Archive pour la catégorie ‘ETATS-UNIS’

 

grand-canyon

 

Un monument naturel à la beauté gargantuesque

C’est peut-être l’un des lieux les plus connus du monde. Le Grand Canyon, ce parc national se situant en Arizona, a été reconnu en 1979 comme faisant partie du patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Fondé en 1919, le parc accueille chaque année plus de quatre millions de visiteurs. SooCurious vous propose de connaître un peu mieux ce monument naturel américain.

 

visu-grand-canyon-3

Situé dans le sud-ouest des États-Unis, dans l’État de l’Arizona, le Grand Canyon fascine depuis toujours par sa singularité et la diversité de ses paysages. Il n’est pas le plus profond ou le plus haut canyon américain, mais il offre aux visiteurs des points de vue à couper le souffle. Son nom vient de ses dimensions exceptionnelles (en anglais, « grand » signifie à la fois immense, imposant, grandiose et superbe). Il s’étend sur 450 km entre les lacs Powell et Mead et est profond de 1 300 m.

Ses gorges ne sont pas les plus profondes mais elles sont remarquables pour leurs couches géologiques visibles. Les géologues restent fascinés par ces versants rougeoyants. Chaque strate symbolise l’évolution du paysage américain et le passage du Colorado, qui érode la roche. Ce qui fascine le plus dans le Grand Canyon, c’est la richesse de son histoire. Il en dit beaucoup sur les changements connus par le territoire américain.

L’histoire géologique de ce canyon remonte à la nuit des temps. Jusqu’à 1,7 milliard d’années précisément. C’est à cette époque que les roches sédimentaires en place se sont métamorphisées sous l’action des fortes pressions et de la chaleur du magma. Un peu plus tard, 4 000 m de sédiments et de lave se sont accumulés dans une mer peu profonde. Puis, la formation rocheuse s’est soulevée et déformée pour devenir une chaîne de montagnes. S’ensuivit une longue période d’érosion, ce qui explique les nombreuses strates sur la roche.

 

visu-canyon-12

 

Cependant, les scientifiques ont des avis divergents sur la création du Grand Canyon. Pour certains, cela est dû au fleuve Colorado qui aurait érodé successivement les parois. A cela s’ajouterait l’activité volcanique et les coulées de lave. Pour d’autres, il serait plus vieux que ce que l’on pense et il aurait commencé sa formation au temps des dinosaures… Ce qui force le respect, c’est que ce lieu a survécu à énormément d’aléas : des tremblements de terre violents et des éruptions volcaniques. Après tant d’années le Grand Canyon est toujours là, pour le plus grand plaisir des touristes.
En plus d’offrir des points de vue sublimes et multiples, grâce à sa formation géologique, le parc national du Grand Canyon abrite un écosystème très riche et varié. 355 espèces d’oiseaux, 89 de mammifères, 47 de reptiles, 9 d’amphibiens, 17 de poissons, ainsi que des milliers d’espèces d’invertébrés sont recensées dans le parc, ce qui est énorme. On peut notamment observer le condor de Californie, cet oiseau majestueux qui est assez rare. L’espèce a été réintroduite dans les années 90. Concernant la flore, les visiteurs peuvent contempler de nombreuses espèces. Les différentes parties du parc n’ont pas le même ensoleillement ni le même climat. La rive nord étant plus humide et froide, on va y trouver beaucoup de conifères, qui s’adaptent bien à l’altitude et au froid. La rive sud est elle plus aride. La végétation est donc adaptée à la sécheresse : cactus, pins parasols et genévriers de l’Utah.

 

visu-canyon-11

 

L’ouest du parc fait partie du désert des Mojaves, donc la végétation est sèche (arbustes et plantes résistantes). Enfin, le Grand Canyon présente un intérêt aussi bien pour les visiteurs sportifs et les gens contemplatifs. Pour les marcheurs, il est possible de faire de la randonnée en descendant dans les gorges (la remontée est au retour, ce qui peut être dangereux). Le parcours est à la fois sublime et intense. Pour les amateurs de paysages, la passerelle en verre appelée « Grand Canyon Skywalk » est un passage obligé. Elle permet de marcher à 1 300 m au-dessus du vide en toute sécurité (la plateforme pèse 500 tonnes). Certains puristes regretteront que le paysage soit un peu dénaturé par cette installation.


 

Lire la suite de cette entrée »

 

Ce site naturel emblématique de l’Ouest américain

 

Pénétrez dans le merveilleux paysage de western offert par la Monument Valley, à la frontière entre l’Arizona et l’Utah aux États-Unis. Ce site naturel est exceptionnel pour ses formations géomorphologiques. Admirez donc !

Monument Valley fait partie d’une réserve du peuple amérindien des Navajos et se situe sur le plateau du Colorado. Ce dernier s’étend sur 340 000 kilomètres et abrite des sites géologiques magnifiques dont le plus connu est le Grand Canyon. Le paysage de Monument Valley possède aussi des reliefs bien particuliers. Des roches de grès érodées par l’eau il y a plusieurs centaines de milliers d’années et le vent se sont formés jusqu’à maintenant et s’élèvent sur un immense plateau.

Vous serez subjugué par les couleurs vives des roches, dont les jeux d’ombre et de lumière façonnent le relief si unique, accentuent son aspect majestueux et offrent à contempler des paysages envoûtants. Ce décor de far west a d’ailleurs servi pour de nombreux tournages comme La Chevauchée fantastique de John Ford avec John Wayne qui contribua à rendre le site célèbre ou encore Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone mais aussi Retour vers le futur III, Forrest Gump, Code Quantum, Transformers 4 : L’Âge de l’extinction.

Les buttes de Monument Valley sont actuellement très réputées. On peut les admirer en prenant sa voiture mais, le site étant sur la réserve des Navajos, il est conseillé de visiter avec un guide Navajo afin d’accéder à des zones interdites aux touristes non accompagnés. Faire le parcours à cheval est également possible, avec un guide amérindien. Les Navajos, qui appellent l’endroit « Tsé Bii’ Ndzisgaii », ce qui signifie « la vallée des rocs », ont nommé certains rochers en fonction de leur forme. Selon sa ressemblance avec un animal, une personne ou un symbole de l’histoire, ils leur ont donné des noms comme « Grand Chef indien », « l’aigle impérial », « l’œil qui pleure », « les trois sœurs », « la botte de cowboy ». A noter aussi que la silhouette des buttes servit d’emblème à la marque de cigarettes Marlboro dans les années 1950.

 

Monument Valley via ShutterstockMonument Valley via Shutterstock

 

Monument Valley via Shutterstock
Monument Valley via Shutterstock

 

monument-valley-4

 

monument-valley-5

 

monument-valley-6 Lire la suite de cette entrée »

 

En plein cœur du désert du Nevada, le Fly Geyser offre un spectacle époustouflant

 


Gisant en plein cœur du désert du Nevada, le… par soocurious

 

Situé en plein cœur du désert de Black Rock dans l’Etat du Nevada aux États-Unis, le Fly Geyser est un site exceptionnel qui offre un spectacle aussi curieux que rare. L’origine de cet endroit fabuleux est totalement accidentelle et serait due à la création d’un puits dans le désert.

Dans les années 1960, alors que des hommes tentaient de creuser un puits dans le comté de Washoe, un majestueux geyser a fait sa soudaine apparition. Lorsque le forage du site aurait atteint une couche d’eau géothermale, des petits jets d’eau chaude, pouvant atteindre 1 à 2 mètres de hauteur, se sont échappés. Fortement minéralisée, l’eau jaillissant à cet endroit aurait commencé à façonner un cône de geysérite toujours grandissant.

 

Fly Geyser Nevada via Shutterstock
Fly Geyser, Nevada via Shutterstock

 

Aujourd’hui, le cône s’élève environ à 3,7 mètres, le geyser lui-même éclate au travers d’un cône aux multiples ouvertures, communément nommées les “Trois bouddhas”, leurs têtes sont arrondies en raison du débit constant de l’eau. Deux autres geysers ont jailli peu après, leurs cônes atteignent respectivement 1 et 1,5 mètre. Les dépôts de calcaire provoqués par les geysers ont donné naissance à un somptueux ensemble de bassins très esthétique, entre 30 à 40, possédant plusieurs terrasses.

Ces multiples bassins recouvrent une surface de 30 hectares. Leurs roches brillantes et colorées sont faites de dépôts carbonatés, les couleurs passant du rouge au jaune orangé, associées également au vert dû à la présence d’algues thermophiles égayent ce paysage spectaculaire. Ses superbes couleurs proviennent de micro-organismes qui prennent différentes teintes en fonction de la température de l’eau. Situé sur une propriété privée, il a longtemps été libre d’accès jusqu’à ce qu’un groupe de touristes abîme le site. Le propriétaire du ranch sur lequel se situe le geyser a alors fait clôturer le secteur et en a interdit l’accès sauf sur autorisation spéciale.

 

Fly Geyser, Nevada via Shutterstock
Fly Geyser, Nevada via Shutterstock

 

Fly Geyser, Nevada via Shutterstock
Fly Geyser, Nevada via Shutterstock

 

Fly Geyser, Nevada via Shutterstock
Fly Geyser, Nevadavia Shutterstock

Lire la suite de cette entrée »

 

Site incontournable des États-Unis, le parc national de la vallée de la Mort est un véritable spectacle naturel. Nous vous présentons ce lieu aride impressionnant qui s’étend à perte de vue.

Avec plus de 13 600 km², soit davantage que la superficie de la France, le parc national de la vallée de la Mort est le second plus grand parc national des Etats-Unis, le plus grand étant celui de l’Alaska. Une étendue vaste, aride et particulièrement inhospitalière qui fascine tant par son panorama à couper le souffle, que par ses caractéristiques fascinantes.

 

vallee-de-la-mort-national-park-1

 

Situé à l’est de la Sierra Nevada, en Californie, celui-ci s’étend en partie sur le Nevada et se compose de deux vallées principales qui ont été formées durant des millions d’années : la Death Valley (vallée de la Mort) et la Panamint Valley. Aussi, il est à noter que le parc national de la vallée de la Mort est séparé de l’océan Pacifique par cinq chaînes de montagnes qui assèchent les entrées d’air océanique.

De ce fait, la vallée de la Mort, qui aurait pu avoir un climat tempéré, s’avère être une véritable fournaise, avec des records de chaleur absolument incroyables. D’ailleurs, le 13 juillet 1913, les températures sont montées jusqu’à 56,7°C ! Si cette température était considérée comme un record absolu durant plusieurs années, il a été invalidé en 2012 par l’Organisation météorologique mondiale qui l’a finalement accordé à El Azizia avec 57,7 °C enregistrés le 13 septembre 1922.

 

vallee-de-la-mort-national-park-2

 

Autre spécificité étonnante de ce parc national, sa topographie. En effet, il présente le plus grand écart d’altitudes de la partie continentale des États-Unis. Alors que le fond de la vallée de la Mort est à 85,5 mètres sous le niveau moyen de la mer, son plus haut point culmine à 4 400 mètres d’altitude. Deux points qui sont situés à peine à 123 kilomètres l’un de l’autre. Notons également la grande diversité de ses paysages : montagnes, carrières, canyons, vallées, dunes de sable, étendues de sel…

Enfin, et malgré ce que l’on pourrait croire de par son nom, la vallée de la Mort abrite une large biodiversité. En effet, la faune et la flore y sont particulièrement riches selon les régions, en ayant réussi à s’adapter avec brio aux contraintes naturelles de l’aridité.

 

vallee-de-la-mort-national-park-3

 

vallee-de-la-mort-national-park-4

 

vallee-de-la-mort-national-park-5

Lire la suite de cette entrée »

 

Tristement belle, cette plage américaine est recouverte de morceaux de verre à cause de la pollution

En Californie, il existe une plage à Fort Bragg bien particulière du nom de Glass Beach. Celle-ci est recouverte de morceaux de verre, ce qui lui donne un charme unique. Malheureusement, cette originalité est la conséquence de la pollution humaine.

Aux États-Unis, Glass Beach est une plage connue pour être colorée par ce qu’on appelle les verres de mer, arrivés suite à des années de déversement d’ordures dans la zone côtière du nord de la ville. Ces morceaux de verre sont de couleurs, tailles et formes diverses et ont été polis par le brassage avec le sable et par les chocs avec les galets et les rochers.

 

Glass Beach en Californie via John Krzesinski
Glass Beach en Californie via John Krzesinski

 

Glass Beach est restée un site de décharge actif jusqu’en 1967. De nombreux projets de nettoyage ont été menés au cours des années suivantes, afin de tenter de corriger les dégâts. En 1998, le propriétaire privé a entrepris un processus de 5 ans de travail avec le Conservatoire du littoral de la Californie et le Conseil de gestion des déchets.

Bien que Glass Beach est tristement célèbre, de nombreux touristes affluent pour observer ce phénomène et surtout la beauté des verres de mer colorés et polis parsemés sur la plage californienne. Aujourd’hui, la collecte des morceaux de verre, une activité très fréquente, est déconseillée car elle vide la plage. Les locaux la voient ainsi disparaître progressivement. D’autres plages aux alentours ont subi le même phénomène que Glass Beach.

 

plage-verre-californie-20

 

plage-verre-californie-19

 

plage-verre-californie-18

 

Glass Beach en Californie via John Krzesinski
Glass Beach en Californie via John Krzesinski

 

plage-verre-californie-16

Lire la suite de cette entrée »

 

Il est une sublime étendue blanche qui ne devrait pas exister

Dans l’Ouest des États-Unis, se trouve l’un des plus impressionnants déserts du monde, le White Sands. D’une incroyable beauté, il est aussi spectaculaire par sa composition géologique.

Le White Sands est un désert de sable blanc du Nouveau-Mexique, à l’ouest des États-Unis. Il est composé de gypse, un minéral qui, à la différence du sable normal, se dissout dans l’eau.

Mais le climat de la région du White Sands est si sec que les grains ont été préservés et s’étendent sur plus de 440 km carrés, ce qui en fait le plus grand désert de gypse de la planète.

D’une beauté exceptionnelle, surtout lorsqu’il se « déplace », le désert blanc est un « National Monument » américain, une zone protégée et contrôlée par le gouvernement fédéral des États-Unis.

 

White-Sands-1

 

White-Sands-2

 

White-Sands-13

 

White-Sands-12

 

White-Sands-11

Lire la suite de cette entrée »

 

 

 

Le Nouveau-Mexique est le cinquième plus grand État des États-Unis et il se caractérise par sa nature préservée, aussi sauvage que somptueuse. C’est d’ailleurs cette même nature que vous fait découvrir la vidéo « Human Nature » à travers un voyage époustouflant de beauté.

Réalisée par Amon Barker, cette vidéo intitulée « Human Nature » est un véritable hommage à la beauté sauvage du Nouveau-Mexique, ce vaste territoire des Etats-Unis qui s’étend sur 314 926 km² et qui se situe à la frontière mexicaine. Culminant à une altitude moyenne de 1735 mètres, celui-ci est essentiellement montagneux et marque les esprits par ses paysages et sa nature préservés à la beauté à couper le souffle.

 

human-nature-nouveau-mexique-1

 

De ses vallées à ses montagnes en passant par ses déserts et sa faune sauvage, Amon Barker a souhaité, à travers cette majestueuse vidéo, capturer des images puissantes du Nouveau-Mexique qui rappellent aux spectateurs le lien indéfectible qui unit chacun d’entre nous à la nature.

Et le pari est réussi ! Avec « Human Nature« , le talentueux réalisateur nous embarque dans un voyage tout à fait exceptionnel qui laisse place tant à la contemplation qu’à la réflexion.

 

human-nature-nouveau-mexique-3

 

human-nature-nouveau-mexique-4

 

human-nature-nouveau-mexique-5

Lire la suite de cette entrée »

 

Situé sur la côte californienne entre Los Angeles et San Francisco, Big Sur est un véritable coin de paradis. Sur plus de 140 kilomètres, les falaises verdoyantes y rencontrent les vagues tempétueuses de l’océan Pacifique. La beauté sauvage de cet endroit est tout simplement magique, et elle a inspiré les plus grands des artistes.  

Big Sur se trouve sur la côte californienne, la localité est accessible à partir de la fameuse Route 1, qui relie Los Angeles et San Francisco par le littoral. La beauté sauvage y est préservée : montagnes, forêts, falaises, plages… Big Sur semble tout droit sorti d’un rêve. La faune et la flore y sont florissantes, on retrouve ainsi de nombreux éléphants de mer qui élisent domicile sur les immenses plages qui parsèment la côte.

 

La quiétude de Big Sur en a fait un lieu fameux outre-Atlantique, il a été repris plusieurs fois dans diverses œuvres. La plus significative d’entre elles est certainement le livre de l’un des meilleurs écrivains américains du XXe siècle, Jack Kerouac. Dans “Big Sur”, il conte son séjour dans une cabine de la localité californienne, où il a décidé de s’évader afin de se reposer et d’écrire.

 

 

2-big-sur

 

3-big-sur

 

4-big-sur

 

5-big-sur

 

6-big-sur

Lire la suite de cette entrée »

 

 

Catégorie : États-Unis

 

Dans l’immense parc national du Grand Canyon aux États-Unis, dans la réserve indienne d’Havasupai, se trouve la cascade Havasu. Ce trésor naturel fascine ses visiteurs tant par la beauté de sa couleur turquoise que l’environnement rouge vif dans lequel elle s’écoule.

La cascade Havasu, nichée au cœur du Grand Canyon au nord-est de l’État de l’Arizona aux États-Unis, figure parmi les dix plus belles au monde. La chute principale de cette cascade surréaliste s’étend sur 30 mètres sur une falaise verticale et s’écoule dans un bassin à la fascinante couleur bleutée.

Sa magnifique couleur est due à la présence de magnésium et de bicarbonate de sodium dans l’eau. Le carbonate de calcium qui sort de l’eau se dépose sur les roches, ce qui est à l’origine de la formation progressive de barrages naturels.

Ce lieu paradisiaque se situe sur les terres des Havasupai. Cette tribu amérindienne est la seule à vivre en permanence dans le Grand Canyon. Il signifie « le peuple des eaux bleu-vert ».

 

1-havasuLa cascade Havasu via Shutterstock

 

2-havasu La cascade Havasu via Shutterstock

 

3-havasuLa cascade Havasu via Shutterstock

 

5-havasu La cascade Havasu via Shutterstock

 

6-havasu La cascade Havasu via Shutterstock

Lire la suite de cette entrée »

Le labyrinthe rocheux de l’Ouest américain aux couleurs chatoyantes

visu-shutter-2Le canyon de l’intérieur via Shutterstock

 

On ne répétera jamais assez que la nature a créé des merveilles de paysages à travers le monde. Sans nul doute, l’Antelope Canyon (Arizona) fait partie de ces lieux d’exception qui nous laissent totalement sans voix par leur singularité et leur beauté. Ce site à l’architecture hallucinante et aux couleurs sublimes est le fruit de l’érosion et de l’œuvre du temps. SooCurious vous dévoile les secrets de ce lieu qui semble appartenir à une autre planète.

Situé au sud-ouest des États-Unis dans l’État de l’Arizona, l’Antelope Canyon (Canyon de l’Antilope) est l’une des gorges les plus connues et les plus photographiées du pays. Ce monument appartient aux Indiens Navajos d’où son autre nom indien « Tsé bighánílíní dóó Hazdistazí » qui signifie « le lieu où l’eau coule à travers les rochers ». Le site est situé au nord de l’Arizona, à proximité du lac Powell.

 

visu-antelope-2

 

Il fait partie de la réserve de la nation Navajo. L’histoire retient que ce canyon a été découvert en 1931 par une jeune bergère indienne qui était partie à la recherche d’un de ses moutons égarés. Depuis ce temps, le lieu est devenu un site extrêmement apprécié par les touristes, les aménagements se faisant en accord avec les Navajos. Lorsque l’on évoque l’Antelope Canyon, il convient de décrire sa structure et sa formation.

L’Antelope Canyon est ce qu’on appelle en anglais un « slot-canyon », ce qu’on peut traduire littéralement par gorge en fente. Cette gorge a été creusée dans le grès par l’eau et le vent. Elle s’est formée dans le lit de l’Antelope Creek. L’arroyo, un affluent du lac Powell est le principal facteur de l’érosion du canyon, même s’il est à sec la plupart du temps. Il a creusé deux étroits défilés, l’Upper Antelope Canyon (1 200 m d’altitude) surnommé « la fissure », et le Lower Antelope Canyon, surnommé « le tire-bouchon ». En tout, le canyon fait huit kilomètres de long.

 

visu-antelope-1

 

L’Upper Antelope Canyon est long de 400 m et sa largeur varie de deux à trois mètres. L’accès est relativement aisé, ce qui explique pourquoi il est le plus visité. Le Lower Antelope Canyon est lui plus long mais aussi plus étroit, avec des différences de niveaux importantes. Sa visite est donc plus sportive. En tout cas, ce canyon est l’un des lieux les plus visités du pays.

Le tourisme sur le site s’est considérablement développé avec les années. Reste que les visites sont l’apanage des Indiens Navajos (les seuls à être habilités). La partie haute est la plus facile d’accès. Les guides déposent les touristes à l’entrée après avoir suivi le lit d’une ancienne rivière sur cinq kilomètres. Sur place, il n’y a qu’à apprécier les reflets superbes de la lumière sur les parois, ce qui crée des changements de couleur étonnants. La gorge pouvant être étroite par endroits, il faut être assez prudent.

 

visu-antelope-8

A ce titre, la partie basse plus étroite est plus difficile à visiter. L’entrée a été munie d’un escalier métallique (installé par les Navajos). Les visites sont un peu plus restreintes dans cette partie. La zone la plus basse est vraiment difficile d’accès et nécessite un équipement solide. C’est dans cette partie qu’une crue subite avait fait 11 morts le 12 août 1997. Visiter l’Antelope Canyon peut donc être dangereux à cause des aléas climatiques (des crues peuvent survenir ainsi que des pluies diluviennes). Cela explique donc pourquoi les excursions sont guidées. En tout cas, les deux parties du canyon sont aussi belles et valent le détour.

 

visu-antelope-6

 

Lire la suite de cette entrée »

 

 

Catégorie : États-Unis

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives