Archive pour la catégorie ‘HABITAT’

 

Ces nouvelles tentes révolutionnaires vont changer votre façon de camper

 

tentes-pods

 

Amateur de camping ? Cette tente devrait révolutionner votre manière de vous équiper avant vos escapades en pleine nature : conviviale, elle offre de transformer votre expérience. Aussi pratiques qu’innovantes, découvrez les tentes POD !

Le camping est souvent la solution trouvée pour les aventuriers souhaitant voyager légers et pourtant l’équipement nécessaire à un tel passe temps est loin d’être pratique à emporter, à installer où à utiliser. L’entreprise POD semble avoir trouvé la solution pour transformer vos excursions, grâce à un tout nouveau modèle de tentes. Partant du principe qu’une tente doit être d’une taille suffisamment importante pour être agréable à utiliser, la société a créé deux modèles pour ses outils mesurant 2,7mètres de hauteur. Le premier modèle offre une largeur de 5 mètres de large, quand le second, plus petit, permet d’étendre l’habitat sur 3,8 mètres. Il s’agit d’un véritable palace quand on connaît les habituelles surfaces des tentes facilement transportables.

La vraie évolution vient toutefois d’un autre aspect des produits de la marque, puisque ces derniers permettent à leurs utilisateurs de faire passer l’aspect sociale au premier rang de leur expérience. En effet, les PODs peuvent se vanter d’être les premières tentes à s’imbriquer les unes avec les autres et les possibilités sont infinies : on peut facilement imaginer un groupe de 30 personnes lier les habitats les uns avec les autres, grâce aux multiples ouvertures des produits. A la manière d’un village, les campeurs peuvent tous espérer être regroupés sous le même toit sans que personne ne se retrouve isolé.

Si dans l’idée, le concept fait rêver, c’est bel et bien le prix des tentes qui pourrait freiner vos envies d’achat puisqu’il faudra compter entre 625 et 899 dollars pour se procurer respectivement le modèle mini de la gamme et sa version large. Les tunnels qui servent à relier les différents habitats sont au prix de 129 dollars. Pour les moins fortunés, la marque a créé une version plus simple du produit, au format mini, disponible à 425 $ mais qui semble toutefois de moins bonne qualité. Il faudra donc investir une somme assez conséquente dans les PODs pour pouvoir en profiter, ce qui ne devrait pas freiner les plus passionnés d’entre vous.

 

Source : http://dailygeekshow.com/pods-tentes-imbricables-camping/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2016-10-16

Catégorie Habitat

 

Comment répondre aux nouvelles formes de vie et aux évolutions sociales tout en intégrant le défi écologique et la croissance de la population ? C’est la question à laquelle tentent de répondre architectes, designers, chercheurs en sciences sociales mais aussi des citoyens du monde entier.

En matière d’habitats alternatifs, les carcans volent en éclats. Pour cause, les solutions sont aussi multiples qu’il existe d’imaginaires. Les formes de ces maisons modernes sont variées autant que leurs matériaux, leur taille et, dernièrement, leur capacité à être modulables. Dans son émission FUTUREMAG, Arte se penche sur deux cas concrets d’habitats alternatifs qui se développent en Europe.

L’une a une superficie de 13 m2 au sol et est composée d’une seule pièce alors que l’autre dispose de plus de 100 m2 et comporte plus de 4 pièces. L’une peut être accrochée à une voiture telle une remorque, l’autre se démonte en un éclair et a la particularité d’être modulable à volonté. Et pourquoi ne pas opter pour une maison à énergie positive ? Entre nouvelles technologies et toilettes sèches, il y en a pour tous les goûts et surtout toutes les bourses.

Au Danemark, deux architectes proposent aux habitants de construire leur maison à la carte. La Tiny House continue son chemin et convainc jusqu’en France par sa simplicité et sa mobilité extrême. Non loin de là, en Allemagne, Werner Sobek propose une maison indépendante de toute énergie fossile et nucléaire, sans émission en CO2 et non polluante lors de sa construction et de son recyclage. Deux visions complémentaires adaptées à des modes de vie, des besoins différents, tout en gardant préservant un même souhait de vivre dans un habitat qui a du sens. Tous ces habitats ont, en effet, comme point commun de répondre à des standards écologiques élevés, d’être économes en énergie et d’être épurés d’un point de vue stylistique. Une hymne à la simplicité volontaire, à travers l’habitat, qui gagne chaque jour un peu plus de terrain…

 

Le reportage FUTURMAG


Source : sites.arte.tv

Via https://mrmondialisation.org/a-quoi-ressembleront-les-maisons-de-demain-arte/

Catégorie Habitat

 

 

Imaginé par des Français …

 

kit-maison-ecolo-une

 

Vous souvenez-vous de l’histoire des 3 petits cochons ? L’un construit une maison en paille, le deuxième en bois et le dernier en briques. Aujourd’hui, vous pouvez allier les talents de 2 de ces cochons, pour monter vous-même une maison écologique entièrement faite de briques en bois, sans clou et sans vis. Une maison en kit étonnante que l’on doit à une entreprise française.

Construire soi-même sa maison est une tendance à laquelle succombent de nombreuses personnes, notamment en réalisant des maisons écologiques. Pour combler ces deux demandes grandissantes, l’entreprise française Brikawood a imaginé un kit complet pour monter vous-même une maison en bois, sans jamais utiliser un marteau ou une perceuse. Le secret de ce kit : une brique aux allures de Lego à taille humaine.

 

 

Fabriquée en France, cette brique en bois de Douglas (un sapin connu pour sa résistance à l’humidité et aux insectes) peut s’emboîter dans d’autres via un système de fentes. Cela offre la possibilité à n’importe qui, qu’il soit bricoleur aguerri ou débutant, d’assembler un mur sans colle, clou ou vis. Ces briques sont proposées avec un kit complet permettant de monter un studio, une petite maison ou un atelier.

Permettant de monter une pièce de 20m² maximum sans permis de construire, le kit comporte les briques, le parquet, des dalles en bois, des menuiseries, le kit d’installation d’électricité, le toit, des copeaux de bois pour l’isolation thermique et la notice de montage. La maison est donc respectueuse de l’environnement et le mélange de la brique/copeaux de bois permet de maintenir une température d’au moins 18° à l’intérieur de la maison.

 

A la fois écologique, économique et accessible à tous, le premier prix pour cette maison toute en bois est à 25 000 euros. Différents modèles sont disponibles et il est possible d’y ajouter des options comme une terrasse, des meubles, une extension, un étage et même, l’installation par des professionnels. Une initiative à saluer et qui montre qu’écologie et habitation sont loin d’être incompatibles.

 

Un maximum de confort dans un minimum d’espace, voici les « tiny house », les petites maisons.

 

 Quelques secondes (12 ?) de patience, pour voir arriver la vidéo !


Les « tiny house », ces petites maisons bien pratiques

France 3

De plus en plus de particuliers préfèrent devenir propriétaires d’une petite maison, que d’être locataires d’une grande. À Sergy, dans l’Ain, une petite maison offre tout le confort d’une grande, mais dans 20m² pour un loyer de 100 euros. Dans un terrain, prêté par la mairie, un mécène a financé une petite maison, qui permet de loger temporairement les sans-domicile, comme un ancien boucher, en attente de sa retraite.

 

Habitat nomade et économique

Pour d’autres, habiter dans une maisonnette en bois ou y passer des vacances, c’est un art de vivre. En Amérique, on les appelle les « tiny house ». Elles se sont multipliées pour reloger les victimes de l’ouragan Katrina et de la crise économique de 2 008. En France, ce sont des roulottes ou de petits chalets, en bois, pensés pour offrir un maximum de confort dans un minimum d’espace. Ces maisonnettes ont aussi permis de créer une nouvelle activité. Leur prix varie de 22 000 à 42 000 euros. C’est un habitat nomade et économique, certes marginal, mais qui a trouvé sa clientèle, par nécessité ou par choix.

 

http://www.francetvinfo.fr/economie/tendances/les-tiny-house-ces-petites-maisons-bien-pratiques_1805291.html

Catégorie Habitat

 

maison-ecologique-autosuffisante-suede-une

 

De plus en plus, les architectes travaillent d’arrache-pied pour construire les maisons de demain, qui seront aussi saines pour l’Homme que pour l’environnement. La Nature House en Suède en est le parfait exemple : autosuffisante et écologique, celle-ci produit plus d’aliments que de déchets.

Conçue par les architectes du cabinet Göteborg Tailor Made Arkitekter, la Nature House Uppgrenna se situe dans le sud de la Suède, non loin du lac Vättern. Prenant l’aspect extérieur d’une grande maison typiquement suédoise avec ses murs de couleur rouge terre, elle possède en son sommet un toit sous forme de verrière qui rappelle l’architecture d’une serre. Un charme incontestable qui abrite un lieu destiné à faire coexister les hommes et les plantes en parfaite harmonie.

 

maison-ecologique-autosuffisante-suede-1

 

Divisée en deux parties, cette maison autosuffisante dispose d’un côté destiné à la vie quotidienne des habitants : un spa, un restaurant, des salles de réunion et des chambres d’hôtes. L’autre côté, quant à lui, est destiné aux plantations de fruits et légumes et dispose même d’un étang et d’une cascade : cette partie a pour but de produire les aliments consommés par les habitants et les visiteurs de cette maison hors du commun.

Ainsi, la Nature House est (presque) totalement autosuffisante en termes d’alimentation. L’architecte Frederik Olson qui a été en charge du projet explique ainsi à nos confrères du site Dezeen : “Notre vision : construire des maisons “autodurables” qui produisent des aliments plutôt que des déchets. Vivre dans une serre encourage un mode de vie durable et non toxique.”

 

maison-ecologique-autosuffisante-suede-3

 

A noter également que la Nature House n’est pas connectée aux réseaux d’égouts et qu’elle réutilise ses eaux usées grâce à un système d’irrigation fermé. Autrement dit, elle utilise ses eaux, les recycle, les nettoie et les utilise à nouveau. De la même façon, l’éclairage des parties communes se fait grâce à des panneaux solaires.

 

maison-ecologique-autosuffisante-suede-2

 

maison-ecologique-autosuffisante-suede-4

Lire la suite de cette entrée »

 

Une entreprise californienne doit bientôt inaugurer un village très particulier. En effet, les habitants auront la possibilité de produire à la fois leur énergie et leur nourriture tout en recyclant leurs déchets et leurs eaux usées. Bienvenue à Regen, le village autosuffisant !

 

 

ReGen Villages est une entreprise immobilière basée en Californie (États-Unis) qui tente de répondre aux problèmes humains globaux qu’elle a elle-même identifiés comme étant le changement climatique, la surpopulation ou encore le manque de terres arables, entre autres.

ReGen Villages s’est associée au cabinet d’architecture Effekt situé au Danemark, afin de concevoir le prototype d’un village autosuffisant où une communauté s’établirait de façon autonome. Ressemblant plutôt à un quartier qu’à un village digne de ce nom, le projet doit être inauguré en 2017 dans la ville d’Almere, située à une vingtaine de minutes d’Amsterdam.

Côté architecture, le projet repose sur cinq points importants. Les architectes ont eu pour mission de réfléchir à la construction de maisons à énergie positive, à la production alimentaire biologique à haut rendement, à la manière d’obtenir des énergies renouvelables, ou encore au recyclage des déchets et au filtrage des eaux. Enfin, il s’agit également de s’intéresser à la responsabilisation des communautés locales. Le projet s’inscrit naturellement dans le cadre du développement durable et de la cohésion sociale autour de la vie en communauté.

« On prévoit des tonnes de nourriture bio chaque année – des légumes, des fruits, des noix, du poisson, des œufs, du poulet, des produits laitiers et des protéines issus de tout petits animaux » indique James Ehrlich, PDG de ReGen Villages, pour le site américain Fast Company.

L’autonomie alimentaire reposera sur une variété impressionnante de denrées qui seront disponibles après l’application de différentes techniques agricoles comme l’aéroponie, l’aquaponie ou encore la permaculture. Il s’agit ici d’atteindre un haut rendement en consommant le moins d’eau et d’énergie possible, et de baser le système sur une approche bio.

Un système de tri et de recyclage sera mis en place, tandis que les déchets organiques ménagers seront transformés en biogaz et en nourriture destinée aux animaux d’élevage. Les excréments de ces mêmes animaux devront servir comme engrais pour les cultures. La production alimentaire animale et végétale nourrira les habitants tandis que leurs déchets retourneront alimenter ce cercle vertueux et semble-t-il, infini.

Le gaspillage sera évidemment proscrit puisque l’eau elle-même sera réutilisée après filtrage, qu’il s’agisse des eaux usées ou des eaux de pluie. Quant à la production d’électricité, elle se fera par l’exploitation de panneaux photovoltaïques ainsi que d’éoliennes. La biomasse viendra compléter ce parc énergétique durable et donnera la capacité aux habitants d’utiliser des voitures électriques rechargées sur un parking prévu à cet effet.

Avant même de mettre au point le prototype néerlandais qui comptera une centaine de maisons sur une surface de 15.500 m2, les concepteurs pensent déjà à divers projets similaires adaptés à des zones du globe au climat difficile (Moyen-Orient) ou encore à des endroits qui subiront une importante hausse de la population dans les années à venir, par exemple les campagnes indiennes ou encore l’Afrique subsaharienne.

« Si nous continuons à construire le même genre de banlieues [qu’auparavant] en Inde ou en Afrique, la planète ne va pas suivre » explique James Ehrlich.

 

 

Sources : We DemainInhabitat  http://citizenpost.fr

Catégorie Éco-lieux

 

 

 

Composé de matériaux de récupération, ce rafraîchisseur d’air peut être reproduit par n’importe qui pour trois fois rien. Et ça marche !

En matière d’économie d’énergie, les systèmes les plus rudimentaire sont parfois les plus surprenants. L’exemple qui va suivre en est la parfaite illustration : des ingénieurs du Bangladesh ont mis au point un climatiseur 100 % écolo… qui n’a besoin d’aucune électricité pour fonctionner ! Gros plan sur une invention exemplaire et pleine de bon sens.

L’Eco cooler (c’est le nom de ce drôle d’engin) a été créé par Grameen Intel Social Business, une entreprise qui œuvre pour trouver des solutions technologiques accessibles à toute la population.

 

Source : Grameen Intel

 

Pourquoi avoir travaillé sur une clim’ low cost ? Parce que le Bangladesh est très régulièrement soumis à de grandes chaleurs (jusqu’à 45°) et que la population en souffre énormément : la plupart des maisons sont en tôle et la température y atteint des sommets.

Le cahier des charges était donc simple, mais très ambitieux ! Il fallait mettre au point un rafraîchisseur d’air à la fois écologique, efficace… et bon marché ! Quelques mois plus tard, le défi est remporté haut la main : l’Eco cooler remplit toutes ces conditions…

 

Source : Grameen Intel

 

A partir d’une simple planche et de quelques bouteilles en plastique, on peut désormais faire chuter la température de 5° en quelques minutes seulement !

Le principe est très simple. Pour le comprendre, faites ce test : si vous soufflez sur votre main avec votre bouche grande ouverte, vous sentirez un air chaud. En revanche, si vous vous pliez au même exercice avec la bouche ouverte à son minimum, vous sentirez un air froid. Pour baisser la température de l’air, l’Eco coller utilise tout simplement ce système de différence de pression !

 

Source : Grameen Intel

 

Les bouteilles en plastique sont coupée sen deux puis fixées sur une planche. Cette planche est ensuite accrochée telle une fenêtre, côté goulots à l’intérieur de la maison. Ainsi, l’habitation est ventilée par un air naturellement refroidi !

C’est génial, mais ce n’est pas tout : Grameen Intel Social Business n’a aucune intention de se faire le moindre sou avec son climatiseur. L’entreprise a même mis les plans de son Eco cooler en ligne : ils sont libres de droit ! Ainsi, n’importe qui peut le reproduire chez soi.

 

Source : Grameen Intel

 

Une manière intelligente de gagner en confort sans aggraver le réchauffement climatique, ni compromettre sa santé (contrairement aux clim traditionnelles). Et, en plus, ça encourage le recyclage des bouteilles en plastique !

Une très belle idée qui valait bien un grand coup de chapeau ! Et si on s’en inspirait ?

Axel Leclercq
Source

http://echelledejacob.blogspot.fr/2016/06/un-climatiseur-gratuit-ecolo-et-sans.html

Catégorie Habitat

 

Faites-le vous mêmes et pour 3 x rien !

La kerterre, vous connaissez ? Cet habitat alternatif se construit avec des matériaux naturels, écologiques et très bon marché.

Une petite maison originale, écolo et confortable à construire soi-même pour trois fois rien, ça vous dirait ? Si c’est le cas, regardez bien la vidéo qui va suivre et vous ne serez pas déçu. Vous y découvrirez les kerterres, de fascinantes demeures bretonnes exclusivement fabriquées à partir de chaux, de chanvre et de sable !

Pour tenir debout, une Kerterre n’a besoin de presque rien. Surtout pas de charpente en bois, ni de structure métallique. Pas même de pierre ou de béton… En fait, ces drôles d’igloos en terre sont davantage sculptés que construits. Ainsi, de ses propres mains, on peut leur donner la forme que l’on veut !

Mais attention : ces considérations pratiques, économiques et esthétiques ne sont pas les seuls avantages de la kerterre. Ce type d’habitat alternatif permet aussi une chose essentielle : vivre confortablement… en harmonie avec la nature.

 

Source : Kerterre
Source : Kerterre

 

Pour vous en convaincre, voici la vidéo trouvée sur le site d’Evelyne Adam, l’artiste à l’origine des kerterres. Quelle est la philosophie de ces habitations ? D’où viennent-elles ? Comment en construire une ? Vous allez tout savoir… et peut être vous découvrir soudainement une âme de bâtisseur !

 

Regardez :

 

Vous voulez en découvrir davantage ? Alors rendez-vous sur Kerterre.org. le site propose des stages un peu partout en France, des séjours en kerterre et même des kerterres sur mesure !

http://lesbrindherbes.org/

Catégorie Habitat

 

 

Vous rêvez de vivre au cœur des arbres, un peu comme « les enfants perdus » mais sans perdre le confort d’un centre-ville ? Cet architecte italien vient de faire de ce rêve une réalité !

Ce n’est plus un secret, l’environnement urbain va devoir s’adapter d’urgence aux enjeux écologiques. Une solution évidente est celle de vivre en symbiose avec la nature en lui laissant une place autour de nous, même en ville. C’est l’idée qui fut appliquée par Luciano Pia, un architecte italien remarqué pour ses constructions écologiques et anti-pollution.

C’est dans la ville de Turin qu’il est possible d’observer son tout dernier projet, une oasis en plein centre ville où 150 arbres s’incorporent dans une série d’habitations. L’espace atypique peut héberger 63 familles, leur offrant un cadre de vie vert, positif, et durable. On y trouve pas moins de 50 espèces de plantes sélectionnées pour leur période de floraison, leur couleur et leur adaptabilité au projet. Une véritable forêt habitée en pleine ville.

Intégrer la nature dans l’urbanisme n’a pas qu’un intérêt visuel. Le bâtiment, grâce à sa « forêt » luxuriante couplée à sa conception durable habituelle, absorbe pas moins de 200 000 litres de CO2 par heure, selon l’architecte. La foisonnante végétation qui entoure l’habitat jouerait un rempart naturel contre les pollutions urbaines, notamment les gaz d’échappements. Les arbres offrent également une isolation phonique naturelle en limitant le passage des bruits intempestifs.

Enfin, et c’est tout le génie de la Nature, la végétation vivace en été offre un blocage des rayons du soleil, régulant la température des lieux de manière naturelle. L’hiver, les feuilles tombent et laissent à nouveau passer les rayons du soleil qui offrent leur chaleur. L’aspect rouillé du bâtiment donne un cadre de vie aux couleurs naturelles que beaucoup rêveraient d’avoir.

L’architecte à l’imagination débordante nous offrirait-il un aperçu du look des villes écologiques du futur ?

 

Verde_02

 

urban-treehouse-green-architecture-25-verde-luciano-pia-turin-italy-17

 

urban-treehouse-green-architecture-25-verde-luciano-pia-turin-italy-10

 

urban-treehouse-green-architecture-25-verde-luciano-pia-turin-italy-19

Lire la suite de cette entrée »

 

Ah la magie des cabanes. Quand nous étions enfants, paisiblement installés, perchés en haut des arbres sur nos branches et quatre planches de bois, nous nous sentions chez nous, c’était un peu notre petit monde.

Mais pour certain(e)s, cette insouciance est restée dans les esprits. Alors pour rêver les yeux ouverts, ils se sont confectionnés de magnifiques petites bicoques en haut des cimes. Attention, on ne vous parle pas ici de la petite cabane un peu branlante, mais bien de la cahute de haut niveau, qui ont nécessité des années de travail !

Direction les forêts du monde, à la découverte des plus belles cabanes perchées. Et si, vous aussi, vous vous êtes concoctés un petit nid douillet en altitude, n’hésitez pas à nous faire parvenir vos plus belles photos, nous enrichirons la liste.

 

En Colombie-Britannique, Canada

none2550__700

 

En Suède

none2676__700

 

A Amberley, en Angleterre

none2533__700

 

Une cabane abandonnée dans le sud-est de la Floride, États-Unis

Post-The-Most-Beautiful-Treehouses-From-All-Over-The-World1__700

 

A Atlanta, aux États-Unis

Post-The-Most-Beautiful-Treehouses-From-All-Over-The-World3__700

Lire la suite de cette entrée »

Grâce au concept innovant de cette entreprise française

Popup-house-une-2

 

Comme beaucoup de domaines, la construction immobilière bénéficie d’une innovation constante. C’est notamment le credo d’une entreprise française basée à Aix-en-Provence. Elle a inventé un concept de maison écologique en kit, dont les éléments s’emboitent facilement pour une construction rapide. SooCurious vous présente cette innovation ingénieuse.

Moltipod Studio est une entreprise d’architecture d’Aix-en-Provence. Son concept audacieux, nommé PopUp House, consiste en un ensemble de matériaux assemblables, vendus 300 à 360 € du mètre carré. Pour un futur acheteur désireux de faire construire sa propre maison écologique, la démarche passe par une commande sur le site de l’entreprise. Celle-ci, à partir de modèles d’inspiration ou d’une conception issue de l’imagination des propriétaires en devenir, imagine le futur design de la PopUp House.

 

Pop-up-house-6

En 10 à 12 semaines après le premier contact avec ses clients, la filiale de Moltipod StudioPopUp House conçoit les plans de la future maison et fournit les matériaux. La construction, elle, requiert une préparation préalable du terrain, qui peut prendre 6 semaines. Elle comprend notamment l’établissement des fondations ou encore le raccordement au réseau électrique.

Une fois les matériaux livrés par PopUp House, les propriétaires en devenir doivent nécessairement faire appel à un entrepreneur qui montera l’ossature de la maison, tâche réalisée en environ 2 semaines. Avec le recours à cette main-d’oeuvre, le prix d’un mètre carré oscille finalement entre 1300 et 2000 €. Et si le montant final d’une telle construction s’apparente facilement à celui d’une maison classique, le réel avantage de la PopUp House se situe autre part : dans l’écologie.

 

Pop-up-house-11

Les matériaux de la PopUp House, qui sont recyclables, sont fournis avec les plans d’exécution et peuvent être assemblés et désassemblés. Surtout, la maison bénéficie d’une isolation thermique très élevée et consomme donc peu d’énergie, ce qui lui octroie un dimension écologique supplémentaire.

Une fois l’ossature de la PopUp House achevée, ne restent plus que les finitions, qui prennent généralement entre 1 et 3 mois. Cette étape comprend notamment l’installation de l’électricité, de la plomberie, du chauffage, ou encore de la ventilation. En tout et pour tout, de la conception de la maison aux petits travaux finaux, la PopUp House prend forme en à peine quelques mois.

Pop-up-house

 

Lire la suite de cette entrée »

Ces étudiants les ont construites pour venir en aide aux familles en difficulté

Maisons-pas-cheres-une

 

Avec la crise économique de 2008, un grand nombre de personnes se sont vu mettre à la rue, la faute à des revenus en baisse ou à l’instabilité des marchés de l’immobilier ou bancaires. Mais un groupe de jeunes architectes tente de fournir des habitations au plus grand nombre en leur proposant une maison à très bas coût. SooCurious vous en dévoile plus sur ce projet incroyable.

En 1993, les architectes américains Dennis K. Ruth et Samuel Mockbee fondent Rural Studio, un programme architectural hors cursus lié à l’université d’Auburn en Alabama. Plus tard, en 2005, les deux hommes se servent du savoir-faire des étudiants de l’université pour créer un projet innovant : le 20k House. Il vise à la conception de petites maisons à un prix abordable et destinées aux plus démunis, notamment à ceux frappés par la crise.

 

Rural-Studio-6

 

Au bout d’une décennie de prototypes, l’équipe achève la conception de son premier projet pilote. En partenariat avec un promoteur commercial en dehors d’Atlanta, dans une petite communauté appelée Serenbe, les étudiants de Rural Studio construisent deux maisons d’environ 45 mètres carrés et composées d’une chambre et d’une salle de bains, le tout avec des matériaux dont le prix ne dépasse pas 14 000 $ (environ 11 000 euros) par bâtiment.

Ajouté au prix initial des matériaux, Rural Studio estime a environ 6000 $ le coût de la main-d’œuvre nécessaire à la construction. Car même si les plans des bâtiments sont accessibles à tous et que chacun peut bâtir son propre logement (avec les connaissances nécessaires, bien entendu) l’objectif du projet est aussi de créer des emplois, toujours dans une logique d’aide aux plus démunis.

 

Rural-Studio-21

 

Plus concrètement, les maisons « 20k » sont dotées d’un revêtement de tôle ondulée et de bois, et surélevées sur pilotis. Elles sont également conçues avec un système de climatisation passif (pour le chauffage et le refroidissement) de sorte que l’habitation garantisse un bas coût énergétique. Ainsi, le bâtiment rend la propriété accessible à des personnes vivant de l’aide sociale et n’offrant pas forcément de garanties à l’obtention d’un crédit.

Et pour ne pas négliger l’esthétisme du projet, Rural Studio a également planché sur l’aspect des maisons proposées. Les futurs propriétaires peuvent ainsi choisir leur modèle parmi une vingtaine de versions ou designs différents, et ce pour un prix similaire. En revanche, pour proposer un bas coût de construction, les concepteurs ont utilisé des techniques innovantes, moins chères et plus écologiques, ce qui leur a valu de rencontrer quelques obstacles, notamment en ce qui concerne les normes en vigueur dans l’architecture et le bâtiment.

 

Rural-Studio-20

 

Le projet s’est également opposé à certains problèmes d’ordre économique. Ainsi, Regions Bank, qui travaille avec les concepteurs des 20k House, a expliqué à Rusty Smith, directeur associé chez Rural Studio, qu’un emprunt-logement pour une maison à 100 000 $ coûtait environ 2300 $ à la banque mais que ce montant était le même pour un emprunt sur une maison à 20 000 $. La banque a alors travaillé sur un produit bancaire pour les personnes les plus pauvres.

Peu à peu, le projet « 20k House » se met donc en place. Même si, de l’aveu même de Rural Studio, le coût total d’une de ces maisons revient à plus de 20 000 $ avec la construction, celle-ci devant tout de même fournir aux ouvriers du chantier un salaire décent. Mais les bâtiments restent tout de même très abordables et permettent d’établir une justice sociale à travers l’architecture. Egalement, les étudiants qui planchent sur le projet ont l’occasion, avec le programme de l’université d’Auburn, de mettre leur savoir-faire au service d’une noble cause.

 

Rural-Studio-19

Lire la suite de cette entrée »

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives