Archive pour la catégorie ‘FRANCE’

 

La plage est un incontournable de l’été et si nous avons tendance à penser qu’il faut s’expatrier au bout du monde pour en trouver certaines qui soient paradisiaques, nous avons tout faux : notre magnifique France abrite des plages toutes plus sublimes les unes que les autres ! Petit tour d’horizon de 21 plages françaises paradisiaques qui rendront vos vacances idylliques.

 

La plage de l’Île Vierge, Crozon (Finistère)

plus-belles-plages-france-1

La plage de l’Île Vierge, ou aussi appelée pointe de Saint-Hernot, est un site absolument incroyable qui a tout du parfait petit paradis terrestre grâce à son eau turquoise et ses pins jonchés sur des falaises. Grâce à ses fausses allures de plage méditerranéenne, cette dernière a été classée 7e plus belle plage d’Europe.

 

La plage des Grands Sables, Île de Groix (Morbihan)

plus-belles-plages-france-2

Située entre la pointe du Spernec et la pointe de la Croix sur la sublime île de Groix, la plage des Grands Sables éblouit par son eau turquoise et ses deux sables de couleurs différentes. Elle est également la seule plage convexe d’Europe, une forme particulière due à deux courants marins qui drossent les sables à leur point de rencontre. Enfin, elle se démarque également par sa “rapidité” puisque chaque année, elle se déplace d’une cinquantaine de mètres.

 

La plage de Tahiti, Carantec (Morbihan)

plus-belles-plages-france-3

La plage de Tahiti (ou Tahiti Beach) possède des fonds marins extrêmement riches, ce qui fait d’elle l’un des lieux de prédilection des plongeurs. Mais ce qui frappe en premier lieu, c’est sa beauté qui n’est pas sans rappeler les plages les plus exotiques de Polynésie grâce à son eau aussi turquoise que transparente. Un véritable petit bout de paradis !

 

La plage de Trévignon, Trégunc (Finistère)

plus-belles-plages-france-4

Bordée de rochers et de sable blanc, la plage de Trévignon se situe sur la commune de Trégunc, dans le sud du Finistère. Elle s’illustre par la beauté de son eau qui, dès les premières lueurs du soleil, devient turquoise. Un lieu idéal pour se détendre et se baigner.

 

La plage d’Herlin, Belle-Île-en-Mer (Morbihan)

plus-belles-plages-france-5

Située sur l’île de Belle-Île-en-Mer dans le Morbihan, la plage d’Herlin est délimitée par de hautes falaises et se caractérise par son eau transparente et son sable fin. Familiale, facile d’accès et très fréquentée en été, la baignade dans cette plage peut néanmoins être dangereuse à cause de ses violents courants latéraux qui provoquent des remous et creusent des trous.

 

La plage d’Étretat, Étretat (Seine-Maritime)

Lire la suite de cette entrée »

 

Située dans le département des Côtes-d’Armor, Pontrieux est une véritable merveille bretonne. Traversé par le fleuve le Trieux, le village possède un charme unique. Nous vous invitons à le découvrir sans plus attendre.

La Bretagne regorge d’endroits sublimes. Son littoral, ses sites historiques mais aussi ses villages pittoresques en font une région emblématique des multiples richesses françaises. Pontrieux en est le parfait exemple. Situé à mi-chemin entre Guingamp et la mer, le village est une véritable attraction touristique.

En effet, il se trouve au bout de l’estuaire du Trieux et est traversé par les eaux, offrant un paysage unique. Parfois surnommé la “Venise des Côtes-d’Armor”, Pontrieux est à ajouter sur votre liste d’endroits à visiter si vous aimez les villages authentiques.

 

Pontrieux via ShutterstockPontrieux via Shutterstock

 

Pontrieux via Shutterstock
Pontrieux via Shutterstock

 

Pontrieux via Shutterstock
Pontrieux via Shutterstock

 

Pontrieux © Wikimedia / Patrick Giraud
© Wikimedia / Patrick Giraud

 

© FlickR / Lilly Bzh
© FlickR / Lilly Bzh

Lire la suite de cette entrée »

 

Avec 180 habitants, le petit village de Tordères dans les Pyrénées Orientales s’est fait connaître pour son fonctionnement municipal inhabituel : le pouvoir y est aux villageois, et la démocratie, participative. Une expérience d’auto-gestion discrète mais bien rodée. Interview de la mairesse porte-voix, Maya Lesné.

 

Tordères est connu pour sa démocratie participative. Comment le projet et l’équipe municipale se sont-ils constitués ?

 

Aux dernières élections, le maire sortant en avait ras la casquette, et le précédent (qui était resté 14 ans à la mairie), plutôt procédurier et bétonneur, voulait y retourner. On a alors organisé une grande réunion publique, ouverte à tous, même aux enfants et aux ados. On n’a pas réfléchi à qui était de droite, qui était de gauche, même s’il faut bien avouer que la majorité du village vote à gauche. Nous voulions d’abord décider ensemble de ce que nous souhaitions défendre et ensuite déterminer qui serait candidat, disposé à défendre le bien commun, et pas ses propres intérêts.

Très vite, des idées essentielles se sont imposées, quant à la constitution de la liste et au fonctionnement de l’équipe municipale :

1. Que la population soit toujours impliquée dans les décisions du conseil municipal.

2. Que la liste ne soit pas exclusivement composée de notables ni de retraités (qui ont souvent soit le temps, soit l’argent – voire les deux), mais de « gens normaux » : hommes et femmes à parts égales, de tous âges, sans exclure les chômeurs, les précaires ni les personnes arrivant de l’étranger.

 

Comment se sont déroulées les élections ?

Des 20 personnes retenues, seules 11 se sont finalement présentées, afin de pouvoir faire face à la liste adverse malgré le panachage électoral. Nous avons obtenu 86 voix contre 20. Au final, la moyenne d’âge se situe autour de la quarantaine, ce qui n’est pas sans poser problème : beaucoup ont des activités, une famille, alors que la participation au Conseil prend du temps et de l’énergie. J’ai été désignée comme mairesse, tout simplement parce que j’étais au chômage à l’époque et que j’avais donc plus de temps. Il faut aussi dire que je suis assez grande gueule… L’important étant que ça aurait pu être n’importe lequel d’entre nous.

 

Quelles priorités pour le village ?

« On arrête tout, on réfléchit et c’est pas triste…  » C’est l’esprit de notre programme. Plus concrètement, nous avons défini quatre axes primordiaux :

1. Maintenir l’école coûte que coûte. C’est la condition sine qua non pour que le village vive (le quart de la population a moins de 18 ans !), même si ça représente la moitié du budget.

2. Maintenir les emplois municipaux, également coûte que coûte (secrétaire de mairie et employé polyvalent).

3. Entreprendre une grande réflexion sur l’urbanisme, pour réagir à la forte pression foncière venant de Perpignan. En incluant la protection des zones agricoles et naturelles.

4. Continuer à bien vivre ensemble.

 

Comment les habitants participent-ils à la prise de décision ?

Pour le premier conseil municipal, nous avons envoyé une lettre aux habitants : tous pouvaient s’inscrire dans les commissions municipales et extra-municipales de leur choix. Finalement, parce que c’était trop restrictif et figé, nous avons encore plus ouvert : tous les habitants du village, enfants et adultes confondus, peuvent à tout moment participer à n’importe quelle commission.

Il existe 5 commissions municipales : Travaux, Environnement et Agriculture, Finances, Affaires sociales, Urbanisme. Certaines d’entre elles sont extra-municipales, dont « Tordères en fête », tout à fait intergénérationnelle : de 4 à 90 ans…

Lire la suite de cette entrée »

 

Une des plus grandes cavités souterraines de France

Explorez les profondeurs du gouffre de Padirac dans le Lot en région Midi-Pyrénées. Cette immense cavité naturelle française de 35 mètres de diamètre s’enfonce à 103 mètres sous terre et une partie débouche sur une rivière qui parcourt une partie d’un réseau grand de plus de 40 kilomètres.

Le gouffre de Padirac s’est formé suite à l’effondrement de la voûte il y a 10 000 ans environ. Cela signifie qu’il existait déjà au IIIe siècle. Il a servi de refuge pour les habitants pendant la guerre de Cent Ans et au cours des guerres de religion.

C’est en 1889 que le spéléologue Edouard-Alfred Martel découvre la rivière souterraine. On estime que, vers la fin du XIXe siècle, une communication praticable s’est ouverte entre le fond du puits et les galeries souterraines en raison d’une violente crue de la rivière. Depuis, de très nombreuses et impressionnantes explorations ont eu lieu.

Classé parmi les 100 plus longues cavités souterraines naturelles, le gouffre de Padirac est l’entrée d’un réseau souterrain de plus de 40 kilomètres de développement pour plus de 250 mètres de dénivelé. A l’heure actuelle, il n’a pas encore été exploré dans son intégralité. Un lieu qui intrigue les touristes qui viennent en nombre chaque année, avec plus de 400 000 visites.

 

La grotte de Padirac dans le Lot via ShutterstockLa grotte de Padirac dans le Lot via Shutterstock

 

La grotte de Padirac dans le Lot via Shutterstock
La grotte de Padirac dans le Lot via Shutterstock

 

La grotte de Padirac dans le Lot via Shutterstock
La grotte de Padirac dans le Lot via Shutterstock

 

gouffre-paridac-lot-4

 

gouffre-paridac-lot-5

Lire la suite de cette entrée »

 

Qui sommes-nous ?

 

 

 

 

 

Notre mission

D’ici à 10 ans cet Éco-Village expérimental aura

  • Relocalisé 85% de la production vitale à ses habitants ;

  • Abaissé l’empreinte écologique de cette production à moins d’une planète ;

  • Valorisé cette production en temps et en euro via une monnaie citoyenne locale ;

  • Émis cette monnaie citoyenne sous la forme d’un revenu d’autonomie inconditionnel ;

  • Permettant ainsi à ses habitants de pouvoir choisir leurs activités.

 

Les actions de notre association

TERA, une expérimentation qui se construit ici et maintenant !

Dans le sud-ouest, durant 20 mois, sur 12 ha dont 6 de bois et 6 de terres bio, nous allons créer une coopérative intégrale.

Elle a pour but de constituer un patrimoine de communs productifs afin de concevoir, fabriquer et assembler toutes les composantes de cet ÉcoVillage expérimental. Ceux-ci permettront d’assurer 12 effets d’usage vitaux à ses habitants :

* Se loger & se nourrir sainement ;
* Renouveler l’énergie & l’eau que l’on consomme ;
* S’informer librement & se déplacer facilement ;
* Préserver nos communs & en optimiser l’usage ;
* Étendre nos libertés individuelles & constituer de justes règles entre nous ;
* Bien Vivre & vivre ensemble.

 

Pour en savoir plus, vous pouvez ci-dessous regarder les deux parties de notre conférence à l’École des Mines de Nantes

 Les 5 piliers de la métamorphoses 1/2

Les 5 piliers de la métamorphoses 2/2

 

Le projet Eco-Nature : un chantier-formation de 400 heures, un prototype de maison démontable et autonomes, des animations pendant 1 an

Le 1er juillet a été lancé  le projet Econature, en même temps que l’inauguration de la maison-nomade de notre ami Yves, enfin montée sur notre site.

 

 

 

De quoi s’agit-il?

  • un chantier-formation de 400 heures, à l’autonomie énergétique et à l’écoconstruction, financé par la Région et le Département (programme) : 6 volontaires de l’association seront formés, avec 6 demandeurs d’emploi ou jeunes du territoire.

  • La construction d’une nouvelle maison nomade, avec ses composantes de l’autonomie, qui servira de gîte de démonstration

  • Des animations pendant un an organisées avec des partenaires du territoire, pour valoriser les patrimoines naturels, humains et productifs.

… Il nous manque encore le financement du matériel de l’autonomie énergétique et une partie des frais de fonctionnements:  22000 euros!  Une collecte est lancée! Merci chaleureusement si vous pouvez y contribuer, si vous pouvez faire passer le message autour de vous, pour que nous puissions faire ensemble ce nouveau pas. C’est ici: https://www.helloasso.com/associations/tera/collectes/test

Siège social : Domaine du Tilleul, Lartel 47370 Masquières

Site internet : http://www.tera.coop

Catégorie Eco-lieux

 

 

Catégorie Société

 

Catégorie France

 

 

Merci à Hérésie, de nous avoir parlé de ce joli village breton sur le forum. quand on parle démocratie participative, de tirage au sort, le concept à du mal à passer. En effet, comment généraliser à l’échelle d’un pays, cette manière de vivre ou, il n’y a ni riches, ni pauvres? Où il y a seulement des gens heureux ? Ça existe, ce n’est pas les seuls endroits et si ça a pu se réaliser, c’est grâce à LA VOLONTÉ DES HABITANTS, à personne d’autres.

 

 

Au fin fond des Côtes-d’Armor, comment Trémargat est devenue une commune dynamique et prospère, une cité où il n’y a plus une seule maison à vendre ? La réponse se trouve sans doute dans ce qui pourrait constituer la devise des 200 Trémargatois : « Démocratie participative et partage ».

J’avais signé dans Bretagne Magazine, en avril 1966, un article sur Trémargat, commune de l’Argoat qui comptait alors 269 habitants. Dans le climat euphorique de la France d’alors, j’avais traduit la pauvreté de Trémargat par des mots malheureux, concluant : « Pour sauver l’Argoat, il faut que les Bretons admettent la suppression de toutes ces communes marginales ». La maire actuelle, Yvette Clément, a beau jeu de rétorquer : « Votre vision stigmatisante, technocratique, a été totalement démentie. Non seulement Trémargat est une commune jeune et attractive, mais ceux qui y habitent ont fait le choix d’y habiter, sont fiers d’y habiter et de conduire eux-mêmes leur destin. Nous ne sommes pas des victimes, nous sommes une communauté solidaire et fraternelle ».

 

Chômage inexistant

La population frôle désormais les 200 âmes, soit une progression de quelque 26 % ces vingt-cinq dernières années. Le chômage y est inexistant. La mairie reçoit régulièrement des demandes de jeunes ou moins jeunes qui veulent rejoindre Trémargat, attirés par cette ambiance conviviale. Hélas, aucune maison n’est vide et aucune n’est à vendre. Le bourg, pimpant, sans ostentation, a préservé son caractère rural, champêtre. L’église, fermée depuis 2001, vient d’être restaurée. « Le projet initial de réaménagement du bourg qui nous avait été proposé, explique la maire, représentait un investissement de 120.000 EUR. Nous avons consulté nos concitoyens parce que nous voulons être les maîtres d’oeuvre de notre développement, de notre environnement. C’est le postulat de notre action, ce que l’on appelle la démocratie participative. Chez nous, ce n’est pas un slogan, c’est une réalité à laquelle il faut ajouter l’éthique du partage. Nous fonctionnons grâce à un tissu associatif très dense. Résultat, le coût de restauration du bourg a été de 12.000 EUR ! De la même façon, grâce à cette solidarité, nous avons une secrétaire de mairie présente tous les jours à mi-temps ».

 

Un seul mandat pour le maire

Si nécessaire, un « comité consultatif » peut se saisir d’un sujet et inviter les habitants à en débattre. Autre particularité : le maire ne fait qu’un seul mandat et avant de passer le relais, présente le bilan de son action en réunion publique. Les électeurs de Trémargat ne boudent pas les urnes : 88 % ont voté au dernier scrutin départemental. Sur 143 suffrages exprimés, les mouvements écologistes ont été largement majoritaires. Le Front national, avec 11 voix (7,1 %), était ici très en dessous de la moyenne des départements bretons (18 %). Qu’en sera-t-il aux régionales de décembre ? Dans la logique de cette démocratie participative, la municipalité pousse aux « circuits courts » de commercialisation des produits locaux. Par le biais de la « SCI de Trémargat », une épicerie bio et un café ont été confiés à des gérants sous forme de baux commerciaux et à des conditions avantageuses. Un restaurant, Le Coriandre, est également ouvert tous les jours. C’est à la fin des années 1970 que cinq ou six couples de jeunes agriculteurs de la commune ou venus de l’extérieur ont dynamisé la vie locale, soutenus par la municipalité de l’époque. Dans la foulée des militants du Larzac, ils refusaient tout productivisme et tout individualisme, et se sont appuyés sur les ressources naturelles du pays. Revalorisation des bois, réhabilitation des haies, élevage de brebis, de vaches, fabrication de fromages, de miel… Participation, solidarité et bénévolat sont donc les mots clés du succès de Trémargat. Yvette Clément revendique cette cohérence interne, ce mariage réussi entre vie locale et engagement dans les projets. « Notre renaissance est une renaissance des cœurs », dit-elle.

 

Mépris de la réussite par l’argent

Vision par trop idéalisée ? Plutôt la force d’une conviction qui mêle la ferveur écologiste, le rejet du libéralisme mondialisé, le mépris de la réussite par l’argent. Difficile de définir le « cas Trémargat » à travers un prisme idéologique précis. Personne ne m’a parlé des Républicains ou du PS. Plus « Verts » que « Rouges » ? On n’est pas dans la roue des bonnets rouges, et si beaucoup parlent breton, il s’agit d’une bretonnité tranquille. L’exemple de Trémargat peut-il être exporté ? La municipalité se refuse à tout prosélytisme et ne prétend pas détenir la recette miracle…./…

Lire la suite et voir les images (article septembre 2015)

Source Le Télégramme

Source : http://lesmoutonsenrages.fr/2016/06/22/tremargat-le-dynamisme-dun-bourg-en-centre-bretagne/

Catégorie Société

 

 

 

 

Catégorie France

 

 

Après avoir créé l’émotion sur le littoral Atlantique français à l’été 2015, le phoque You refait désormais des siennes. Car depuis fin mai 2016, l’animal est revenu pratiquer son activité favorite : rencontrer les baigneurs, surfeurs et autres passants venus profiter de l’océan et de ses plages. Des interactions amusantes, même si elles peuvent s’avérer problématiques.

Déjà, en 2014, quelques baigneurs girondins avaient pu observer You, un jeune phoque un peu trop curieux qui a l’étonnante habitude de s’approcher de l’Homme et de ses animaux de compagnie. Le mammifère s’est ainsi rendu célèbre pour ses câlins à un chien, mais aussi, plus dangereux, pour ses morsures sur des baigneurs.

 

You avec un surfeur
You avec un surfeur

En avril 2015, par exemple, l’animal avait fini par mordre un nageur. Sans doute plus par volonté de jouer que pour blesser, car c’est de cette manière que les phoques s’amusent entre eux : ils se mordent les uns les autres, aidés dans leurs jeux par une épaisse fourrure qui leur évite la douleur. Seulement, sur la peau humaine, le coup de dents peut être bien plus nocif.

Quelques mois plus tard, en juillet, les autorités avaient alors pris la décision d’enfermer You au centre Océanopolis de Brest. Mais face à l’émotion suscitée par l’attendrissante créature, une pétition avait rapidement vu le jour, recueillant plus de 25 000 signatures et demandant la libération du phoque, finalement relâché en octobre 2015.

 

Le phoque You sur une plage avec des passants
Le phoque You sur une plage avec des passants

Reste que You semble s’être pris d’affection pour l’Homme, ou tout du moins pour le littoral atlantique français. Si bien que fin mai 2016, l’imposant animal est revenu profiter de la Gironde et de son hospitalité, et fut reconnu grâce à une bague d’identification qui permet de l’identifier. Mais en un an, You a gagné en corpulence en grandissant. Et le problème est bien là.

Car même si ses intentions ne sont certainement qu’amicales, le phoque mesure désormais 1,50 mètre pour un poids de 120 kg, un gabarit qui devient inquiétant pour les rencontres à venir entre l’imposant mammifère et l’Homme. Face à cette préoccupation, les autorités vont donc décider des mesures à prendre afin d’éviter tout incident malheureux. L’une de ces solutions pourrait notamment être de le faire séjourner à Océanopolis, au moins pour un temps.

 

You en compagnie d'un surfeur
You en compagnie d’un surfeur

Mais la proximité de You avec l’Homme pourrait aussi avoir d’importantes conséquences sur son développement. Preuve en est que lorsque l’animal fut relâché en octobre 2015, il finit tout de même par revenir en Gironde alors qu’il avait été relâché en mer d’Iroise « où l’on trouve des colonies de phoques gris » selon Fabien Demaret, assistant ingénieur à l’Observatoire Pelagis de La Rochelle.

« On espérait qu’il retrouverait ses congénères et qu’il resterait avec eux » explique le spécialiste. Raté. Après avoir expérimenté l’affection humaine à son égard et avoir été nourrit par le centre Océanopolis, You a sans doute pris goût à la Gironde, au détriment de ses relations avec sa propre espèce.

 

 

 

 

Pour se prémunir des dangers d’une interaction avec You, il est recommandé de s’éloigner de lui en cas de rencontre fortuite. Mais au-delà de l’aspect purement sécuritaire, cette histoire montre que les animaux sont capables de sentiments et d’affection, même vis à vis d’une espèce bien différente de la leur, comme l’Homme.

http://soocurious.com/fr/phoque-france-you/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2016-05-31

Catégorie Animauxhttps://youtu.be/HL5o9FFcZeg

 

Porquerolles est une charmante île d’Hyères dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Longue de 7,5 kilomètres et large de 3 kilomètres, elle est la plus grande des trois îles de la commune. Propriété de l’Etat français depuis 1971, elle possède le statut de parc national depuis 2012.

L’île de Porquerolles est bordée de plages de sable couvertes de pins, de bruyères et de myrtes qui parfument le chemin sur la côte nord, contrastant avec un paysage abrupt sur la côte sud. Les touristes s’adonnent principalement à la randonnée pour admirer les nombreux points de vue, le VTT, le repos sur la plage ou la plongée sous-marine. Le lieu est épargné par les pollutions industrielles directes et abrite des espèces rares comme le genêt à feuilles de lin.

 

L'île de Porquerolles via Shutterstock
L’île de Porquerolles via Shutterstock

 

Des visites guidées et animations sont aussi proposées aux touristes pour visiter les forts de l’île, le fort du Grand Langoustier et celui de la Repentance, transformé en monastère orthodoxe, ainsi que des domaines du parc national. L’île possède des fortifications visibles encore aujourd’hui qui ont été créées par Napoléon pour lutter contre la présence anglaise en Méditerranée. On y trouve aussi l’église Sainte-Anne de 1850, le château Sainte-Agathe du XVIe siècle, le phare du cap d’Arme de 1837 et le moulin du XVIIIe. La calanque de l’Oustaou-de-Dieu est également un lieu magnifique à voir et fait partie des rares plages du sud de l’île. On peut aussi se promener dans le village de Porquerolles, bâti par l’administration militaire à partir de 1820.

 

L'île de Porquerolles via Shutterstock
L’île de Porquerolles via Shutterstock

 

L'île de Porquerolles via Shutterstock
L’île de Porquerolles via Shutterstock

 

ile-porquerolles-4

 

ile-porquerolles-5

 

ile-porquerolles-6

Lire la suite de cette entrée »

 

Les forêts sont des lieux magnifiques empreints de mystères. Rien de tel qu’une promenade dans les bois pour se ressourcer et admirer la nature environnante. SooCurious vous emmène aux quatre coins de la France pour vous dévoiler 10 des plus sublimes forêts de notre pays.

 

La forêt des Landes

1-foret-landes

 

2-foret-landes

 

Située au sud-ouest de la France, la forêt des Landes est bordée par l’océan Atlantique et s’étend sur pas moins de trois départements : la Gironde, le Lot-et-Garonne et les Landes. Elle est principalement composée de pins, ce qui en fait sa particularité.

 

 

La forêt de Vizzavona

3-forêt-vizzavona

 

corse

 

La forêt de Vizzavona se trouve dans le département de Haute-Corse. Très appréciée par les citadins pour son calme et sa sérénité, elle peut être considérée comme l’une des raisons lesquelles la Corse est appelée l’île de Beauté.

 

La Grande Chartreuse

5-forêt-chartreuse

Lire la suite de cette entrée »

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives