Archive pour la catégorie ‘PERMACULTURE’

 

Je conseille les 2 vidéos que je n’ai pas pu mettre en ligne, et qui sont très intéressantes ….

 

Pourquoi et comment créer une guilde ?

Il a été remarqué que des plantes se retrouvaient très souvent les unes à côté des autres dans la nature, et que ces associations naturelles n’étaient pas un hasard. Elles sont dues à une coopération mutuelle dans de nombreux domaines, afin que les végétaux puissent mieux prospérer. Il s’agit donc d’observer puis d’imiter ces associations chez nous, selon les contextes.

 

Qu’est-ce qu’une guilde de permaculture ?

Les guildes de permaculture sont des agencements volontaires de plantes majoritairement pérennes.

 

À quoi ça sert ?

À créer des systèmes nourriciers et utiles pour l’homme : productifs, sains, aidant et accélérant la régénération de la nature.

L’humain est gagnant, la nature et la biodiversité aussi.

 

Pourquoi installer des guildes chez soi ?

Pour obtenir des écosystèmes cultivés :

    • Stables et productifs : par un choix de plantes qui se rendent des services mutuels : fertiliser les plantes voisines, attirer des pollinisateurs, repousser des indésirables, etc.

    • Diversifiés : par l’utilisation d’une large palette de plantes différentes

    • résilients : capables de résister aux maladies, aux changements climatiques comme les sècheresses, aux attaques de ravageurs, etc.

    • Durables : adaptés au contexte et qui s’autosuffisent dans le temps, comme dans la nature…

    • Économes : en énergie fossile et en travail humain

 

Découvrez les guildes de permaculture en vidéos

VIDÉO 01 – QU’EST-CE QU’UNE GUILDE DE PERMACULTURE ?

VIDÉO 02 – COMMENT CRÉER UNE GUILDE DE PERMACULTURE ?

 

 

 

 

 

Andrew travaillait dans la finance. Il a changé de vie grâce à la Permaculture. Il nous montre le résultat après seulement trois ans !

 

 

Connue depuis toujours par des peuples d’Amérique du sud, cette méthode étonnante permet de cultiver son jardin en toute saison.

 

Grâce à cette technique rudimentaire, il serait possible de faire pousser des légumes toute l’année dans son jardin. Le système, connu et pratiqué depuis toujours par certains Indiens d’Amérique du sud repose sur un principe simple : celui de la serre souterraine. Explications.

En langue aymara (originaire de Bolivie et du Pérou), le mot Walipini signifie « lieu chaleureux. » Pas étonnant, donc, qu’il ait été choisi pour baptiser ces potagers d’un genre très particulier. Enterrer sa serre permet en effet de la protéger du vent, d’optimiser le phénomène de géothermie, de conserver la chaleur du jour et de la restituer tout le long de la nuit…

Résultat : des légumes qui, sous le verre et entre des murs de terre, sont capables de pousser sur une période bien plus longue que dans des conditions ordinaires. Exemple en Mongolie où le système fait de plus en plus d’adeptes :

 

 

Impressionnant…

Et ce qui marche loin de chez nous fonctionne aussi très bien sous nos latitudes. Si vous voulez vous aussi votre walipini, voici un petit guide de construction à télécharger gratuitement.

Une méthode saine, naturelle et, visiblement, très efficace !

 

Source : http://positivr.fr/walipini-serre-enterree-legumes-toute-annee/?utm_source=actus_lilo

Catégorie Permaculture

 

 

Projet de ferme-école d’éducation à la permaculture en zone périurbaine

 

«- La permaculture ?…. oui, oui, le sujet me passionne, j’ai même fait des buttes auto-fertiles dans mon jardin !
– Mais tu sais, la permaculture, ce n’est pas juste une autre manière de jardiner et faire des buttes
– Ah bon ? Mais alors, c’est quoi exactement ? »

L’intérêt grandissant que suscite la permaculture auprès du public, averti ou non, m’a incité à ouvrir ma ferme et faire partager ma passion.
Situé en banlieue toute proche de Toulouse, boisé et près d’un ruisseau, le lieu se prête à la découverte et l’enseignement de la permaculture. Le projet vise en premier lieu les habitants de la ville, de tous âges, de toutes cultures et de toutes catégories socio-professionnelles.

Le projet permettra d’organiser un cadre pour la mise en place de la « Culture Permanente » ; il a pour but d’offrir une panoplie d’activités et de proposer divers modules de découverte et d’enseignement.
Aux portes de Toulouse, cette ferme-école est facilement accessible en vélo, en transport en commun ou en voiture.

 

Éducation et formation

Étudier la permaculture et faire connaître ses différents domaines d’application en organisant des stages ; chacun y trouvera son intérêt, vivra sa démarche à son rythme en s’inscrivant à des modules théoriques et/ou pratiques :
– initiation à la permaculture et à l’économie circulaire
– création de micro-éolienne, spirale d’aromatiques et champignonnières
– création de jardins-forêts comestibles, de jardin-potager familial
– sensibilisation à la communication non violente (CNV)

 

Communication

En partenariat avec des acteurs locaux (centres équestres, entreprises d’entretien d’espaces verts…) et des partenaires sensibilisés (services municipaux, épiceries locales, jardins partagés…), il sera développé une opération de communication pour sensibiliser le public à la protection de l’environnement, l’économie circulaire et à l’agriculture durable.

En permaculture, les champs d’action sont multiples ; mon objectif est de faire de la ferme-école un lieu ouvert qui favorisera les échanges et permettra de créer du lien social.
Par mon initiative, je veux répondre à l’envie et l’engouement en permettant au plus grand nombre de venir se ressourcer, retrouver des gestes simples et ancestraux tout en s’ouvrant à l’univers de la permaculture.

 

 

Source : https://lafabrique-france.aviva.com/voting/projet/vue/17-1078

Catégorie Permaculture

 

 

Un film de Adrien Bellay – Au cinéma le 19 avril 2017

 

 

Alors que les écosystèmes menacent plus que jamais de s’effondrer, la permaculture laisse entrevoir une lueur d’espoir… A la croisée de l’ancien monde marchand et consumériste et du nouveau monde de la créativité et du partage, le film nous invite à un voyage initiatique au pays de la permaculture.

 

Catégorie Permaculture

 

 

Un éco-hameau construit en Ardèche autour d’une école & du mouvement Colibris

 

 

Catégorie Eco-lieux

 

 

 

Un film de Jean-Claude Decourt

Ce documentaire approfondit les réflexions du film 1 et donne la parole à des femmes et des hommes qui pensent et vivent autrement.

Avec également des interventions de : Pierre Rabhi, Alain Dufranc, Sabine Rabourdin, Lydia Müller, Jean-Claude Besson-Girard, Miguel Benassayag, Françoise Gollain, jacques Grinevald, Isabelle Soccorsi, Jo Sacco, Fabienne Brutus, Jocelyn Patinel, Françoise Matricon, Serge Latouche …

 

Catégorie Films

 

 

 

Pour Enquêtes de régions
Reportage d’Emilie Rosso et Olivier Denoyelle – Montage : Stéphanie Bouix – mai 2015

 

Catégorie Eco-lieux

 

 

Extrait du court métrage tourné par Lila Ribi

 

Source : http://www.lespainsdemonchemin.ch/

Catégorie Permaculture

 

 

Et ce n’est qu’un début ! Dans deux ans, la loi ira encore plus loin, jusqu’à nous concerner tous… Gros plan sur une très bonne nouvelle.

File:Parc de la Tête d'Or de Lyon - Vue des pelouses de la coupole.jpg

 

Voici une info qui n’a pas fait grand bruit mais qui mérite pourtant qu’on s’y arrête un instant : depuis trois jours, l’usage des pesticides est formellement interdit dans tous les espaces verts et tous les parcs publics de France ! Quand une année démarre par une aussi bonne nouvelle, on aurait tort de ne pas en parler !

Depuis le 1er janvier 2017, donc, l’État et les collectivités locales n’ont plus le droit d’utiliser le moindre pesticide chimique pour entretenir forêts, chemins de promenades, voiries et espaces verts. Désormais, seuls les produits labellisés Agriculture biologique ou reconnus à faibles risques pourront être utilisés.

 

Source : Shutterstock

 

Attendu depuis longtemps, ce changement a été imposé par la loi de transition énergétique votée en juillet 2015 et mise à jour en avril 2016. Et encore, ce n’est qu’une première étape : dès le 1er janvier 2019, les pesticides seront également interdits à tous les particuliers !

 

Une excellente nouvelle pour notre environnement quotidien, mais aussi pour notre santé, comme nous l’explique le sénateur Joël Labbé, à l’origine de ce texte, dans une vidéo signée Zéro phyto, 100% bio :

Stop aux pesticides dans les lieux publics et place aux altern…

Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités territoriales, les établissements publics et l’État ne peuvent plus utiliser ou faire utiliser des pesticides pour l’entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades accessibles ou ouverts au public et relevant de leur domaine public ou privé.RAPPEL DES FAITS : UNE PROCÉDURE LÉGISLATIVE DE LONGUE HALEINELe 22 juillet 2015, l’Assemblée nationale a adopté la loi de transition énergétique pour la croissance verte qui prévoit la mise en place de l’objectif zéro pesticide dans l’ensemble des espaces publics à compter du 1er janvier 2017 : interdiction de l’usage des produits phytosanitaires par l’État, les collectivités locales et établissements publics pour l’entretien des espaces verts, promenades, forêts, et les voiries. De plus, la commercialisation et la détention de produits phytosanitaires à usage non professionnel seront interdites à partir du 1er janvier 2019. Cette mesure concerne tout particulièrement les jardiniers amateurs. À noter que les produits de biocontrôle, qualifiés à faible risque ou dont l’usage est autorisé dans le cadre de l’agriculture biologique peuvent être utilisés.Depuis hier, plus aucune commune n’a le droit d’utiliser ou de faire utiliser des pesticides de synthèse dans ses espaces verts, promenades, forêts et voiries. Joël Labbé – Sénateur EELV du Morbihan et à l’origine de cette loi, nous explique, pourquoi il a souhaité déposer cette loi et comment elle devra se mettre en place.ET MAINTENANT ? QUELS IMPACTS POUR LES ACTEURS PUBLICS ?Si de nombreuses collectivités, dont des communes de toutes tailles (Versailles, Strasbourg, Mouans-Sartoux, Grande-Synthe, Paris…), ont déjà dit stop aux pesticides en se tournant vers les alternatives, d’autres n’ont pas encore franchi le cap. Or le printemps va arriver à grands pas, et si ces collectivités ne prennent pas les mesures qui s’imposent, elles vont se retrouver hors la loi.L’initiative « Zéro phyto 100% bio » souhaite donc rappeler à toutes ces collectivités françaises qui seraient tentées d’avoir recours, cette année encore, aux pesticides de synthèse, leur obligation de respecter cette loi qui constitue une réelle avancée pour la protection de l’environnement et surtout de la santé des professionnels des espaces verts comme des citoyens.Les associations partenaires invitent les citoyens à interpeller les maires de leur commune sur ce sujet et à inciter les communes qui le souhaitent à se signaler sur le site sur www.villes-et-villages-sans-pesticides.frPour plus d’informations consultez la campagne « 0phyto 100%bio » www.0phyto-100pour100bio.frConsultez également notre « kit collectivité » destiné à accompagner les communes à passer au 0 phyto et à l’introduction de produits bio dans la restauration collective. www.0phyto-100pour100bio.weebly.com/uploads/9/7/2/9/9729204/kit_%C3%A9lu_2016_final.pdf

Publié par Zéro phyto 100% bio sur dimanche 1 janvier 2017

L’immobilisme du monde politique est l’un des pires ennemis de l’écologie. Alors, quand ça bouge dans le bon sens, autant que ça se sache !

 

Source : http://positivr.fr/pesticides-interdiction-janvier-2017-espaces-verts/

Catégorie Permaculture

 

 

La preuve avec cette exploitation Normande.

http://positivr.fr

 

Respecter la terre et produire des aliments sains tout en gagnant de quoi vivre, c’est possible. Ce couple de Français nous en fait la démonstration.
Ceux qui décrivent encore la permaculture et l’agroécologie comme une stupide lubie pour bobos insouciants feraient bien de s’intéresser de près à l’exploitation de Linda et Edouard. Grâce à son exploitation, ce couple normand prouve en effet qu’on peut parfaitement produire une nourriture saine et respectueuse de l’environnement… tout en gagnant de l’argent !

 

 

Sur leur terrain situé près de Rouen, Linda et Edouard cultivent des framboises, des pommes et plusieurs variétés de courges, le tout grâce à des méthodes 100% basées sur un strict respect de la terre et sur une collaboration pleine et entière avec la nature.

Leurs potagers ne sont jamais labourés, aucun insecticide n’est utilisé et les herbicides sont bannis. Loin des méthodes conventionnelles, ici, on préfère laisser la terre se reposer et utiliser des techniques autrement plus naturelles : fumier, semis, champignons, feuilles mortes…

Et ça marche ! La production suit et, grâce à une centaine de clients fidèles et réguliers, le couple atteint déjà les 55 000€ de chiffre d’affaires dont 20 000€ de bénéfices !

L’AFP leur a récemment consacré un court reportage, et ça vaut largement le coup d’oeil. Regardez.

 

Lire la suite sur http://positivr.fr

 

 

Conférence proposée par Franck Nathié lors des Rencontres Nationales de Permaculture à Saffré (44).
Organisé par l’association Brin de Paille et l’association La Rigole (44) du 17 au 23 août 2015.
www.foretscomestibles.com

 

Catégorie Permaculture

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives