres. C’est à travers les aventures d’un jeune renard que se dévoile cet endroit unique, devenue un véritable lieu de partage. La faim et la curiosité vont attirer le renardeau hors de son terrier et le pousser à s’aventurer sur un territoire inconnu, habité par l’homme. Le voilà entraîné dans une série de rencontres inattendues, où monde domestique et sauvage se croisent, se jaugent, se découvrent.

 

 

Catégorie Animaux

 

 

par Ivan du Roy, Nathalie Crubézy

 

Dans les quartiers nord de Marseille, marqués par le chômage massif et la violence, une initiative pourrait bien améliorer un peu la vie des habitants. La cité de Font-Vert, enclavée géographiquement et sinistrée socialement, expérimente des jardins en pied d’immeubles, cultivés par les habitants. Une initiative qui recrée du lien, retisse des solidarités, génère des économies et permet de récupérer des espaces publics jusque-là abandonnés à la violence des trafiquants et aux représailles de la police. Reportage.

Les cris d’alerte des guetteurs résonnent entre les barres d’immeubles, signe qu’une patrouille de police approche de la cité. Max et Fathi s’en moquent. Les affres du trafic de drogue ne viendront pas troubler leur convivial barbecue. Au pied de la « zone K », un ensemble d’immeubles d’une dizaine d’étages de la cité de Font-Vert à Marseille, ils se sont constitués leur « petit coin de paradis », un « maquis de la résistance » pour combattre la désespérance sociale, l’isolement de la cité, la violence des trafiquants et des descentes de police.

Ce « petit coin de paradis » est un jardin potager, tout en longueur, bordant la ligne TGV. Quand il ne conduit pas, en tant qu’intérimaire, un engin sur l’un des nombreux chantiers de la cité phocéenne, Max en prend soin, chaque jour à 5 h du matin, le midi et le soir. Un jardin officieux au début, jusqu’à ce que l’initiative essaime tout autour de la cité. Au pied de la zone K, une quarantaine de parcelles sont désormais cultivées par les habitants et commencent à leur changer la vie.

 

 

 

La cité de Font-Vert est l’une des plus enclavées des quartiers nord de Marseille. À l’Ouest, l’infranchissable ligne à grande vitesse menant à la gare Saint-Charles. À l’Est, celle des trains régionaux, puis une caserne de CRS. Au Nord, un fleuve de voitures coule sur la quatre-voies actuellement en rénovation. « Quand on dit Font-Vert, on ne pense pas aux jardins », soupire Max. La zone est davantage connue pour être l’un des hauts lieux du trafic de drogue. « Narco-banditisme », « règlements de compte », « zone de non droit », énumère la presse au fil des faits divers, avec leur lot de meurtres, d’exécutions à la kalachnikov et de saisies de stupéfiants.

 

La moitié des habitants sous le seuil de pauvreté

Dans le quartier « prioritaire » où habitent les 460 familles de Font-Vert, les indicateurs sociaux sont tous au rouge : 55% de la population vit sous le seuil de pauvreté (contre 14% en France) ; deux adultes sur trois sont sans emploi ; le revenu médian avoisine 6500 euros, quatre fois moins que la moyenne nationale [1]. Enclavée géographiquement, sinistrée socialement, la cité promet un avenir sombre aux moins de 14 ans qui y vivent – un habitant sur quatre – malgré le soleil méditerranéen. « Quand les jeunes réussissent à l’école, ils ont ensuite beaucoup de mal à trouver des stages. Le quartier est très marqué par la précarité », souligne Marcelo Chaparro, directeur de la Maison des familles et des associations, le centre social situé à quelques centaines de mètres des jardins, de l’autre côté des rails. Ces contextes difficiles, il les connaît bien, venant de Vaulx-en-Velin, en banlieue lyonnaise.

 

Lire la suite de cette entrée »

 

Longtemps perçue comme une idée fantaisiste, la permaculture séduit enfin les plus grands spécialistes de l’agriculture. Même le très sérieux Institut national de la recherche agronomique (l’Inra) est désormais conquis ! La preuve avec cette étude passionnante aux résultats spectaculaires.

La permaculture c’est produire du bio, dans le respect des écosystèmes et en s’appuyant sur la nature plutôt que sur la chimie et la mécanique. Sur le papier, c’est bien joli, mais en vrai, est-ce que ça marche et, surtout, est-ce que ça paye ? Oui, répond désormais l’Inra, en s’appuyant sur quatre longue années d’observation de la ferme du Bec-Hellouin, en Normandie.

 

Source : Shutterstock

 

Pendant quatre ans, entre 2011 et 2015, les scientifiques ont étudié une petite parcelle de 1 000m2 seulement : 421m2 de serres, 233m2 d’agroforesterie (verger maraîcher) et un jardin mandala en spirales de 378m2.

Vous voyez, rien de gigantesque. On est même très loin des géantes exploitations modernes. Pourtant, au terme de ses recherches, l’Inra a conclu que cette petite surface permettait de dégager un revenu mensuel net entre 900 et 1 570€ !

 

Source : Shutterstock
Source : Shutterstock

 

Vous vous dites que ce n’est pas énorme ? Et pourtant…

L’Inra :

« Ce revenu agricole apparait tout à fait acceptable, voire supérieur, au regard des références couramment admises en maraîchage biologique diversifié ».

 

Pour tout comprendre et aller plus loin, cette courte vidéo produite par l’Inra lui-même :

 

Gagner de l’argent sans polluer, ni exploiter la terre, c’est donc possible !

Certains continuent de dénigrer la permaculture. Qu’on leur montre ce reportage ! L’avenir, c’est ça.

 

Pour ceux qui veulent en savoir davantage, ce livre écrit par les fondateurs de la ferme du Bec-Hellouin, Perrine et Charles-Hervé Gruyer :

Permaculture
Permaculture – Broché (272 pages)
by Charles Herve-Gruyer
Prix: EUR 22,80
2 neufs à partir de EUR 22,807 d’occasion à partir de EUR 42,00

Lire aussi : Transfiguré par la permaculture, un village passe de la misère à la richesse en 3 ans seulement !

 

Source : http://www.informaction.info/iframe-linra-en-est-desormais-convaincu-oui-la-permaculture-est-rentable

La ferme du Bec Hellouin

Catégorie Permaculture

 

 

Vidéo réalisé par Biodesign, produits brevetés au niveau international, importateur et distributeur exclusifs en France.
Visitez leur site ► http://www.biodesignpools.com/fr/

– Aimeriez-vous vous baigner dans une piscine naturelle dans votre jardin ?
– Aimeriez-vous plonger dans les profondeurs d’un étang de baignade paysagé ?
Tout cela est possible ! Avec le guide construire une piscine naturelle
Voir le guide ► http://1wb2.net/268

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » (Anaxagore de Clazomènes).

Catégorie Permaculture

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
  • Erica dans ACCUEILUn immense merci pour votre retour, Delphine !
  • Kochert dans L’ASSOCIATIONBonjours J ai été très sensibilisée lorsque je suis tombée par hasard sur un tableau de votre petite Iris ,je
  • CHRETIEN dans ACCUEILComment vous remercier pour cette idée magnifique ?! Car c'est grâce à des Êtres tels que vous, éveilleurs de conscience,
  • Laurence dans Michelle Brémaud – GuérisseuseBonsoir, l'adresse fb ne figure pas sur le site,est il possible de joindre tout de même Michelle Brémaud? Merci
  • gisele dans AUDE – LA FORET ENCHANTÉE DE NÉBIAS (m.à.j)tres joli site belle balade en famille mais revoir le balisage car on tourne en rond un momment
Catégories
Archives