Archive pour la catégorie ‘DANS LE MONDE’

 

 

 

LES BACTÉRIES ONT LEURS PARASITES NATURELS (A VOIR ABSOLUMENT)

Devant une inefficacité probante des antibiotiques contre les bactéries, les laboratoires du monde entier cherchent une solution à grands coups de millions. Tant d’argent dépensé alors que cette solution a toujours existé et ne coûterait presque rien à mettre en place si tel était leur désir de soigner vraiment. En effet, chaque bactérie a son prédateur naturel (du moins on le pense) qui n’est autre qu’un bactériophage (appelé plus communément phage). Ces organismes parasites des bactéries sont au programme de licence de biologie première année alors pourquoi les ignorer?

La guerre des phages est un documentaire scientifique impressionnant où vous verrez une insalubrité incroyable des blocs opératoires de Géorgie( république de l’ancienne union soviétique) et qui ne pose pour autant aucun problème infectieux aux patients. Ici pas de maladie nosocomiale bien au contraire, on soigne celles contractées dans les hôpitaux du reste du monde. Si vous êtes en proie à un staphylocoque doré ou autre bactérie résistante dont vous n’arrivez pas à enrailler la progression, alors regardez avec grand intérêt ce documentaire. Vous allez comprendre que la solution aux infections bactériennes porte un nom: bactériophage.

 

Catégorie Santé

 

 

 

Catégorie Musique

 

 

Des images qui ont laissé les experts perplexes

 

 

La façon dont les civilisations anciennes qui existaient il y a des milliers d’années ont réussi à ériger des structures massives, des monolithes gigantesques, des pyramides ou à polir, tailler et transporter des blocs de pierre pesant plus de 100 tonnes reste une énigme pour les experts.

Certaines des réalisations des anciennes civilisations rivalisent aujourd’hui avec nos propres savoir-faire.

En outre, peu importe où nous regardons, nous trouvons des structures antiques étonnantes qui laissent les experts se demander comment les cultures antiques ont pu accomplir cela.

Si nous voyageons en Egypte, la terre des pharaons, en plus des pyramides, nous trouverons des temples super-massifs avec des blocs de pierre ajustés comme s’il s’agissait de blocs Lego gigantesques. Des pierres parfaitement imbriquées sont visibles dans différents temples en Egypte, et certaines de ces structures ont créé la confusion parmi les experts qui ne sont pas en mesure d’expliquer comment les cultures antiques ont fait.

Curieusement, si nous parcourons la moitié du globe vers l’Amérique du Sud, nous trouverons des caractéristiques étrangement similaires en Bolivie et au Pérou.

 

Bâtiments Inclinés vers l’Intérieur

Si nous regardons le temple de Coricancha, nous remarquons des blocs d’andésite extrêmement lisses qui ont été travaillés avec une telle précision que certains ingénieurs modernes ont dit: »ils doivent avoir utilisé des outils de type laser, il est impossible qu’ils ont utilisé des outils primitifs comme des bâtons et des pierres… ».

La vérité est que les civilisations anciennes qui existaient sur Terre il y a des milliers d’années étaient beaucoup plus avancées et capables de réaliser des travaux bien plus avancés que nous.

Dans le complexe de Tiahuanaco en Bolivie, nous trouvons Puma Punku.

La Porte du Puma, comme le traduit Puma Punku, présente quelques-unes des plus grandes pierres jamais vues dans cette partie du monde. Un bloc de pierre particulier sur le site mesure 7,81 mètres de long et 5,17 mètres de large, une épaisseur moyenne de 1,07 mètre et un poids estimé à 131 tonnes métriques. Il reste encore une énigme sur la façon dont les anciens constructeurs de Puma Punku et Tiahuanaco ont réussi à transporter ces pierres massives de leurs carrières.

Les coupes de précision, les coins tranchants et les trous de forage millimétriques sont un autre mystère qui a impressionné les experts.

Le temple d’Osirion en Egypte présente des détails de construction qui ressemblent étrangement à ceux trouvés en Amérique, plus précisément Ollantaytambo et Sacsayhuaman.

Le temple d’Osirion nous offre la preuve que l’humanité antique a réussi à ériger des temples massifs et à placer ensemble des blocs de pierre gigantesques à une précision millimétrique, presque comme s’ils pouvaient manipuler le poids de la pierre, ce qui les rend plus faciles à transporter.

Il en va de même pour les pierres et les structures massives, Ollantaytambo et Sacsayhuaman.

 

Pour vous faire une idée de ce dont je parle, voici quelques images qui ont épaté les archéologues.

Temple Coricancha au Pérou
Quelle vue.
L’ancien puits d’escalier de Chand Baori-avec 3 500 marches étroites sur 13 niveaux.

Lire la suite de cette entrée »

Plus que 3 jours en replay

Emmenés par Philippe GOUGLER, c’est toujours un plaisir !

 

FAUT PAS RÊVER

 

 

Paris est à quatre heures d’avion, Moscou à cinq heures, et le Pôle Nord à moins de trois heures du Groenland, immense île danoise. S’immerger au coeur de ce territoire, c’est être à la fois près et loin de tout. Philippe Gougler, baroudeur engagé sur la route des icebergs, s’apprête à vivre cette étrange aventure, pleine de sensations inhabituelles, dans un pays quatre fois plus grand que la France, peuplé d’à peine 57 000 habitants. Il vit quelque temps aux confins de la terre, au contact d’une nature largement sauvage, fragilisée par le réchauffement climatique.

 

Catégorie Danemark

 

 

Un « dessin » géant d’une orque a été découvert sur le site des célèbres géoglyphes de Nazca. Cela pourrait être la plus ancienne image enregistrée à ce jour sur le site

 

En 2013, des scientifiques ont découvert ce qu’ils pensaient être une énorme représentation d’une créature marine à environ 400 kilomètres de Lima.

Orca geoglyph rediscovered in #Peruhttps://t.co/IoClYWlYjt #archaeology #Nazca #orca pic.twitter.com/e5ece5Lb6q

— Bradshaw Foundation (@BradshawFND) 15 novembre 2017

 

Des chercheurs de la Commission pour l’Archéologie des Cultures Non-Européennes (KAAK) de l’Institut Archéologique Allemand ont collaboré sur le projet avec d’autres partenaires, dont des membres de l’Institut Andin des Etudes Archéologiques (INDEA).

Après quatre années d’analyses, de travail de restauration et de débat, ils ont confirmé que c’était une orque. « Peut-être que c’est le plus ancien géoglyphe de la période Nasca » rapporte Markus Reindel, archéologue du KAAK, et directeur du projet Nasca Palpa.

 

Le géoglyphe fait environ 60 mètres de long.

Il y en a environ 1500 autres dans la région, dont la plupart remontent entre 200 et 600 après JC. En plus d’être probablement le plus ancien, l’orque soulève plusieurs questions, dont celle-ci: « pourquoi un mammifère marin a été dessiné au milieu du désert péruvien ? ».

Le géoglyphe comprend aussi de mystérieux symboles et une « tête trophée »; pour les archéologues, cela indique que l’image avait une fonction religieuse.

Des parties de l’image ont été faites en relief négatif, ce qui signifie que des zones de sol exposées  forment les lignes réelles au lieu d’utiliser des piles de pierres. Ce style est plus représentatif des anciens géoglyphes Nazca.

Mais d’autres parties ont une forme en relief positif, ce qui est plutôt du type Paracas, une culture distincte et plus ancienne.

Les tests de sol du géoglyphe de l’orque donnent une date potentielle jusqu’à 200 avant JC. Il est donc concevable qu’il ait été conçu non seulement par les Nazca, mais aussi par les Paracas, qui ont créé des géoglyphes dans ce style entre 800 et 200 avant JC.

 

Une des lignes de Nazca au Pérou (image représentative).

 

Les lignes de Nazca ont été redécouvertes il y a à peu près cent ans dans un désert du sud du Pérou. Les plus grands font plus de 300m de long. Leur but est toujours un mystère.

Certains archéologues pensent qu’ils avaient une fonction religieuse (leur taille colossale serait ainsi visible des déités depuis le ciel), d’autres se demandent s’ils n’étaient pas des outils à des fins astronomiques. Ainsi, la géographe Maria Reiche, qui avait passé sa vie à étudier les lignes de Nazca, pensait que ces dessins représentaient des constellations.

 

Source

Via : https://lesavoirperdudesanciens.com/2017/12/un-nouveau-geoglyphe-decouvert-dans-le-desert-de-nazca-au-perou/

Catégorie Pérou

 

 

 

Seriez-vous prêt à travailler sur un projet qui ne sera pas terminé avant votre mort? C’est ce que fait la tribu khasi, dans la forêt tropicale du nord-est de l’Inde. Ces hommes et ces femmes ont appris à guider et tresser patiemment les racines vivantes des arbres pour bâtir des ponts. Certains seraient plus vieux que la ville de Montréal.

 

Catégorie En Inde

 

 

Il nous montre l’exemple à suivre !

 

Petit pays connu pour son aspect touristique, le Costa Rica est aussi en train de devenir une référence en matière d’énergies renouvelables. Cela fait en effet 300 jours que l’électricité produite par le pays provient uniquement de celles-ci ! Une prouesse qui s’inscrit dans un plan de grande envergure décidé par le pays.

 

POURQUOI DU 100 % RENOUVELABLE AU COSTA RICA ?

Le Costa Rica a choisi de passer à l’utilisation d’énergies 100 % renouvelables suite à une volonté du gouvernement. Il y a plus de 10 ans, le pays a mis en place un plan dont la finalité est de devenir neutre en carbone d’ici 2021. Pour parvenir à cet objectif dont l’échéance est proche, le Costa Rica a entre autres amélioré ses centrales électriques à énergie propre et utilisé davantage ses ressources naturelles comme l’hydroélectricité et la géothermie.

En plus des efforts réalisés sur le développement de ces énergies, le pays a également fait le choix de ne pas investir dans les énergies fossiles. Autant d’actions qui font que le pays parvient chaque année à rallonger la durée passée en utilisant uniquement des énergies 100 % renouvelables. Et 2017 semble bien partie pour pulvériser le record.

 

 

UN RECORD BATTU CHAQUE ANNÉE

Ce n’est en effet pas la première fois que le Costa Rica bat des records en terme de consommation d’énergies 100 % renouvelables. En 2015, la totalité de son électricité consommée a été générée par des sources d’énergies renouvelables pendant 299 jours. En 2016, le pays a tenu de la même façon pendant 271 jours. Quant à 2017, il semble que le record de 2015 sera largement battu.

L’Institut costaricien de l’électricité (ICE) vient de publier un rapport dans lequel il annonce que le pays a franchi le cap des 300 jours d’alimentation en énergies 100 % renouvelables. Carlos Manuel Obregón, président exécutif d’ICE, est d’ailleurs ravi de ce chiffre, rappelant au passage qu’il reste encore 6 semaines avant de passer en 2018. Le chiffre pourrait donc encore grimper et le Costa Rica fait déjà figure d’exemple.

 

Source : https://dailygeekshow.com/costa-rica-energies-renouvelables-300-jours/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2017-11-24

Catégorie Costa Rica

 

 

LAPLAND | The Untouched from Riku Karjalainen on Vimeo.

 

Catégorie Dans le monde ….

 

 

 

Catégorie Norvège

 

Un beau périple ! …

 

Le Monde De Jamy – La vie cachée des montagnes from MFP Filiale FTV on Vimeo.

Jamy Gourmaud débute son expédition des montages dans le massif du Mont-Blanc, où il part en mission avec des géologues pour surveiller des parois qui menacent de s’effondrer en raison du réchauffement climatique. Il mesure également le recul des glaciers et explore une rivière qui s’enfonce sous la Mer de Glace. Puis, Jamy Gourmaud part en Bolivie, dans la Cordillère des Andes, où des millions de personnes vivent à plus de 4000 mètres d’altitude, grâce à une végétation qui pousse dans des conditions extrêmes. Son périple s’achève en Patagonie, où la montagne se métamorphose de façon spectaculaire sous l’effet du réchauffement.

Catégorie Nature

 

 

Catégorie Animaux

 

 

 

Catégorie France

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives