Archive pour la catégorie ‘FILMS’

 

Très instructif ! …

 

Radionucléides, perturbateurs endocriniens, pesticides et autres modifications génétiques : plus la techno-industrie avance et plus son corolaire de risques est important.

Il semble qu’il soit impossible pour les acteurs de ces différents secteurs de remettre en cause un modèle de développement qui ressemble plus à une fuite en avant technologique qu’à de véritables solutions pérennes : La sacro-sainte croissance semblant passé avant notre bien être, voir notre santé.

Mais qu’importe la société techno marchande trouvera bien des solutions afin de repousser le pire, quitte à créer d’autres problèmes toujours plus insolubles.

Les opposants, chercheurs et lanceurs d’alertes seront mis au pilori de la société de consommation, discrédités voir diabolisés par des états ayant recours à des méthodes toujours plus sécuritaires afin de maintenir l’illusion d’un modèle de consommation que nous savons mortifère.

Catégorie Films

Saison 2 – Épisode 2

Nus et culottés - Objectif Islande - Saison 2 - Episode 2

 

Partis complètement nus du Nord de la France et munis de leur baluchon, Nans et Mouts ont décidé de se rendre en Islande, au beau milieu de l’Atlantique afin de pouvoir contempler une aurore boréale.

Les deux voyageurs alternatifs ont de la route à faire. Ils doivent traverser la Manche, parcourir l’Angleterre puis la mythique Écosse, royaume de la convivialité. Sur place, les aventuriers découvrent la culture hospitalière et festive des habitants. Dans le nord du pays, ils se mettent en quête d’un avion pour les emmener vers leur destination finale. Nans et Mouts n’ont qu’une idée en tête, sillonner le désert glacial, plonger dans le lac du Loch Ness puis admirer le spectacle qu’offre le ciel islandais…

 

Le principe est simple… mais complètement culottée : Nans Thomassey et Guillaume Mouton, alias Nans et Mouts, partent d’un lieu sans argent ni vêtements pour rejoindre une destination à plusieurs centaines de kilomètres, avec, pour seul espoir de réussite, la solidarité des personnes rencontrées sur leur route. Munis de leurs deux camé­ras paluches fixées au baluchon qu’ils portent à l’épaule, ils filment aisément et spontanément leurs aventures.

Catégorie Films

 

UNE FÊTE CHAMANE

 

Catégorie Films

 

 

 

C’est dans le contexte de l’exposition « Disney and Dali : Architects of the Imagination » qu’est proposée cette plongée à 360° en trois dimensions intitulée « Dreams of Dali ». SooCurious vous propose de vivre cette expérience onirique.

L’exposition a choisi un des tableaux les plus surréalistes du maître catalan comme théâtre de cette plongée virtuelle : « Archeological Reminiscence of Millet’s Angelus » (1935). Dans ce tableau, Dali reprend le thème d’un tableau de Jean-François Millet sur des parents qui font une prière dans un champ. Il réinvente cela à sa manière : les parents deviennent deux grands blocs de pierre, des éléphants aux pattes d’araignée se baladent autour, un téléphone sonne et une femme saute à pieds joints. La vidéo nous immerge dans cet univers surréaliste et onirique.

http://soocurious.com/fr/dali-reves-monde/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2016-02-03

Catégorie Arts plastiques

 

Ce film nous emmène dans le sud de l’Inde, sur les pas d’un duo surprenant et improbable : le professeur Thomas Tursz, célèbre cancérologue français et directeur de l’Institut Gustave-Roussy, à Villejuif, mû par le désir de confronter ses connaissances, y est entraîné par Nella Banfi, son ancienne patiente qui a soigné son cancer grâce à la médecine indienne. Cette histoire est celle d’une femme qui a vécu le parcours éprouvant de la médecine moderne, de la chirurgie, des traitements et du doute. Et qui a finalement choisi une voie différente, mais complémentaire de celle qu’on lui proposait. Et a vaincu la maladie. C’est une démarche étonnante et inattendue : celle d’un éminent docteur au sommet de ses connaissances, qui part à la découverte d’une médecine qui, apparemment diffère radicalement de la sienne.

Ni donneur de leçons, ni prescripteur, Mon docteur indien est aussi l’histoire d’un métissage de cultures, d’une mondialisation positive, où des approches différentes se rencontrent pour mieux s’enrichir. Le film explore les ponts qui existent entre la médecine traditionnelle, la science et la médecine moderne, qui s’accordent à repositionner le patient au cœur du processus de guérison pour soigner la personne et non la maladie.

Mon Docteur Indien Documentaire Arte par DocumentaireArte

 

ou http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables

 Catégorie : Santé

« Ce sont vos modes de pensées qui décident si vous allez réussir ou échouer. » (Henry Ford)
« Vous êtes maître de votre vie, et qu’importe votre prison, vous en avez les clefs. » (Hervé Desbois)
« Notre esprit n’a pour limites que celles que nous lui reconnaissons.» (Napoleon Hill)

Sommes-nous responsable de notre vie ?
Qu’est ce que le hasard ?
En quoi sommes-nous la cause inconsciente de ce qui nous arrive ?

Comment nos pensées, nos croyances et nos conditionnements peuvent-elles avoir le moindre effet sur la réalité ?
Quelle est la véritable nature de notre conscience ?

Pour répondre à ces nombreuses interrogations, nous sommes allés à la rencontre d’intervenants qui nous ont amené des éléments de réponses,
de part leur parcours, leur vécu, et leur compréhension des mécanismes de l’esprit humain.

Un documentaire d’Anthony Chene
http://www.anthonychene.com

Avec l’aide de Xavier Faye

Intervenants :

Luc Bodin
http://www.luc-bodin.com

Bruno Lallement
http://www.ressources-actualisation.fr

David Laroche
http://www.davidlaroche.fr

Laurent E. Levy
http://www.laurent-e-levy.com

Benjamin Neyrial
http://www.facebook.com/benjamin.neyrial

Yannick Vérité
http://www.planete-verite.com

Ce documentaire est mis à disposition gratuitement pour toucher un maximum de personnes. Si vous désirez nous aider pour nos prochains projets, vous pouvez nous soutenir ici : http://lc.cx/ZrUX

Crédits musique / Images : voir générique de fin

http://www.tistryaprod.com

Catégorie Films

 

http://www.reenchantonslaterre.fr/demain-le-film/

Photo_mel_cyril

Cinéma Véo MURET 49 AV DE L’EUROPE – 31 600 MURET – ENTRÉE 3 euros

Le film DEMAIN sera projeté en présence de nombreux invités : les amis de la Terre, le mouvement Colibris, et bien d’autres .. qui animeront le débat.

Ce film, dans l’esprit de « solutions locales pour un désordre global » de Coline SERREAU, a été écrit et réalisé par Cyril DION (Colibris) et Mélanie LAURENT (Fondation Danielle Mitterand et Greenpeace).

Il est plein d’espoir, centré sur un vrai souci de notre bonheur collectif, & traite de sujets alternatifs tels que se nourrir autrement, la transition énergétique, les monnaies libres, les économies locales vivantes, éduquer, donner le pouvoir au peuple. Il a enthousiasmé tous ceux qui ont eu la chance de le voir en avant-première.

http://www.cine-mermoz.com/2015/10/demain-en-avant-premiere-15-octobre.html

Si vous pensez être présent, merci de cliquez ici : https://doodle.com/poll/5h86tw22pw9d3b3i#table

Votre réponse nous permettra d’adapter la salle de projection au nombre de participants.

Cordialement,

Webmaster de l’association « Vive le cinéma à Muret »
Festival du Film de Muret 2015

Catégorie Films

 

 

Le film LUMIERE

http://www.jupiter-films.com/film-lumiere,30.php

REALISATEUR P.A. STRAUBINGER

ACTEURS Dr Ruediger DAHLKE, JASMUHEEN, Mataji PRAHLAD JANI

Lumière est un documentaire autrichien réalisé par Peter Arthur Straubinger, sorti en 2010, sous la forme d’une enquête autour du monde sur le thème de la possibilité pour les humains de vivre de lumière.

 

SYNOPSIS

Peut-on survivre sans prendre de nourriture ni d’eau pendant des semaines, des années voire des décennies ? La plupart des gens, scientifiques ou spécialistes répondront spontanément : c’est impossible ! Mais comment réagiront ces mêmes scientifiques et spécialistes lorsqu’ils seront confrontés aux preuves, rapports certifiés, interviews et expériences en laboratoire à l’appui, constatant que ce phénomène, parfois aussi désigné par «Respirianisme», existe ?
Le film est une enquête passionnante et intrigante autour du monde. Il explore non seulement la connaissance issue des traditions spirituelles asiatiques, mais dévoile aussi les derniers modèles d’explications tirés de la physique quantique.
Sans promouvoir le « Respirianisme », ce documentaire propose une vision alternative de nos besoins, bousculant la philosophie mécaniste-matérialiste dominante. Serait-il alors possible de vivre autrement ?

Voir la Bande-Annonce en HD ICI

J’ai supprimé le lien direct pour le film, par respect pour les droits d’auteur.

Catégorie Films

 

 

 

 

L’ayahuasca, le Serpent et Moi est un film documentaire français sur l’ayahuasca réalisé par Armand Bernardi en 2004.

L’ayahuasca est une plante hallucinogène à caractère sacré, utilisée par les Indiens d’Amazonie, principalement au Pérou. Des rituels séculaires entourent la consommation de cette substance dont les vertus thérapeutiques sont avérées pour les sociétés traditionnelles qui l’ont sacralisée. Depuis quelques décennies, l’Ayahuasca fait l’objet d’études poussées de la part de scientifiques occidentaux qui analysent ses propriétés pour les utiliser en médecine. Ce documentaire nous entraîne aux confins de la forêt amazonienne, dans une aventure où se croisent l’ethnologie, la science et les faits de société, un voyage dans le monde de l’hallucination contrôlée et des rituels chamaniques. Le fil conducteur est un jeune occidental venu chercher dans les pratiques de l’Ayahuasca une aide à sa démarche psychothérapeutique. Il démarre son périple à Takiwasi, dans un centre d’accueil pour toxicomanes, puis va à la rencontre de chamans dans la jungle péruvienne. Sur sa route, le film donne la parole à un toxicomane en fin de cure, à un ex-narcotrafiquant, à un chaman Acheninka, à un chaman métis, à un père jésuite qui fait le grand écart entre sa foi chrétienne et l’univers chamanique…

 

Catégorie Dans le monde ….

France – Joseph et ses amis participent à un stage dans une ferme bio. La liberté et la musique sont à l’honneur. Ils ignorent qu’à quelques kilomètres de là, quatre des cinquante huit réacteurs nucléaires français risquent de réduire à néant leur liberté.

Japon – à quelques encablures de la centrale de Fukushima – Daiichi, Hiroto et Nagomi, en exil de leur ville natale, coupés de leurs amis et de la nature, prennent conscience de ce qu’ils ont perdu à jamais.

Danemark – Île de Samsø. Emmanuel, Sofus et Victoria vivent insouciants et libres, au cœur d’une nature préservée. Grâce aux énergies renouvelables, ils peuvent s’épanouir en toute sécurité.

C’est alors que commence pour ces enfants un parcours initiatique sur les énergies renouvelables, grâce à des adultes soucieux de leurs construire un futur durable.

Pour toute information, consultez www.libres-lefilm.com

Catégorie Films

Le nouveau film documentaire de Marie-Monique Robin

« Celui qui pense qu’une croissance exponentielle infinie est possible dans un monde fini est soit un fou soit un économiste » déclare un… économiste, non sans humour. Alors, pendant que les États s’enfoncent dans la crise, des insoumis créent les prémices d’une société fondée sur la sauvegarde écologique et le développement durable. Avec Sacrée croissance !, la réalisatrice présente une sélection d’initiatives réussies et de modèles alternatifs viables. Son film élargit ainsi le champ des possibles en montrant comment on peut réfuter en action, et pas seulement en paroles, le modèle économique dominant. Avec une idée force : face au gaspillage mondial, la réponse doit être locale et solidaire. À Toronto, une coopérative de fermiers produit des légumes bio près du centre-ville et vise la souveraineté alimentaire. À Rosario (Argentine), on lutte contre l’exclusion sociale en fertilisant d’anciennes décharges pour embaucher des maraîchers débutants. Certains villages népalais s’approchent de l’autosuffisance énergétique grâce au biogaz et à la micro-hydro-électricité. Au Brésil ou en Bavière, des banques communautaires et des monnaies locales bouleversent le rapport à l’argent d’un public qui se fait « prosommateur » (producteur et consommateur). Quant au Bhoutan, il développe une politique publique révolutionnaire instaurant le concept du « Bonheur national brut » (BNB). « L’abondance matérielle finira par s’arrêter », rappelle un des intervenants. Et c’est avant qu’il faut changer de paradigme économique, insiste Marie-Monique Robin.

___________________________________________________________________________________________________________________

Vous connaissez sans doute les précédents film de cet auteur : « Le monde selon Monsanto » », « « Notre poison quotidien » » et « Les moissons du futur »

Lors de son allocution introductive, la célèbre journaliste (dont, faut-il le préciser, notre Cercle apprécie tout particulièrement le travail), a cité Albert Londres : « Tout ce que tu peux faire, ou rêver de faire, tu peux l’entreprendre. L’Audace renferme en soi Génie, Pouvoir et Magie. ».

Ce film nous propose un véritable voyage via le prisme d’alternatives mises en place pour sortir du modèle absurde de course à la croissance infinie. Nous découvrons, entre autres, comment des canadiens et des argentins pratiquent l’agriculture urbaine. Nous découvrons également des brésiliens et des allemands utilisant des monnaies complémentaires pour re-localiser l’activité économique et développant le crédit à taux zéro. Enfin, cerise sur le gâteau, Marie-Monique Robin et son équipe nous emmènent au Bhoutan, où le Bonheur National Brut a remplacé le Produit National Brut pour évaluer la croissance du pays.

C’est une somme de plusieurs reportages bien articulés et entrecoupés d’interviews d’économistes qui nous expliquent pourquoi le système actuel n’est pas viable et l’urgence des changements à mettre en place. C’est donc une bouffée d’oxygène et d’espoir et surtout un message fort : le changement est possible, et nous devons en être les acteurs.

C’est d’ailleurs paradoxalement l’un des petits reproches que l’on pourrait formuler : pas un mot sur les responsables de la situation catastrophique dans laquelle nous sommes, et la mise en avant de la notion de résilience, terme à double tranchant pouvant s’entendre comme la capacité à s’adapter (au lieu de luter contre les coupables) ou comme la capacité à s’autonomiser de manière à s’émanciper de la tutelle des multinationales. Reconnaissons que l’auteur précise dès son discours introductif qu’il ne s’agit pas un film pour dénoncer mais pour proposer des solutions. C’est sans doute une manière de dire que les solutions ne viendront pas d’en haut mais d’en bas, et qu’une dénonciation de plus ne servirait pas à grand chose, si ce n’est à se fermer les portes de la diffusion grand public. Au final, on ne peut que lui donner raison, car ces 90 minutes suscitent vraiment l’envie d’agir, de se mobiliser, de devenir acteur de notre quotidien, et peuvent indirectement ré-intéresser les gens à la politique au sens noble du terme.

Finalement on peut dire qu’il s’agit d’un très beau documentaire qui invite à la réflexion et à l’action et qui en prime bénéficiera d’un accès à un média de grande diffusion, le pari est donc réussi ; la standing ovation d’après diffusion était largement méritée !

Baptiste

Source : http://lesbrindherbes.org/2014/10/25/noter-agenda-sacre-croissance-monique-robin/

Catégorie Société

 

C’est un film percutant dont personne ne sortira indemne. Mais surtout un film qui dévoile un problème de santé publique autrement plus grave que le pourcentage de cheval roumain dans les lasagnes au bœuf. Un problème de santé publique probablement équivalent à celui de l’amiante, dont les victimes ont enfin été reconnues après plusieurs décennies de combat et de mépris de la part des autorités compétentes, complices de l’industrie. Ce drame, c’est celui vécu par les agriculteurs ou proches d’agriculteurs qui ont été au contact quotidien des pesticides, et qui contractent cancers, maladies neurologiques et autres saloperies susceptibles d’être fatales.

Le réalisateur Eric Guéret est allé à la rencontre de ces gens qui, dans la peine ou la maladie, se battent pour la justice et pour une agriculture plus respectueuse des hommes et de la terre : Caroline Chenet, éleveuse de 45 ans dont le mari a succombé à un lymphome ; Frédéric Ferrand, viticulteur de 41 ans victime d’un cancer de la vessie et de la prostate ; Paul François, contaminé par le « Lasso » de Monsanto et qui mène un combat juridique du pot de terre contre le pot de terre face à la multinationale ; enfin Denis Camuzet, éleveur du Jura qui, bien que paraplégique, voit son avenir dans la conversion en bio de son exploitation.

Comment en est-on arrivé là ? Chacun témoigne à la fois du manque total d’information des fournisseurs de produits, qui s’abstiennent bien d’alerter sur leur dangerosité, de l’inconscience durable des agriculteurs comme dans cette scène où les parents de Frédéric, également vignerons, parlent de l’aspersion des produits alors qu’ils étaient encore dans les vignes : « ça faisait l’effet d’une douche fraiche en plein été ». Et puis il y a dans toutes les bouches la reconnaissance de ce foutu sens du silence qui règne chez les paysans. Le paysan est solidaire de son voisin pour les travaux, mais n’évoque jamais ni les problèmes d’argent, ni les problèmes personnels, ni même ceux de santé, fierté oblige. Et dénoncer les pesticides est souvent perçu comme une forme de trahison face à quelque chose qui a permis à chacun d’augmenter ses rendements et de mieux vivre matériellement. Mais voilà, la maladie est là et avec elle la prise de conscience d’une énorme duperie criminelle. Et la prise de conscience est telle que certains avouent ne plus donner à leur famille la production de leur récolte, se limitant à ce qui sort du potager privé cultivé en bio. Désormais ces paysans interviewés ne se taisent plus et mènent un combat parfois désespéré : combat auprès de la Mutuelle Sociale Agricole pour faire reconnaître son cancer comme maladie professionnelle, combat contre les scientifiques stipendiés par l’industrie, combat pour changer de pratiques, un défi pour ceux que l’agro-industrie a coupés de tous leurs savoirs traditionnels. Et malgré le tragique de la situation, grâce à l’obstiné Denis Camuzet, l’éleveur qui veut devenir bio, ou à la victoire juridique de Paul François, ce film reste plein d’espoir dans la lutte.

Catégorie Santé

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives