Archive pour la catégorie ‘LECTURE’

n-CREATIVITE-large570

The Huffington Post  |  Par Carolyn Gregoire

CERVEAU – La créativité opère de manière mystérieuse et souvent paradoxale. La pensée créative est une caractéristique stable qui définit certaines personnalités, mais elle peut aussi changer en fonction du contexte. On a souvent l’impression que l’inspiration et les idées naissent de nulle part et qu’elles disparaissent au moment où on a le plus besoin d’elles. La pensée créative nécessite une cognition complexe qui est néanmoins complètement différente du processus de réflexion.

Les neurosciences nous proposent une image très complexe de la créativité. Tels que les scientifiques la comprennent aujourd’hui, la créativité est bien plus complexe que ce que la distinction entre les parties droite et gauche du cerveau nous aurait laissé penser (en théorie, le cerveau gauche serait rationnel et analytique tandis que le cerveau droit serait créatif et émotionnel). En fait, on pense que la créativité implique un certain nombre de processus cognitifs, de voies neuronales et d’émotions, que nous ne nous représentons pas encore.

Psychologiquement parlant, les types de personnalités créatives sont difficiles à repérer, car elles sont en général complexes, paradoxales et qu’elles ont tendance à éviter l’habitude ou la routine. Le stéréotype de l’ « artiste torturé » n’est pas infondé – les artistes peuvent vraiment être des personnes très compliquées. Une étude a montré que la créativité implique qu’une multitude de traits, de comportements et d’influences sociales soient rassemblées en une seule et unique personne.

« C’est vraiment difficile pour les personnes créatives de se connaître, car le moi créatif est plus complexe que le moi non-créatif », a déclaré Scott Barry Kaufman, un psychologue de l’Université de New York qui a passé des années à faire des recherches sur la créativité, au Huffington Post. « Les choses qui ressortent le plus sont les paradoxes du moi créatif… Les personnes imaginatives ont des esprits plus désordonnés. »

S’il n’existe pas de profil créatif « typique », on trouve cependant des caractéristiques et des comportements révélateurs chez les personnes extrêmement créatives. Voici 18 choses que les gens créatifs font différemment.

 

Ils rêvassent

daydreaming child

Les personnes créatives le savent bien, malgré ce que leurs professeurs ont pu leur dire : rêvasser n’est pas une perte de temps. Selon Kaufman et la psychologue Rebecca L. McMillan, co-auteurs d’un article intitulé « Ode à la rêverie positive constructive », laisser son esprit vagabonder peut faciliter le processus de « l’incubation créative ». Et bien sûr, nous savons par expérience que nos meilleures idées ont souvent l’air de sortir de nulle part, quand nous avons l’esprit ailleurs.

Bien que rêvasser semble être un acte irréfléchi, une étude parue en 2012 suggérait que cela pourrait en fait nécessiter une grande activité du cerveau – rêvasser peut entraîner des connexions et des idées soudaines parce que cette activité est liée à notre capacité à retenir une information en période de distraction. Les neuroscientifiques ont aussi découvert que rêvasser implique les mêmes processus cognitifs que ceux associés à l’imagination et la créativité.

 

Ils observent tout ce qui est autour d’eux

Lire la suite de cette entrée »

L’homme blanc, toujours très fier de sa civilisation, évoque son fardeau pour justifier la colonisation et l’exploitation des prétendues cultures primitives. Mais quand ont voit ce que la civilisation de l’homme blanc a commis envers la terre, on s’interroge à propos de la vraie culture et de la véritable civilisation.

Indien sioux

Ci-dessous la noble réponse du chef indien Seattle à la proposition venant du président Américain.

Comment peut on vendre ou acheter le ciel, les nuages et la chaleur de la terre ? l’idée est étrange. La fraîcheur de l’air ou de l’eau cristalline ne nous appartiennent pas, alors comment, pouvez vous les acheter ?

Chaque partie de cette terre est sacrée pour notre peuple. Chaque aiguille de pin, chaque banc de sable de la rivière, la brume des forets profondes, chaque clairière bruissante d’insectes est la sainte mémoire et le vécu de mon peuple, la sève qui parcourt les arbres transporte la réminiscence de l’homme à la peau rouge.

L’homme blanc oublie même le pays ou il est né. Nos morts n’oublient jamais cette belle terre, car elle est la mère de l’homme à la peau rouge. Nous faisons partie de cette terre et elle fait partie de nous.

Alors quand le grand chef de Washington nous envoie un message disant qu’il veut acheter notre terre, c’est beaucoup nous demander, qu’il sera notre père et que nous seront ses fils. Néanmoins ce ne sera pas facile, parce que cette terre nous est vraiment sacrée. L’eau cristalline qui ruisselle dans les fleuves et les rivières n’est pas simplement de l’eau ordinaire, c’est le sang de nos ancêtres.

Si nous vendons la terre vous devez vous souvenir qu’elle est sacrée, que chaque reflet dans les eaux claires des lacs nous parlent d’événements de la vie de mon peuple. Le murmure de l’eau est la voix du père de mon père. Si nous vous vendons notre terre, n’oubliez pas d’enseigner à vos enfants que les rivières sont nos sœurs et aussi les leurs. Et vous devez leur manifester la gentillesse que vous accorderiez à votre sœur.

Lire la suite de cette entrée »

 

AI-JE UN BUT, COMMENT LE TROUVER ET COMMENT LE RÉALISER ?

but-de-la-vie

 Est-ce que la réalité d’un grand but universel unique, que de fait on appelle généralement « Dieu » et Plan divin, rend caducs ou vils nos buts individuels ?

 

Est-ce que parce que le Grand But est inaccessible puisqu’infini, ce qui est la clef de l’origine de l’univers, il rend nos objectifs individuels impossibles ?

 

Est-ce que renoncer à avoir des objectifs personnels est une preuve de haute spiritualité, en tout cas d’extinction de l’ego au profit de l’accueil de tout ce qui vient ?

 

Voilà trois questions essentielles pour l’aspirant, celui qui est en recherche spirituelle, et qui vont exiger des réponses tôt ou tard, car la réponse qu’on leur donne est décisive pour nos vies personnelles et pour notre relation au monde.

Beaucoup de gens vivent sans but global et fondamental clair. Sans se sentir de « mission », de « vocation ». Tant qu’ils ne l’ont pas trouvée, ils ne vont pas bien. Ce sont ceux qui savent où ils vont qui ont l’énergie pour y aller. Les autres ne peuvent pas avoir cette énergie, car le but engendre l’énergie. Il n’y a pas d’autre source d’énergie possible qu’un BUT. On l’a souvent exprimé et démontré dans ces chroniques, il ne peut y avoir d’énergie dans les expériences passées, dans les mémoires, et donc dans la matière ni dans l’univers. Tout cela est toujours du passé, des mémoires, des apparences illusoires.

La seule source d’énergie de l’univers est son BUT, et de cette énergie dépend tous les autres buts, partiels, qui sont les nôtres. Renier l’un c’est renier les autres.

On dit souvent en Physique que l’univers est énergie, que la matière est énergie etc. Si l’univers est énergie c’est qu’il est la manifestation d’un grand but. Si la « matière » contient de l’énergie, comme on pense le vérifier avec le nucléaire, c’est parce que la « matière » est un obstacle (une inertie simplement) à la réalisation d’un but, et que lorsqu’on la détruit, lorsqu’elle disparaît, ce but peut de nouveau se manifester.

Celui qui n’a pas de but n’a pas d’énergie. Nombre de nos lecteurs sont de thérapeutes ou sont dans la relation d’aide. Ils savent fort bien que lorsque quelqu’un est déprimé ou en-dessous de son potentiel, la première des choses à faire pour l’aider est lui trouver son but. Le bon si possible. Et dès qu’on a mis le doigt sur quelque chose qui plait à la personne, qu’elle a envie de réaliser, un but pour lequel elle se sent fait, tout de suite le visage s’illumine, tout de suite le sourire ou le rire revient, l’énergie est de retour. Et le monde change radicalement autour de la personne.

Lire la suite de cette entrée »

Porte

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent.

Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l’envoya auprès d’un Vieux Sage.

« Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie », demanda le Prince.

« Mes paroles s’évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d’entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t’en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t’en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton cœur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi. »

Le Vieux Sage disparut et le Prince s’engagea sur le Chemin de la Vie.

Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire « CHANGE LE MONDE ».

« C’était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d’autres ne me conviennent pas. »

Lire la suite de cette entrée »

Tu as raison

 

1 Vote

 

moines

Par une chaude après-midi d’été, trois jeunes moines zen méditent dans le jardin du temple, lorsqu’une mouche commence à tourner autour d’eux. A l’instant même où elle se pose sur son nez, le plus jeune moine l’écrase d’un geste agile. Gêné par cette réaction, le second moine lui reproche : « Tu n’aurais pas dû tuer cette mouche, car nous autres moines devons respecter toute forme de vie ». Le plus jeune répond : « Mais cette mouche m’empêchait de méditer, et nous autres moines devons méditer. Je devais donc tuer cette mouche ». Alors que les deux moines commencent à se disputer, l’aîné intervient : « Il est certain que l’un de vous deux a raison, mais je ne sais pas qui. Nous devrions demander à notre maître ». Et les trois moines s’en vont voir leur vieux maître zen.

Le plus jeune s’explique : « Maître, pendant notre méditation, une mouche tournait autour de nous et nous empêchait de nous concentrer. Je l’ai donc tuée pour que nous puissions de nouveau méditer. N’ai-je pas raison ? » Après avoir écouté le jeune moine, le vieux maître zen réfléchit un moment, tout en se lissant la barbiche. Il répond finalement : « Oui, tu as raison ».

Le second moine prend alors la parole : « Mais Maître, nous autres moines devons respecter toutes les formes de vie. Nous ne pouvons pas tuer une mouche, quoi qu’elle fasse. N’ai-je pas raison ? » Après avoir écouté le second moine, le vieux maître zen réfléchit à nouveau, tout en se lissant la barbiche. Il répond finalement : « Oui, tu as raison. »

C’est alors que le troisième moine, resté jusque-là parfaitement tranquille, bondit et demande : « Mais Maître, ils ne peuvent pas avoir raison tous les deux à la fois ! N’ai-je pas raison ? » Après avoir écouté le troisième moine, le vieux maître zen réfléchit encore une fois, toujours en se lissant la barbiche. Après un temps qui paraît très long aux trois moines, il répond finalement : « Oui, tu as raison ».

Source : http://fredericbaylot.wordpress.com/2013/06/25/tu-as-raison/

par Yann Thibaud

extraits de « L’Éveil de l’humanité (L’Écologie intérieure 3) »

Voilà presque deux siècles qu’au nom de l’idéologie du progrès, la société occidentale (aujourd’hui étendue à la planète entière) a cru trouver le bonheur et le sens de l’existence, dans une production et une consommation sans limite de biens et de produits, jusqu’à l’épuisement programmé des ressources de la Terre qui accueille l’humanité. Sortir de cette impasse suicidaire implique de transformer radicalement nos modes de vie et de pensée.

C’est pourquoi la crise généralisée que nous traversons n’est pas seulement économique, financière, énergétique ou politique : elle est d’abord structurelle, culturelle, civilisationnelle et (osons le mot) spirituelle ; elle est la conséquence d’une idéologie absurde, réduisant l’être humain à un agent économique, sorte de créature robotique ayant pour seule finalité de produire et consommer, niant par là sa dimension affective, sensible, intuitive et idéaliste ; elle signe le désastre du matérialisme, l’échec d’un monde dédié au culte du profit, la fin d’une illusion, mais aussi peut-être la naissance d’un monde différent, plus sage, plus heureux et plus libre, comme la métamorphose de la triste chenille en somptueux papillon.

Notre potentiel oublié

Lire la suite de cette entrée »

LES GUERRIERS DE L’ARC EN CIEL

LA PROPHETIE

indien

 

Les ancêtres (donc avant les 15ème – 16ème siècles) Indiens (Crees, surtout) racontaient que des hommes à la peau claire arriveraient de la mer orientale sur de grands canoës mus par d’énormes ailes blanches comme des oiseaux géants. Les hommes qui débarqueraient de ces navires ressembleraient aussi à des oiseaux (sans doute à cause des étranges armures ou du fait que les espagnols se déplaçaient à cheval, le cheval étant à l’époque inconnu aux Amériques), mais ils auraient deux pieds différents. Un de leurs pieds serait comme une patte de colombe, l’autre comme la serre d’un aigle.

Le pied de la colombe représenterait une belle religion nouvelle d’amour et de bonté (le Christianisme), tandis que le pied de l’aigle représenterait la soif de richesses matérielles, la puissance technologique et la guerre. Au temps des conquistadores, de Cortès, les nations Indiennes ont été étonnées de voir la folie des espagnols pour l’or. En effet, pour les indigènes, l’or n’y était apprécié que pour sa beauté pure et n’avait aucune valeur marchande. Pour la petite histoire, le vol de l’or n’a pas servi la cause espagnole car d’une part, beaucoup de galions ont été coulés par les pirates et les corsaires anglais ou français, et, d’autre part, l’afflux d’or a surtout développé une incroyable inflation en Espagne, inflation qui a mis à mal l’économie espagnole de l’époque.

Pendant de nombreuses années, la serre de l’aigle dominerait, car les nouveaux venus parleraient certes beaucoup de religion, mais tous ne vivraient pas pour elle. Ils déchireraient les nations rouges de leurs pattes d’aigle, tuant, exploitant et réduisant les hommes en esclavage.

Après avoir résisté comme ils le pourraient, les nations Indiennes perdraient leur esprit et se laisseraient parquer dans des enclaves de plus en plus petites (les traités de paix en Amérique du Nord, systématiquement brisés par les colons anglo-saxons et l’armée nord-américaine).

Il en irait ainsi pendant des siècles. Mais ensuite arriverait un temps où la terre deviendrait très malade. A cause de l’avidité sans bornes de la nouvelle culture, le sol se gorgerait de liquides mortels et de métaux lourds, l’air se chargerait de fumées nauséabondes et de cendres, et même la pluie, censée nettoyer la terre, s’abattrait sur elle en gouttes empoisonnées (les pluies acides). Les oiseaux tomberaient du ciel (prophétie des Indiens d’Amazonie, notamment, déjà accomplie), les poissons flotteraient le ventre en l’air et des forêts entières viendraient à mourir.

Quand ces choses viendraient à se produire, le peuple Indien serait d’abord impuissant.

Mais alors une nouvelle lumière viendrait de l’est, et les Indiens commenceraient à retrouver leur force, leur fierté et leur sagesse. La prophétie disait qu’ils seraient aussi rejoints par nombre de leurs frères et sœurs à la peau claire, qui seraient en fait les âmes réincarnées des Indiens tués ou réduits en esclavage par les premiers colons aux visages pâles. Il était dit que les âmes mortes de ces premiers hommes retourneraient dans des corps de couleurs différentes : rouge, blanc, jaune et noir. Ensemble et unis, comme les couleurs de l’arc-en-ciel, ces hommes enseigneraient à tous les peuples du monde comment aimer et vénérer la Terre Mère, dont la matière même est celle qui nous compose aussi, nous autres humains.

Sous le symbole de l’arc-en-ciel, toutes les races et toutes les religions du monde s’uniraient pour répandre la grande sagesse de la vie en harmonie les uns avec les autres et avec toutes les créations de la Terre.

Ceux qui porteraient cet enseignement seraient appelés les  » guerriers de l’arc-en-ciel « .

Ils seraient des guerriers mais ils auraient aussi avec eux les esprits des ancêtres, ils auraient la lumière de la Connaissance dans leurs têtes et l’Amour dans leurs cœurs, et ils ne feraient de mal à nul autre être vivant. La légende disait que, après un grand combat mené avec la seule force de la paix, ces guerriers de l’arc-en-ciel finiraient par mettre un terme à la destruction et à la profanation de la Terre Mère et que la paix et l’abondance régneraient ensuite pour un âge d’or long, joyeux et paisible, ici sur la Terre Mère.

C’est un bref résumé de la prophétie Crees (Amérique du Nord) des guerriers de l’arc-en-ciel, commune, sous une forme ou une autre, à la plupart des nations Indiennes. Quelques commentaires ont été ajoutés mais on retrouve cette prophétie telle quelle dans  » Le mystère des crânes de cristal « , ainsi que d’autres développements instructifs sur ce sujet précis.

Cette prophétie est d’actualité. D’une actualité brûlante.

 

SOURCE : http://silver-wolves.com/articles/guerriers-arc-en-ciel-prophetie.htm

Catégorie Amérindiens

 

J’AI FAIT UN REVE …..

Celui d’un monde où chacun aurait conscience d’être de passage sur cette terre, en transit vers d’autres destinations, d’autres voyages à imaginer.

Où chacun se considèrerait comme une oeuvre en devenir, un matériau en élaboration dans l’athanor de ses rêves et de ses désirs.

Où la seule ambition serait d’exercer son magistère ; de découvrir, d’apprendre, de comprendre, de s’émerveiller.

Un monde où l’esprit de prédation aurait laissé place à l’esprit de symbiose.

Où la domination et la compétition seraient remplacées par la coopération et l’émulation.

Où les appétits, de quelque nature qu’ils soient, ne seraient plus conditionnés par les excès boulimique ou anorexique.

Un monde où l’on produirait et consommerait selon ses besoins dans le respect de la nature et du vivant.

Où l’on marcherait sur les deux jambes que sont la raison et l’intuition.

Où l’on aurait plaisir à créer sans plus avoir peur d’un grain de folie.

Où l’on considèrerait la diversité des choses et des gens comme une richesse et comme une chance.
Un monde où les individus ne feraient pas semblant d’être ce qu’ils ne sont pas.

Où les gens se parleraient et s’écouteraient sans se juger ni s’évaluer.

Où l’on ne se vivrait pas comme victime d’un sort injuste mais où l’on prendrait les expériences de la vie comme des occasions de se connaitre.

Un monde où l’on aimerait sans arrières pensées le plus exactement possible.

Un monde où l’autre serait perçu comme une part de soi-même, lui-même engagé dans cette aventure de la connaissance.

Où chacun vivrait selon son tempérament sans être obligé de rien si ce n’est de se conduire honnêtement.

Où l’on aurait rien d’autre à prouver que les progrès accomplis dans la quête du bien.

Un monde où l’on puisse vivre un idéal anarchiste mystique authentique formulé par Solonovitch :

 « La liberté est la seule forme acceptable dans laquelle on peut penser Dieu. « 

Un monde utopique qui se révèle à mesure qu’il se construit ici et maintenant.

Auteur : Konrad.

Source : konrad.over-blog.net

Voici un livre qui propose une méthode pour aider à arrêter les pensées parasites en boucle dans sa tête, ne plus se laisser emporter par les émotions non choisies, et permettre l’expression du vide, créateur de toutes choses ….

Arnaud desjardins

 

EXTRAITS

Acceptez vos changements, acceptez votre instabilité, votre complexité, vos contradictions, acceptez sans crainte, sinon le mensonge commence et tout s’arrête.

Nous sommes hypnotisés. Les Maîtres se sont éveillés. L’Hypnotiseur n’a plus pouvoir sur eux. Ils sont libres. Leur action devient spontanée. Ils font uniquement la volonté de Dieu.

Plus on est attentif, plus on se souvient.

Pour s’éveiller, il faut d’abord pendant des années, lutter pour veiller.

La première suggestion de cet hypnotiseur, c’est de vous faire oublier complètement votre Véritable Nature qui est, elle, libre, unifiée, heureuse et pleine d’un amour immuable pour tout et pour tous.

Lire la suite de cette entrée »

convers1

 

Conversations singulières s’il en est ! … L’auteur vindicatif, en colère, ennervé par la maladie, les problèmes d’argent, de solitude, et autres …. interpelle dieu avec force, et le questionne…

Contre toutes attentes de sa part, dieu lui répond, « tu as juste envie de te plaindre ?, ou tu cherches vraiment des réponses à tes questions ?

C’est le début d’un très long dialogue sur plusieurs années, qui évoque les différents aspects de la vie, et de la spiritualité, dans une profusion d’échanges survolant tous les sujets avec pertinence, philosophie, et beaucoup d’humour !! Un best-seller traduit au moins dans 12 langues ! …..

conversations-avec-dieu

http://yvesaccard.free.fr/video/Conversations_avec_Dieu_-_Tome_1.pdf

http://yvesaccard.free.fr/video/Conversations_avec_Dieu_-_Tome_2.pdf

http://yvesaccard.free.fr/video/Conversations_avec_Dieu_-_Tome_3.pdf

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives