Archive pour la catégorie ‘NATURE’

 

Le miracle, c’est Don José Carmen Garcia Martinez qui, avec son amour pour les plantes, les paroles qu’il leur adresse et d’anciennes recettes aztèques, a réussi à cultiver des légumes géants. Il a produit ainsi des choux de 45 kg, des pieds de maïs de 5 m. de haut, des feuilles de blette de 1,5 m. de long, 7 à 8 courges par pied (1 à 2 habituellement), 110 tonnes d’oignons par hectare (16 tonnes normalement).

 

Editions Clair de Terre

extraits…

« J’ai commencé par m’asseoir auprès des plantes, je me suis mis à les observer. Puis je leur ai demandé de m’aider. Les plantes, comme tout ce qui vit, ont une forme d’intelligence qui leur permet de communiquer avec nous, il suffit de les écouter. Parfois, pendant la nuit, je sens que mes plantes ont soif, alors je marche jusqu’à mon champ, et je les arrose jusqu’à ce qu’elles soient satisfaites ».

« C’est absurde d’appliquer à la lettre les conseils d’arrosage, car, comme les hommes, chaque plante est différente ».

« Les hommes n’ont pas tous des affinités avec les plantes, et les plantes avec les hommes.C’est une question de compatibilité, comme les rhésus sanguins entre les êtres humains. Les plantes elles-mêmes peuvent se regrouper par affinité, en fonction de leurs énergies. Par exemple, on peut marier le haricot rouge et le maïs parce que ce sont des plantes qui s’entraident. Mais d’autres peuvent se combattre, comme la mangue et l’avocat, et même s’entretuer ».

« Si l’énergie d’une plante se heurte à la nôtre, la plante peut préférer mourir plutôt que de nous accepter. Certains par contre sont nés avec des dons pour cultiver, et s’entendent bien avec un grand nombre de plantes. On dit alors qu’ils ont la main verte ».

« Quant à moi, certaines plantes m’acceptent, d’autres pas : celles-là, je n’ai pas le droit de les cultiver ».

 

Pour voir le film : http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=1633

 

Un extrait de présentation :

 

Catégorie Végétaux

 

 

Pour ceux qui s’y perdent et ceux qui s’y retrouvent, voici moins de quatre minutes d’images simples pour comprendre la suite de Fibonacci qui décrit la création permanente du monde par les nombres entiers et les fractales.

 

 

SOURCE : http://www.urantia-gaia.info/2013/01/10/la-creation-selon-fibonacci/

Catégorie Nature

 

 

 

Catégorie Végétaux

 

 

 

L’artiste gallois Ali John Meredith-Lacey, connu sous son nom de scène Novo Amor, publie un clip musical engagé en faveur de la protection des océans. Alors que les alertes scientifiques ne suffisent pas à encourager la communauté internationale vers la voie d’un plan d’action contre les pollutions marines et notamment le plastique, le chanteur célèbre avec « Birthplace » la beauté des fonds marins encore intacts tout en exposant leur dépérissement sous l’effet des activités humaines.

 

Catégorie Musique

Catégorie Nature

 

 

 

C’est un royaume étonnant, qui s’avère être l’une des clés de la vie sur Terre. Premiers organismes apparus sur notre planète il y a un milliard d’années, les champignons, aussi appelés mycètes, semblent inclassables : ni plantes ni animaux, ils constituent un règne en soi. Si les comestibles nous sont les plus familiers, la variété des mycètes a de quoi surprendre : entre les levures et les organismes pluricellulaires, il existerait des millions d’espèces.

À travers d’impressionnantes images macro en accéléré et des animations en 3D, ce film très documenté remonte le fil de l’évolution, montrant comment les champignons ont façonné l’écosystème que nous connaissons, et fait le point sur les recherches scientifiques les plus récentes dans le domaine de la mycologie. Production d’alcool ou de pain, propriétés médicinales (notamment d’antibiotiques ou d’anti-inflammatoires), décomposition des déchets… : la science s’intéresse aux innombrables vertus des champignons. Et se penche également sur les infections fongiques parfois mortelles, comme celle provoquée par le cryptococcus, un mycète qui se développe à la faveur du réchauffement climatique…

 

Réalisation : Annamária Tálas

Pays : Australie / Canada

Année : 2017

 

Catégorie Sciences

 

 

C’est le genre de découverte qui marque la carrière d’un scientifique : au cœur de la nature sauvage, en Italie, trône l’arbre le plus ancien d’Europe connu à ce jour.

 

Crédit photo : Gianluca Piovesan

 

Sur une colline du plus grand parc national d’Italie, le Pollino, se dresse fièrement le plus vieil arbre d’Europe. Des scientifiques ont récemment fait la découverte de ce spécimen, un pin d’Heldreich, encore plus ancien que l’Adonis, un arbre de 1075 ans qui pousse en Grèce.

Dans les montagnes du parc national de Pollino, au sud de Naples, une équipe de scientifiques recherchait des vieux arbres. Ce parc sauvage, le plus grand du pays, compte quelques petits villages à l’intérieur de ses frontières, mais la nature peut y être particulièrement rude.

 

Crédit photo : Gianluca Piovesan

Les chercheurs y menaient un sondage de trois ans dans l’espoir de mieux comprendre le vieillissement et la sénescence (le processus de ralentissement de l’activité vitale) dans les forêts, ainsi que les changements dans le paysage au fil du temps.

C’est sur les hauteurs d’une colline qu’ils ont découvert un pin d’Heldreich qui semblait encore plus vieux que les autres.

Difficile pour les scientifiques de déterminer son âge de prime abord, c’est en examinant l’intérieur qu’ils découvrent que son noyau a commencé à se désintégrer. Mais en utilisant la datation au carbone 14 et en examinant les anneaux des racines de l’arbre, ils ont pu découvrir en quelle année le premier anneau de l’arbre se serait formé : 789.

Cela fait de cet arbre de 1230 ans, baptisé Italus, le plus ancien arbre daté scientifiquement en Europe à ce jour. Maxime Cailleret, de l’Institut Fédéral de Recherches sur la Forêt, la Neige et le Paysage en Suisse, explique :

« Étudier des arbres pluricentenaires est immensément important afin de mieux prédire les répercussions futures du changement climatique sur les écosystèmes des forêts. »

 

Crédit photo : Gianluca Piovesan

Prochain objectif des chercheurs : comprendre la reprise de la croissance d’Italus ces dernières années.

Il ne vous reste plus qu’à aller vous balader dans le parc de Pollino pour observer cet arbre majestueux de vos propres yeux.

 

Source : https://positivr.fr/pin-italus-italie-plus-vieil-arbre-europe-1230-ans/?utm_source=actus_lilo

Catégorie Végétaux

 

 

Ajout à l’article du 24 septembre 2016

 

 

 

De plus en plus, on entend parler des grandes multinationales agricoles comme Monsanto ou DuPont et Dow ainsi que de leur monopole sur le marché des graines, et surtout des scandales et abus qui en résultent. Ce monopole est en passe de changer avec l’application prochaine d’une nouvelle loi votée par le Parlement européen autorisant la “reproduction végétale de matériel hétérogène biologique”.

 

LA FIN D’UN MONOPOLE

Cela fait maintenant 37 ans que les grandes multinationales agricoles comme Monsanto ont le monopole de la vente de graines dans les marchés mondiaux. En effet, en 1981, a été votée une loi interdisant la vente de graines ne figurant pas sur les catalogues officiels de ventes élaborés par le Groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis), comprenant à l’heure actuelle plus de 3 000 variétés de légumes. Cette loi avait été votée pour préserver la santé des consommateurs. En effet, les graines cataloguées doivent au préalable passer une batterie de tests, mais elles devaient également avoir un apport de plus par rapport aux autres graines auparavant inscrites dans le catalogue.

Or, pour qu’un agriculteur puisse voir ses graines inscrites dans ce catalogue, il devait verser des sommes exorbitantes (entre 6 000 et 15 000 €) que peu de petits agriculteurs peuvent se permettre de dépenser, ce qui a laissé le monopole aux grandes multinationales. Mais cela va changer car une nouvelle loi a été votée le 26 avril 2018. Elle autorisera la vente de semences issues des agriculteurs bio d’ici 2021.

 

 

UN GRAND PAS VERS LA BIODIVERSITÉ DES RÉCOLTES

Cette nouvelle loi va permettre de revitaliser la biodiversité mais aussi notre alimentation. L’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture a récemment fait le constat suivant : seulement 12 espèces végétales et 5 espèces animales forment les trois quarts de notre alimentation actuelle. La communauté espère qu’avec cette nouvelle loi, les consommateurs auront un accès à une plus grande variété de fruits et légumes.

Les agriculteurs bio, n’ayant ainsi plus de frein financier, pourront proposer leurs propres variétés de graines biologiques à la vente. Ces graines seront directement issues des récoltes bio et donc seront moins nocives pour les consommateurs. Une grande avancée pour le soutien de l’agriculture biologique.

 

Source : https://dailygeekshow.com/agriculteurs-vente-graines/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2018-05-02

 

 

 

 

Article du 24 septembre 2016

 

IMMENSE VICTOIRE POUR LES ASSOCIATIONS – LES SEMENCES ANCIENNES NE SERONT PLUS INTERDITES EN FRANCE

 

Immense victoire pour les associations : les semences anciennes ne sont plus interdites en France !

 

Un grand merci aux Députés français !!!

Victoire de la Loi Biodiversité

Communiqué de nos amis d’Intelligence Verte   :

La Loi « Biodiversité » est une
victoire pour la biodiversité
des semences cultivées

Les variétés du domaine public
enfin libérées du carcan du
« catalogue officiel »

Mercredi 20 juillet, l’Assemblée nationale a définitivement voté la loi « pour la reconquête de la biodiversité », après deux années de procédure législative et de nombreux revirements dans le contenu des dispositions législatives.

En tout état de cause, la loi donne une véritable bouffée d’oxygène à la biodiversité cultivée, par le biais d’un article 4 quater qui a lui-même connu de nombreuses vicissitudes, et qui est finalement devenu l’article 11 de la loi.

(…)

Cela signifie que toutes les associations Loi 1901 pourront désormais donner, échanger et vendre des semences de variétés du domaine public *, qu’elles soient inscrites ou non inscrites au « catalogue officiel », à des jardiniers amateurs. Seules les exigences sanitaires de la réglementation sur le commerce des semences resteront applicables.

De nombreuses associations vont pouvoir bénéficier de ces dispositions et les petites entreprises qui ne pourraient jouir de cette dérogation seront amenées à créer des associations pour distribuer des variétés « hors catalogue ».

Les jardiniers vont désormais avoir accès à une gamme très étendue de graines, aux goûts, aux formes et aux couleurs bien plus diversifiées qu’auparavant. Il faut espérer que cette biodiversité se répandra très vite dans tous les potagers de France et d’ailleurs.

Pour mémoire, ces dispositions nouvelles interviennent dans un contexte d’érosion galopante de la biodiversité agricole.

En un siècle seulement, 90% des variétés traditionnellement utilisées par les paysans à l’échelle de la planète ont déjà disparu de nos champs et de nos assiettes, selon la FAO  .

(…)

Pour lire la totalité, cliquer ICI  

https://www.terresacree.org/actualites/1643/actualite-immense-victoire-pour-les-associations-les-semences-anciennes-ne-sont-plus-interdites-en-france-126629

Voir tous les articles ….

Catégorie Végétaux

 

 

 

 

Catégorie Environnement

 

 

 

Catégorie Santé

 

 

Un guaimaro, immense arbre tropical, le 28 février 2018 à Dibulla, en Colombie AFP – Luis ACOSTA

 

Sur une planète menacée par le réchauffement, le guaimaro, immense arbre tropical vénéré des anciens, renaît peu à peu en Colombie. Doté de propriétés étonnantes, dont sa capacité à solidifier le gaz carbonique dans le sol, ce géant préserve le climat.

« Sans arbres, il n’y a pas d’eau et sans eau, il n’y a pas d’arbre! Les gens coupent, brûlent pour cultiver, pour le bétail. Le bois se raréfie, les rivières s’assèchent », déplore Manuel Duran, 61 ans.

D’une main lasse, ce paysan ôte son chapeau de paille et essuie la sueur de son front, sous le soleil implacable de la forêt tropicale sèche de Dibulla, au pied des montagnes de la Sierra Nevada de Santa Marta (Guajira, nord-est).

A plus de 900 km de là, à Medellin, ville très affectée par la pollution, des experts du monde entier sont réunis au chevet de la planète: la Plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) va rendre les 23 et 26 mars son diagnostic sur l’état de la faune, de la flore et des sols.

 

Des fermiers transportent des boutures de guaimaro pour les planter, le 28 février 2018 à Dibulla, en Colobmie (AFP - Luis ACOSTA)Des fermiers transportent des boutures de guaimaro pour les planter, le 28 février 2018 à Dibulla, en Colobmie (AFP – Luis ACOSTA)

 

Conscient des dégâts causés par une agriculture irraisonnée, Manuel Duran, qui est né dans les marais du fleuve Magdalena, au coeur du pays, mais a été déplacé par la guerre, s’intéresse à un programme de reboisement dont le guaimaro est emblématique.

« Le guaimaro est un arbre magique! », explique à l’AFP Daisy Tarrier, 39 ans, directrice d’Envol Vert, ONG franco-colombienne à l’origine du projet. Enthousiaste, elle en détaille les qualités et celles de son fruit, sorte de baie orangée riche en nutriments.

– Un arbre ancestral –

 

Daisy Tarrier, directrice d'Envol Vert, une ONG franco-colombienne à l'origine du projet de reboisement du guaimaro, lors d'une interview avec l'AFP, le 28 février 2018 à Dibulla, en Colombie (AFP - Luis ACOSTA)Daisy Tarrier, directrice d’Envol Vert, une ONG franco-colombienne à l’origine du projet de reboisement du guaimaro, lors d’une interview avec l’AFP, le 28 février 2018 à Dibulla, en Colombie (AFP – Luis ACOSTA)

 

Le Brosimum alicastrum pousse du Mexique au Brésil. Selon les pays, il est appelé guaimaro, ramon, campeche, ojoche, mewu, etc. ou en français noyer maya. Pour cette civilisation pré-colombienne, il était aussi essentiel que le maïs, et le reste pour nombre d’indigènes. Mais beaucoup de paysans en ont oublié les qualités.

Afin de raviver un savoir précieux contre la malnutrition, Envol Vert organise des ateliers de cuisine: « le fruit contient autant de protéines que le lait, quatre fois plus de potassium que la banane, autant de fer que les épinards, quatre fois plus de magnésium que le haricot rouge », autre aliment de base en Amérique latine.

 

Un cours de cuisine pour apprendre à faire des galettes à partir de la poudre de graines du guaimaro, le 28 février 2018 à Dibulla, en Colombie (AFP - Luis ACOSTA)

Lire la suite de cette entrée »

 

 

Catégorie Norvège

 

 

 

Catégorie les SOLS

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives