Archive pour la catégorie ‘ESPAGNE’

 

Antoni Gaudi est un artiste majeur du XXe et du XIXe siècle. Cet architecte aussi original que fantasque se distingue de tous les autres grâce à ses créations tantôt colorées, tantôt ultra stylisées. Pionnier de l’art nouveau en Espagne, il a marqué les esprits de sa vie et des œuvres. Focus sur ses plus belles œuvres.

Antoni Gaudi est notamment la créateur de la Sagrada Familia, de la Casa Batllo et de la crypte de la Colonia Güell. Sept de ses œuvres ont été inscrites au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO. Si la majorité de ses créations se retrouvent à Barcelone, son influence a pu se répercuter dans toute l’Europe. Pour mieux comprendre ton talent, voici notre classement, totalement subjectif, de ses huit plus belles œuvres.

 

Casa Batlló

Conçu entre 1904 et 1906, la Casa Batlló fut commandée par l’industriel du textile Josep Batlló i Casanovas. Située dans l’Ilôt de la Discorde, sa façade unique est composée de pierre, de fer forgé, de céramique polychrome et de trencadis de verre. A l’intérieur, tout est en courbe, ce qui en fait un défi architectural incroyable. Avec 600 000 visiteurs rien qu’en 2011, cette œuvre d’art est considérée comme l’une des plus belles au monde.

 

Parc Guëll

Encore une fois, l’oeuvre fut commandée par Eusebi Guëll, comme son nom l’indique. Si le Parc Guëll devait à la base être constitué de 60 maisons, seules 3 subsistent. Malgré tout, la beauté du lieu reste admirable avec ses formes géométriques et colorées originales et inhabituelles. Sa sculpture de lézard et ses pinacles merveilleuses, le parc Guëll est encore une fois un chef-d’oeuvre et ne manquera pas d’émerveiller touristes et locaux.

 

Sagrada Familia

Oeuvre majeure d’Antoni Gaudi, la Sagrada Familia est une basilique de Barcelone dont la construction a commencé en 1882. Encore inachevée à ce jour, le « temple expiatoire de la Sainte Famille » comme son titre espagnol entier la nomme, est l’exemple type du modernisme catalan. Monument le plus visité d’Espagne, il a attiré 3,2 millions de visiteurs en 2012. Et bien évidemment, la Sagrada Familia est inscrite au patrimoine de l’Unesco.

 

Cellier Guëll

Cette cave à vin fut construite pour abriter la production de boisson de Eusebi Guëll. Mesurant 28 mètres de long et 14 mètres de haut, le cellier Guëll est une oeuvre moins connue de l’artiste. Cependant, on y retrouve son style particulier avec le côté angulaire de la façade et les matériaux utilisés, et bien évidemment avec la localisation de l’œuvre : à Barcelone.

 

Casa Milà

La Casa Milà est conçue comme un hôtel particulier, et préfigure également comme une représentante du modernisme espagnol. C’est l’avant-dernière oeuvre architecturale de l’artiste. La façade du bâtiment, de 9 niveaux, est réalisée en pierre calcaire à l’exception de la partie supérieur, qui est couverte de carreaux blancs. La Casa Milà est également dotée d’un fort symbolisme religieux, avec des extraits de l’Ave Maria en latin sur la corniche supérieure par exemple. Elle fait partie des 10 sites les plus touristiques de Barcelone.

 

Crypte de la Colonie Guëll

Construite entre 1908 et 1914, la crypte est un projet inachevé de l’architecte. Alors que Guëll tombe malade, Antoni Gaudi abandonne le projet. Devant à la base comporter une église double de 25 mètres de large sur 60 mètres de long, la crypte de la Colonie Guëll demeure malgré tout un beau monument bien supérieur aux autres. Le génie de Gaudi se constate même dans ce genre d’œuvres inachevées.

 

Source : http://dailygeekshow.com/oeuvres-antoni-gaudi/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2017-09-16

Catégorie Espagne

 

 

la cathédrale inachevée de Barcelone

 

Création unique et encore inachevée, la cathédrale de la Sagrada Familia s’est imposée comme le symbole indissociable de Barcelone. Pourtant, le monument le plus visité de la ville catalane cache encore quelques secrets et anecdotes.

Cela fait maintenant près de 135 ans que le chantier de la Sagrada Familia a débuté. L’œuvre maîtresse de l’architecte Antoni Gaudi n’a cessé pendant ce temps de connaître aussi bien les polémiques sur son apparence que les problèmes dans ses travaux.

Avec le temps, la cathédrale s’est tout de même imposée comme une œuvre à part entière et est désormais connue dans le monde entier. Derrière le bâtiment devenu symbole de la ville, se cache donc une histoire à la fois longue et mouvementée. Une histoire qui reste encore bien souvent méconnue et qui comporte son lot de secrets et d’anecdotes. Voici donc pour vous, 12 faits sur la Sagrada Familia qui risquent bien de vous étonner.

 

TOUT A COMMENCÉ AVEC UN LIBRAIRE

Le chef d’œuvre de Gaudi trouve son origine dans le voyage d’un libraire au Vatican. En 1872, le libraire Joseph Maria Bocabella se rend en Italie et tombe sous le charme des églises qu’il y admire. Revenu dans son pays, il rêve d’y voir un bâtiment semblable à ceux qu’il a pu admirer lors de son périple. La construction de ce projet un peu fou débute en 1882.

 

 

GAUDI NE FAISAIT PAS PARTIE DU PROJET D’ORIGINE

Au tout début, le projet de la Sagrada Familia est confié à l’architecte Francisco Paula del Villar et prend alors la forme d’une église gothique standard. Del Villar démissionne après un an de travaux et le chantier est alors confié à Gaudi qui va en changer les plans de manière assez radicale.

 

UNE CONSTRUCTION PLUS LONGUE QUE CELLE DE LA GRANDE PYRAMIDE

Gaudi a seulement 30 ans lorsqu’il reprend le projet de la cathédrale. A partir de 1914, il va abandonner tous ses autres projets pour se concentrer sur ce qui deviendra l’oeuvre de sa vie. Mais l’architecte meurt en 1926 et laisse le chantier inachevé.

Depuis, les travaux se poursuivent et l’ensemble devrait être achevé pour 2026 en célébration du centième anniversaire de la mort de Gaudi. Au final, si ce délai est respecté, la construction de la Sagrada Familia aura pris 144 ans, soit dix fois plus que pour la Grande Pyramide de Gizeh et 123 années de plus que pour le Taj Mahal.

 

GAUDI NE SE SOUCIAIT PAS DU DÉLAI DE CONSTRUCTION

Contrairement à ce qu’on pourrait penser d’un architecte, Gaudi ne s’intéressait pas au délai de construction de sa cathédrale. Il a même déclaré à ce sujet « mon client n’est pas pressé ». Surtout Gaudi savait que son œuvre mettrait des générations avant d’être achevée.

« Il n’y a pas de raison que je regrette de ne pas finir cette église. Je vieillirai mais d’autres viendront après moi ». L’architecte était d’ailleurs conscient que son projet évoluerait avec le temps (il n’hésitait pas lui-même à faire des modifications au gré de ses visites sur le chantier) mais aussi une fois sa mort venue, au gré de ceux qui lui succéderont.

 

CERTAINS PENSENT QUE LA SAGRADA FAMILIA N’EST PAS FIDÈLE À LA VISION DE GAUDI

Les plans originels de la cathédrale ont été détruits par des anarchistes en 1936 pendant la guerre civile espagnole, ce qui laisse la place à de nombreuses polémiques quant aux travaux entrepris depuis.

En 2008, plus de cent membres de la communauté des arts et de l’architecture de Barcelone, ont signé un manifeste contre ce qui leur semble être des erreurs de direction artistique. Pour Manuel Borja-Villel, le leader de ce manifeste « ce qu’ils sont en train de construire a peu à voir avec l’esprit de Gaudi. Cela ressemble plus à construire une attraction pour touristes et à des fins de propagande ».

Lire la suite de cette entrée »

Les Pyrénées sont une chaîne montagneuse à la fois française et espagnole qui possède de nombreux sommets et vallées d’une beauté prodigieuse. Elles abritent également une multitude de petits lacs et étangs dans lesquels le ciel et les paysages se reflètent, accentuant d’autant plus la quiétude des lieux. SooCurious vous invite à vous plonger dans l’atmosphère paisible des Pyrénées à travers une série de photographies somptueuses.

Les Pyrénées sont une chaîne montagneuse culminant à 3 404 mètres d’altitude et s’étendant d’est en ouest sur une distance de près de 430 kilomètres de long. Véritable frontière naturelle entre la France et l’Espagne, trois aires de montagnes se distinguent : les Pyrénées atlantiques entre le golfe de Gascogne et le pic d’Anie, les Pyrénées centrales entre le pic d’Anie et le col de Puymorens et les Pyrénées orientales entre le col du Puymorens et la Méditerranée. Le plus haut sommet se nomme l’Aneto, à 3 404 mètres, et le plus haut sommet français est le Vignemale et mesure 3 298 mètres. Ces pics se trouvent tous deux dans les Pyrénées centrales.

 

01-pyrenees-EduardMaluquer

 

02-pyrenees-Nicolasguionnet

 

03-pyrenees

 

04-pyrenees-FranchoBeltran

 

05-pyrenees-EnriqueMatiasSanchez

Lire la suite de cette entrée »

Un village en utopie

Diffusé sur France 2 le samedi 23 mars 2013 – Durée : 39 min.

Ce deuxième volet de la série « Carnet d’utopies » nous emmène en Espagne, à Marinaleda, petit village d’Andalousie qui développe depuis des années un système social et politique à contre-courant du modèle prédominant.
Un document signé Michel Mompontet, Antoine Morel et Mathilde Rougeron.

Alors que l’Espagne bat des records de chômage et d’expulsions, à Marinaleda, le chômage est à moins de 5% et tous les habitants sont propriétaires de leur logement contre un remboursement de quinze euros par mois. A la tête de ce village d’irréductibles, un maire qui est en train de devenir un exemple de rébellion pour des milliers d’Espagnols.

 

 

Un autre reportage

MARINALEDA, l’ardente impatience

En septembre 2014 :

http://www.humanite.fr/blogs/marinaleda-victoire-contre-les-fascistes-551016

Catégorie Dans le monde …

Un voyage itinérant, à la rencontre de 35 lieux le long de la côte méditerranéenne ….

 

 

 

Marinaleda Siviglia 403809
MarinaledaMinube.it

Depuis l’alerte google Alternatives au capitalisme j’ai récemment découvert l’existence de MARINALEDA, une commune de 2645 habitants en Andalousie « où Marx vivrait s’il était encore en vie, avec zéro chômage, zéro policier et des habitations à 15 euros par mois » (1). Une alternative au capitalisme réalisée à moins de 2000 km de chez nous et qui fonctionne depuis plus de 30 ans sans que je n’en aie jamais entendu parler ? A la première occasion, c’est donc sac à dos, train, bus et autostop que j’irai pour vérifier si cette belle utopie existe vraiment…

Lire la suite de cette entrée »

UNE EMISSION DE RADIO DE DANIEL MERMET

Là-bas si j’y suis, diffusée sur France Inter.

« Pas de chômeurs, pas de promoteurs. Collectivisation des terres et des moyens de production. Et la démocratie, la vraie, la directe ! C’est tout ce dont nous parlons depuis fort longtemps. C’est ce dont parlent également les Indignés espagnols. Il y a un endroit où cela fonctionne depuis 1978. C’est le village de Marinaleda. »
Un reportage avec Antoine Chao – www.la-bas.org

 

 

Catégorie Espagne

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives