Archive pour la catégorie ‘SYRIE’

 

 

Julien Rochedy présente son reportage « Syriennes » réalisé en Syrie pour TV Libertés

Catégorie Syrie

 

 

Dans la ville d’Alep, au cœur du conflit syrien, Mohammad Alaa Jaleel sauve les chats errants et abandonnés, au péril de sa vie. A l’occasion de la Journée Mondiale des Animaux, 30millionsdamis.fr a choisi de vous raconter l’histoire de cet amoureux des animaux.

 

 

Mohammad est ambulancier pour Syria Charity, une ONG qui apporte une aide humanitaire et médicale en Syrie, il sillonne la deuxième ville de Syrie pour porter secours aux nombreuses victimes humaines des bombardements des raids aériens. Mais c’est pour l’attention qu’il porte aux chats de cette cité ravagée par la guerre que son histoire a ému et traversé les frontières…

Quand la guerre a commencé en 2011, Mohammad Alaa Jaleel et sa famille ont pris la décision de venir en aide aux plus démunis. Pour Mohammad, l’aide aux plus malheureux inclus aussi celle que l’on apporte aux animaux : « je considère les animaux et les humains de la même façon. Chacun ressent de la souffrance et chacun mérite de la compassion ».

 

De la compassion pour les hommes… et pour les animaux

Alors qu’il nourrissait une vingtaine de chats après les premiers bombardements, le nombre de félins s’est vite multiplié, entre les propriétaires morts et les animaux laissés par ceux qui fuyaient. « Une fois, une petite fille m’a amené son chat, elle a pleuré en me le donnant. Je lui envoie des photos de lui. Elle vit aujourd’hui en Turquie. Elle me demande d’autres photos, me dit qu’il lui manque et m’a demandé de promettre de le lui rendre quand ils reviendront », raconte cet homme au grand cœur.

Un an plus tard, ils étaient près d’une centaine. Ce bienfaiteur a donc récemment ouvert son sanctuaire : Il gattaro d’Aleppo (« les chats d’Alep » en italien, NDLR). Aujourd’hui, il y a 170 chats dans son refuge.

 

Seul, avec ses chats !

Mohammad, lui, ne veut pas quitter Alep : « Je vais rester avec eux, peu importe ce qu’il se passe » a-t-il confié aux caméras de la BBC. Tous ses amis ont quitté la ville et les chats sont devenus ses nouveaux compagnons… Les pertes sont de plus en plus lourdes : fin septembre 2016, la ville d’Alep a perdu 350 de ses habitants en une semaine. Mohammad espère que le conflit sera bientôt fini : « Chaque jour, quand je pars de la maison, je me dis que je pourrais ne pas y revenir… ».

 

 

Un bel exemple de solidarité contre la guerre

 

Sous la bannière de leur association Graines et Cinéma, Zoé et Ferdinand Beau parcourent le sud de la France pour construire un réseau de semeurs solidaires venant en aide aux paysans syriens, victimes du conflit qui ravage leur pays depuis quatre ans.

 

Présentation du projet

semences

 

« J’ai apporté des semences de potimarron, de courges et de blettes », claironne Joëlle au stand de Graines et Cinéma installé, pour la soirée, dans une salle de Cambon-lès-Lavaur. Munie de ses enveloppes où reposent les précieuses graines, la Tarnaise s’inquiète : « Il faut les planter en godet. En pleine terre ça ne marche pas. Mais, d’ailleurs, est-ce que ça poussera là-bas ? » D’une voix douce, Ferdinand Beau la rassure : « La Syrie est un pays varié. Il n’y a pas que du désert mais aussi des montagnes et des plaines. Lorsque les semences arrivent dans les pays frontaliers, elles sont réparties au mieux selon les conditions climatiques. »

Des nattes colorées ont été superposées sur le carrelage froid. Des tableaux enfantins sur l’espoir de paix en Syrie ornent les murs. Près de l’écran géant flotte un drapeau de la révolution syrienne. Devant le jeune ingénieur agronome, la salle est fin prête. Au menu de ce soir, dans ce village de 300 habitants : récolte de graines pour la Syrie, projection de documentaires et discussions à prolonger dans la nuit. Des événements de ce type, Ferdinand et sa sœur aînée Zoé en ont organisé une trentaine au cours de l’été.

 

JPEG - 71.7 ko
Ferdinand Beau lors d’une projection de Graines et Cinéma.

 

Dix-sept départements du sud de la France traversés, des milliers de kilomètres avalés dans leur camion et déjà des centaines de kilos de semences paysannes récoltées : ils affichent un joli bilan depuis leur départ de la région parisienne en juin. S’appuyant sur les réseaux de la Confédération paysanne, des Semences paysannes ou sur des initiatives informelles, les deux jeunes de 27 et 24 ans ont écumé les places de villages et les communautés. Avec un seul objectif : construire un réseau de semeurs français solidaires des cultivateurs syriens victimes de la guerre.

Lire la suite de cette entrée »

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
  • Erica dans ACCUEILUn immense merci pour votre retour, Delphine !
  • Kochert dans L’ASSOCIATIONBonjours J ai été très sensibilisée lorsque je suis tombée par hasard sur un tableau de votre petite Iris ,je
  • CHRETIEN dans ACCUEILComment vous remercier pour cette idée magnifique ?! Car c'est grâce à des Êtres tels que vous, éveilleurs de conscience,
  • Laurence dans Michelle Brémaud – GuérisseuseBonsoir, l'adresse fb ne figure pas sur le site,est il possible de joindre tout de même Michelle Brémaud? Merci
  • gisele dans AUDE – LA FORET ENCHANTÉE DE NÉBIAS (m.à.j)tres joli site belle balade en famille mais revoir le balisage car on tourne en rond un momment
Catégories
Archives