Archive pour la catégorie ‘CONSCIENCE’

 

 

Selon plusieurs études, 10% de la population vivrait, au moins une fois dans sa vie, un état modifié de conscience non ordinaire comme, par exemple, des sorties de corps.

 

Catégorie États de Conscience

 

 

 

Catégorie États de Conscience

 

 

Un témoignage extrêmement émouvant …

 

 

Atteinte d’une maladie rare, Frédérique Lemarchand joue l’équilibriste entre la vie et la mort. Plusieurs expériences au contact du divin lui ont pourtant donné une force et une sensibilité hors-du-commun…
Reportage offert de l’EXTRA Lab S2E4 !

Catégorie Féminin sacré

 

 

 

 

Marc Auburn raconte ses expériences de sortie hors du corps et la manière dont il les vit. Il décrit les dimensions qu’il a pu visiter en voyage astral, et les êtres qu’il a rencontrés.
Il explique comment notre état de conscience peut-il déterminer ce que nous allons vivre, et quel regard ont des êtres plus évolués sur notre civilisation actuelle.

Le site de Tistrya : http://www.tistryaprod.com

Le site de Marc Auburn : http://www.marc-auburn.com

Pour nous soutenir pour nos prochaines interviews et projets : https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr…

Catégorie Conscience

 

 

 

En apparence, le patient sur la table d’opération était mort. Son cœur avait été arrêté, son corps vidé de son sang et il n’était plus capable de respirer par lui-même.

En fait, les fonctions normales de son organisme étaient suspendues – par le biais d’une procédure chirurgicale qui remplace le sang par un fluide froid et arrête toutes les fonctions corporelles. Pendant ce temps, les chirurgiens avaient une heure pour réparer une déchirure dans l’artère principale menant à son cœur.

Il s’agit d’une opération difficile, pour ne pas dire dangereuse. Et, en tant qu’anesthésiste en chef de l’hôpital, il était de mon devoir de faire en sorte que le patient reste profondément inconscient tout au long de l’opération.

 

Dr Rajiv Parti (photo) avait eu de nombreux patients qui ont affirmé avoir vu des choses étranges lorsqu’ils se trouvaient sur la table d’opération, mais il pensait que tout ceci n’avait aucun sens. Jusqu’au jour où il a été diagnostiqué avec un cancer de la prostate et où il a dû passer lui-même sous le bistouri.

C’est ce qu’il a fait, et heureusement il a survécu.

Plus tard, dans la salle de réveil, j’étais à côté de lui lorsqu’il se réveilla – avec un sourire sur son visage.

«Messieurs, je vous regardais dans la salle d’opération, me dit-il. «Je suis sorti de mon corps, et j’ai flotté au dessus de celui-ci jusqu’au plafond. Je vous ai vu au bout de la table, je l’ai vu le chirurgien clamper mon artère, j’ai vu cette infirmière… ».

Tout ce qu’il disait était étrangement précis. Mais pouvait-il vraiment avoir été témoin de tout cela?

Non, bien sûr que non. Comment pourrait-il voir quoi que ce soit alors que son cœur ne battait pas, sa tête était emballée dans de la glace et son cerveau avait cessé de fonctionner ?

Il ne fut pas le premier de mes patients à avoir signalé des événements étranges. Au cours de ma carrière de 25 ans, j’avais entendu des gens affirmer avoir vu des amis décédés au cours d’un arrêt cardiaque, des lumières à la fin des tunnels ou des personnes faites de lumière.

J’ai toujours pensé que ces histoires n’avaient aucun sens. Je lui ai dit que je reviendrai lui parler plus tard. Mais je ne l’ai pas fait.

Dès le lendemain, il avait été transféré dans un autre service, il n’était donc plus techniquement sous ma responsabilité. Et le temps, après tout, c’est de l’argent. Voilà à quel point j’étais matérialiste.

Au bout de quelques jours, ce patient deviendrait simplement une autre anecdote.

À bien des égards, ma femme Arpana et moi avons eu une vie charmante. Elle a dirigé son propre cabinet dentaire et je gagnais bien ma vie, non seulement comme anesthésiste, mais aussi en tant que co-fondateur d’une clinique privée de la douleur .

Bientôt, nous avions déménagé de notre petite maison vers une plus grande puis vers un manoir. Nos voitures étaient passées de simples Ford et Toyota à des «super voitures», y compris une Porsche et un Hummer. J’avais même l’intention d’acheter une Ferrari: mon objectif était d’acquérir toujours plus de maisons, voitures, collections d’art et de comptes bancaires.

Naturellement, j’avais fait en sorte que mes trois enfants aient la meilleure éducation possible. La vie de mon fils aîné Raghav était tout tracée: il allait suivre mes pas et devenir médecin.

Le seul problème était qu’il n’était pas intéressé par la médecine, et ses notes le démontraient. Je n’ai pas été tendre: je lui criais beaucoup dessus et le punissais avec ma colère. Comme mon père et grand-père avant moi, ma théorie de l’éducation des enfants était: «Un clou tordu doit être redressé avec un marteau.»

A part ça, je pensais que ma vie était presque parfaite.

Puis, en 2008, à l’âge de 51, je découvre que j’avais le cancer de la prostate. J’étais furieux avec Dieu. Qu’avais-je fait pour mériter cela? J’ai donc pris rendez-vous pour une opération avec l’un des meilleurs chirurgiens de la prostate du pays en espérant que tout irait bien. «Je peux presque garantir qu’il n’y aura aucune complication», le chirurgien m’a -t’il dit . Mais quelque chose  s’est très mal déroulé et je me suis retrouvé avec un tissu cicatriciel incroyablement douloureux et d’autres effets secondaires débilitants.

J’ai eu cinq autres opérations au cours des deux années suivantes pour tenter de réparer les dégâts, mais aucune n’a fonctionné.

Puis, un soir, deux semaines seulement après ma cinquième opération, je me suis senti faible tout à coup. Ma température était de 40,5°.

Dr Parti a dit qu’il sentait comme un «zoom vers le haut», dès qu’il a été endormi avant son opération.

 

J’ai su instantanément ce qui se passait: en dépit de deux cures d’antibiotiques puissants, une infection se propageait rapidement dans mon abdomen. Et si je n’obtenais pas de l’aide rapidement, je serai bientôt mort d’un choc septique.

Ma femme, les larmes coulant sur son visage, a réussi à me conduire à l’hôpital dans sa BMW et je fus rapidement chargé sur un brancard.

Je me souviens avoir vu un chirurgien qui se profilait au dessus de moi. Il tenait ses mains comme une mante religieuse, un signe qu’il s’était lavé les mains pour la chirurgie et qu’il était prêt à enfiler ses gants.

La prochaine fois que j’ai refait surface, je me trouvais dans la salle d’opération. Je réussis à dire à l’anesthésiste ce que je faisais dans la vie et lui demanda ce qu’il allait me donner. Du Propofol et du Fentanyl, dit-il. En d’autres termes, les médicaments habituels – exactement ce que j’aurais choisi.

‘Êtes-vous prêt?’ demanda le chirurgien. Il agita sa main gantée à l’anesthésiste, et je dormais avant même que je puisse répondre.

Était-ce plus? Est-ce que l’opération était déjà terminée? Je me sentais comme si faisais un zoom vers le haut, comme dans un ascenseur. C’était le même sentiment que vous avez subitement dans le creux de l’estomac lorsque vous montez en flèche au 20e étage d’un gratte-ciel.

Lentement, ma conscience a commencé à revenir: je pouvais voir le plafond approchant, sa surface brillante lentement se rapprocher.

Puis je regardai et je vis mon propre abdomen avec plusieurs incisions. J’ai entendu l’anesthésiste faire une blague. Je ne vais pas le répéter, mais tout le monde dans la salle d’opération a ri, moi y compris.

Mais où étais-je? Pendant quelques instants, j’était pétrifié, inquiet que tout ce qui me maintenait au plafond pouvait tout à coup me laisser tomber. Finalement, je me suis détendu, en regardant avec un étonnement ravi les chirurgiens et les infirmières travailler sur mon corps.

«Est-ce vraiment moi? Je me demandais. «Comment puis-je être aux deux endroits à la fois?

Tout à coup, je pris conscience d’un changement de mon point de vue alors que mon champ de vision s’élargissait. J’étais encore dans la salle d’opération, mais en même temps je pouvais voir ma mère et ma sœur assises sur un canapé dans notre maison de famille, à des milliers de kilomètres à New Delhi – où j’avais grandi.

La scène était vive et détaillée. Ma sœur portait un jean bleu et un chandail rouge et ma mère un sari vert et un chandail vert.

Lire la suite de cette entrée »

 

 

Catégorie Éducation

 

 

 

NE PAS LAISSER LES OBJETS N’ÊTRE QUE CE QU’ILS SONT !

Ils sont une ouverture pour voir la magie
que notre cœur veut bien laisser s’échapper.

 

L’UNIVERS DU POÈTE FERRAILLEUR

C’était un terrain plat.

Aujourd’hui, on y trouve
des cours d’eau,
des buttes,
des escaliers,
des murets de pierre.

Et quand on se balade,
le doux son des carillons
s’ajoute aux chants des oiseaux.

Au fond du terrain,
des tours colorées
sortent tout droit
d’un conte de fée,
d’un rêve d’enfant,
de cet enfant que nous étions
il n’y a pas si longtemps.

Avons-nous tous rêvé ces mêmes tours ?
Elles m’emmènent dans un monde souvent oublié.
Elles m’émerveillent.
Elles me ramènent à moi-même.

Qui étais-je quand j’étais enfant ?

Comment ai-je grandi ?

Que suis-je en train de faire de ma vie ?

 

Une bille passe d’un conduit de plombier à un ascenseur mécanique, est emportée par une roue qui l’amène dans la remorque d’un camion jusqu’à un escalier en tourbillon. Et le circuit recommence à l’infini.

 

 

Un bateau de plusieurs mètres de long,
une tête d’oiseau,
des ailes,
des pieds
et des roues,
des éoliennes,
des voiles,
des cannes à pêche
et des balais à la place des pagaies.

Il y a des personnages aussi, des petites filles, des adultes
mais surtout beaucoup de COULEURS.

Rien n’est laissé au hasard, mais le rêve y a toute sa place.

Lire la suite de cette entrée »

 

 

Depuis la nuit des temps, des individus ont vécu des expériences de mort imminente, des phénomènes d’expansion de conscience, ou encore des sorties hors du corps.
Nous sommes allés à la rencontre de quelques-unes de ces personnes qui ont accepté de témoigner : qu’ont-elles vécu ? Qu’ont-elles vu ? En quoi ces expériences étaient bien différentes de simples rêves ou d’hallucinations ?

Nous avons également interrogé des psychiatres, des psychologues en milieu hospitalier, et d’autres spécialistes pour tenter de percer la réalité de ces phénomènes.
Que disent ces expériences sur notre conscience et sur la structure de la réalité ?
Comment prendre conscience de la véritable nature de notre être ?

Un documentaire d’Anthony Chene

Le site de Tistrya : http://www.tistryaprod.com

Ce documentaire est mis à disposition gratuitement pour toucher un maximum de personnes. Si vous désirez nous aider pour nos prochains projets, vous pouvez nous soutenir ici : https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr…

Plus d’infos ici : http://www.tistryaproductions.com/#!c…

Intervenants :

– Olivier Chambon (Docteur psychiatre)

– Jean-Jacques Charbonier (Médecin anesthésiste-réanimateur)

– Sylvie Déthiollaz (Docteur en biologie moléculaire, directrice de l’ISSNOE)

– Eric Dudoit (Docteur en psychologie et psycho-pathologie)

– Marc Boucher de Lignon, Nicole Dron, Philippe Raboud
(témoins d’expériences de mort imminente)

– Akhena, Claude, Tara (témoins d’états modifiés de conscience)

Crédits musique / Images : voir générique de fin

http://www.tistryaprod.com

Catégorie États de Conscience

 

 

le 24 juin 2016 au cinéma REX à Sarlat sur la base de son dernier livre. N’ayez pas peur !

 

 

 

Catégorie Conscience

 

 

Un très beau témoignage …

 

 

Gilles Delieuze, auteur et conférencier, raconte son parcours de clairvoyant et canal. Il explique en quoi changer notre regard sur nous-même et sur le monde peut nous permettre de voir que tout a un sens et nous aider à retrouver notre véritable nature.

Le site de Tistrya : http://www.tistryaprod.com

Pour nous soutenir pour nos prochaines interviews et projets : https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr…

Catégorie Conscience

 

 

 

Catégorie Conscience

 

 

Source : http://ecologieinterieure.org/

Catégorie Conscience

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives