Archive pour la catégorie ‘SOLS’

 

Qui aurait cru que certaines plantes pouvaient détruire jusqu’à 99% des agents toxiques contenus dans les sols, tout en restant saine ? Après 10 ans de recherches, Thierry a trouvé la solution pour décontaminer les sols avec un procédé économique et écologique. La Chine et le Brésil ont déjà adopté cette arme de dépollution massive. A qui le tour ?

 

 

à La Brosse-Monceaux / France

 

Source : http://www.1000pionniers.com/pioneer/11

Catégorie les SOLS

 

 

 

Catégorie les SOLS

 

 

 

La terre végétale désigne l’épiderme de la Terre, l’un des trois milieux de la sphère terrestre où vit le vivant, cette fine couche superficielle de la planète où poussent les plantes et les arbres.

Terre végétale par opposition à terre minérale, là où rien ne pousse.

Et il suffit de s’essayer à la culture sur un sol minéral pour se rendre à l’évidence : avec de l’eau et de la chaleur, les graines germent, et les cotylédons s’ouvrent en attendant que la tige souterraine trouve la terre végétale. Et jusqu’à un certain point, la plante pousse sur les réserves nutritives de sa graine, mais  sans, le point final est vite atteint. À moins de nourrir la plante avec la chimie, mais ça, c’est une autre histoire !

 

Alors cette terre dont la plante a besoin pour se nourrir, est-elle végétale ou animale ?

 

VÉGÉTALE

D’un point de vue commercial, une terre végétale est en France, depuis l’arrêté du 05/09/2003, norme NF U 44-551, « une terre issue d’horizons de surface humifères ou d’horizons profonds pouvant être mélangée avec des matières organiques d’origine végétale, des amendements organiques et/ou des matières minérales. » Mélangée avec des matières minérales pour faire du volume pour pas cher… 🙂

Cette norme a été édifiée dans le cadre des supports de culture, autrement dit quand le sol est réduit à un support comme un autre, un excellent support pour assoir l’industrie agricole de l’agro-alimentaire. Mais d’un point de vue agronomique, difficile de définir exactement ce qu’est la terre végétale et là où elle se termine, là où commence la terre minérale. Certains y voient la seule couche supérieure d’un sol, l’humus, d’autres un horizon plus important…

Bref, toutes ces opinions ont tout de même un dénominateur commun : la décomposition. Autrement dit, la terre végétale est née de la décomposition des végétaux, raison pour laquelle elle serait finalement désignée comme végétale. Et même si beaucoup d’agronomes persistent à signer que ce sont les plantes qui fabriquent les sols, il n’en est rien, elles sont seulement la matière première utilisée par ceux qui la fabriquent. La même matière première, qui, non digérée, donne du pétrole.

 

ANIMALE

Mais reconnaître que le sol est le produit d’une digestion, sous-entendrait que nos sols nourriciers sont fabriqués par des intestins d’animaux ! Et que les plantes n’en sont que le fourrage, d’où le concept de terre animale.

Une révolution intellectuelle qui réduirait à néant, tel un tsunami, tous les intérêts commerciaux et scientifiques, obligeant à mettre au pilon et ré-écrire tous les manuels d’agronomie, obligeant les ingénieurs et docteurs ès sciences agricoles à se confesser : « On a merdé, le sein terrestre est fait de cacas et de pipis ! »

 

LA DÉCOMPOSITION

La décomposition est une transformation de la matière organique (l’ex matière vivante, biologique) par les animaux, les bactéries et les champignons. Quant à la matière minérale, seules quelques bactéries et composés chimiques peuvent la transformer, les animaux et les champignons en étant incapables.

Bref, quand un peintre utilise des couleurs, il les décompose et les transforme pour créer autre chose. Et sauf erreur de ma part, sa création ne porte pas le nom du fabricant de sa matière première. Pour les plantes, elles sont bien la matière première qui sert à créer un sol, mais elles ne sont pas l’artiste. L’artiste, celui qui tient le premier rôle, c’est le monde animal. Et le premier à avoir parlé d’une terre animale, c’est Charles Darwin.

Et autant sa Théorie de l’évolution des espèces a été validée par la communauté scientifique, autant sa seconde théorie sur une terre animale pourrait révolutionner notre modèle agricole.

 

TERRE ANIMALE

Quand monsieur Darwin publie son dernier livre en 1882, il écarte l’idée d’une terre animale du titre : Rôle des vers de terre dans la formation de la terre végétale. À savoir, quel rôle jouent-ils dans la mince couche supérieure du sol appelée humus ?

Et d’écrire à la page 3 de son livre : « Je fus amené à conclure que la terre végétale sur toute l’étendue d’un pays a passé bien des fois par le canal intestinal des vers et y passera bien des fois encore. Par suite, le terme de « terre animale » serait à certains égards plus juste que celui communément usité de « terre végétale » .

Et d’ajouter en suivant: « Les vers de terre ont joué, dans l’histoire du globe, un rôle plus important que ne le supposeraient au premier abord la plupart des personnes. »

Mais à l’époque, sa proposition n’a fait aucune émule, tuée dans l’œuf par les dépositaires de la bonne morale comme il le précise. Sauf qu’au même titre que celle qui l’a rendue célèbre, la science a depuis validé sa théorie, à savoir que les sols sont fabriqués en permanence par des intestins. Et par intestin, il faut entendre par la digestion et l’action combinée des animaux, des bactéries et des champignons du sol pour faire simple.

 

Un DIGESTEUR

Et dans cet écosystème intestinal, parce qu’il est fondamental de considérer qu’un sol vivant fonctionne comme un intestin inversé, comme un gigantesque digesteur où les racines des plantes aspirent leur nourriture à l’image de notre paroi intestinale, le ver de terre est la colonne vertébrale, le poumon, la tête pensante et le cœur du système.

Suite de cet article prochainement. En attendant, retrouvez plus d’informations dans : Des nouvelles agricoles et d’ailleurs ; et soutenez le projet : Sauver le ver de terre, l’un des premiers marqueurs de la biodiversité.

 

Source : http://www.lejardinvivant.fr/2018/03/09/terre-vegetale-animale/

Réédition de ces vidéos éditées en Nov 2 012.

 

PARTIE 1

PARTIE 2

Catégorie les SOLS

 

 

Il nous explique avec passion comment les arbres communiquent

 

La forêt regorge de bien des énigmes… Ce chercheur de Lausanne nous révèle ses découvertes stupéfiantes sur ce qui relie les arbres entre eux.

Ernst Zürcher, ingénieur forestier, nous emmène en balade.

Ce passionné de nature s’est fait une spécialité d’explorer les mystères de la forêt qu’il nous dévoile dans un reportage fascinant.

 

 

Source : http://positivr.fr

Catégorie Végétaux

 

 

Innondation et glacea Cussey  ( decembre 2010 )

 

Romorantin, comme les autres villes moyennes, s’est beaucoup étendue. Là où j’allais courir les bois se trouvent maintenant des zones pavillonnaires, des Leclerc, Halle aux chaussures et autres Kiabi au milieu d’hectares de parkings bitumés.

On a dit tout ou presque de cette urbanisation trop souvent ignorante des impératifs de la nature, de ses emportements. Les crues centennales sont centennales, alors on les oublie. Mais l’urbanisation n’est pas seule en cause, et derrière les questions de remembrement, de non-entretien des berges, des canaux, ou de suppression des haies se profile une autre responsabilité, plus importante encore : l’appauvrissement des sols par l’agriculture intensive.

Le site reporterre.net titre ainsi, lundi matin, sur « Ce phénomène naturel [les inondations] aggravé par des pratiques agricoles délétères pour les sols ». On n’aime pas, dans notre pays, accuser les agriculteurs sur lesquels il est plutôt de bon ton de verser des larmes. « Un sol en bon état est riche en matières organiques, c’est-à-dire en petites racines, en petites bêtes et, en particulier, en vers de terre qui creusent des galeries. Le sol est alors poreux, plein de petits trous qui lui permettent d’absorber l’eau », et l’agronome Jacques Caplat précise que des études ont « prouvé qu’un sol vivant pouvait absorber jusqu’à 300 millimètres d’eau par heure ! C’est beaucoup plus que ce qui est tombé ces jours-ci. » Mais avec l’intensification de l’agriculture, « les éponges sont devenues des toiles cirées », dit-il. « On a peu d’arbres et peu de rotation des cultures, donc peu de racines. Le gigantisme des parcelles a entraîné l’utilisation de machines agricoles de plus en plus lourdes, qui tassent le sol. L’eau ne peut plus s’infiltrer ! »

Lydia et Claude Bourguignon, qui dirigent le Laboratoire d’analyses microbiologiques des sols, tirent depuis 25 ans la sonnette d’alarme. L’utilisation massive des produits phytosanitaires appauvrit dramatiquement les sols, dont le fameux Roundup qui « tue la faune capable d’aérer le sol », et les engrais chimiques qui « minéralisent la matière organique, la brûlent et la consomment trop vite ». De ce fait, « la pluie entraîne la terre, le sol s’érode, la quantité de matière organique diminue. C’est un cycle infernal. »

Conséquence, dit Lydia Bourguignon, « si dans un mois il y a un peu de chaleur, vous allez voir que les agriculteurs vous diront qu’ils ont des sols secs, au risque, même, de devoir irriguer… »

Dans un entretien accordé à un magazine de santé naturelle ce printemps, les deux agronomes se montraient déjà alarmistes : « Aujourd’hui, les sols meurent et les plantes sont malades. On croit faire de l’agriculture, en réalité nous faisons de la gestion de pathologie végétale, à savoir que nous essayons de maintenir en vie des plantes qui devraient mourir tellement elles sont malades. Ce n’est pas ça, l’agriculture ! »

Pour comprendre, ils donnaient ces chiffres : en France, depuis 1950, le taux de matière organique est passé de 4 % à 2 %. Et quand il n’y a plus de matière organique pour nourrir les milliards d’insectes du sol, ils finissent par disparaître. Aujourd’hui, on compte moins de 100 kg de vers de terre à l’hectare au lieu de 2 tonnes autrefois…

http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/inondations-la-faute-aussi-a-lagriculture-intensive,261078?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=4133ec3f0c-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-4133ec3f0c-30624101&mc_cid=4133ec3f0c&mc_eid=1bbab6aa0a

Catégorie les SOLS

 

 

 

Roundup, c’est le pesticide le plus utilisé dans le monde, pulvérisé dans les champs de soja, de maïs ou de colza. On le trouve aussi dans les bidons que nous achetons pour désherber nos jardins.

Mais depuis le 1er janvier 2016, la vente du Roundup aux particuliers est encadrée en France. Car cet herbicide est soupçonné d’empoisonner le bétail autant que les humains.

 

En Argentine, le troisième producteur mondial de soja, les taux de cancer ont explosé dans les zones agricoles depuis l’introduction du Roundup. Les enfants sont les plus exposés : dans certains villages des malformations sévères et des retards de développement touchent désormais la plupart des familles. En Europe, le bétail nourri avec ce soja importé subit parfois d’inquiétantes mutations génétiques.

 

En France, en Argentine, et au Danemark, une équipe d’Envoyé Spécial a enquêté sur cette substance controversée, auprès des chercheurs et des victimes, et derrière un écran de fumée, où secrets industriels et conflits d’intérêts semblent être devenus la norme.

Envoyé Spécial : « Roundup : La malédiction du soja »

  • Réalisé par Pierre Morel

  • Diffusion le jeudi 18 février à 20h55 sur France 2

Source : http://www.mondialisation.ca/roundup-pesticides-la-malediction-du-soja/5509290

Catégorie Santé

Catégorie les SOLS

Épatant !!!
De quoi redonner beaucoup d’espoir ! 

 

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, 70 années d’agriculture industrielle intensive ont épuisé les sols français. Rencontre avec des hommes et des femmes qui tentent de lutter contre ce phénomène.

 

 

Catégorie les SOLS

 

 

 

Fichier:Chardon bleu des Pyrénées.jpg

 

Depuis leur apparition, les plantes ont colonisé des milieu de vie variés, se sont adaptées aux sols, aux conditions climatiques et même aux pratiques agricoles.

———————————————————————————————————————————————————————

Avec : Gérard Ducerf, botaniste, auteur de ‘L’encyclopédie des plantes bio-indicatrices, guide de diagnostic des sols » (Editions Promonature)

 

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4801144

 

Catégorie les SOLS

 

 

 

L’eau des ruisseaux qui sort des forêts, est transparente ! …..

L’homme rend les eaux boueuses en attaquant les sols ….

Les rivières marron entraînent les terres qui ont été travaillées par l’homme

 

Du fait de l’absence de contrôle démographique et autres choix, l’équivalent d’un département français est bétonné tous les 7 ans !,

cela va à l’encontre l’intérêt des sols, des végétaux et de nos amis les animaux.

 

Les bactéries du haut des arbres communiquent avec les nuages, et font arriver la pluie !

Là où est passée la déforestation, il n’y a plus de pluie !

 

Catégorie les SOLS

Pour prendre soin de la terre, une conférence passionnante, truffée d’informations inédites & avec plein de pistes pour avancer ……

Catégorie les SOLS

Chacune de nos actions peut avoir un impact sur le sol, sur la terre qui nous fait vivre, et c’est à nous de savoir la protéger.

Source : http://lesmoutonsenrages.fr/2015/03/15/le-sol-est-vivant-en-voici-la-preuve-avec-le-test-a-la-beche/

Catégorie Les sols

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives