Archive pour la catégorie ‘CONSCIENCE’

 

 

Catégorie États de Conscience

 

 

 

Des témoignages attachants & authentiques

 

 

Catégorie Conscience

 

 

 

Catégorie Conscience

 

 

 

Catégorie Conscience

 

 

Certains vivent avec ce sentiment d’être “une éponge à émotions” sans pouvoir mettre des mots sur une singularité parfois difficile à vivre au quotidien. L’article suivant lève le voile sur un sujet encore tabou et globalement occulté par les médias grand public, alors qu’il touche une multitude de personnes. Il offre également à l’ensemble des lecteurs une meilleure compréhension de ceux que l’on nomme “empathes”

 

 

 

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les gens qui sont des étrangers ou des personnes que vous connaissez à peine s’ouvrent à vous et partagent leurs pensées les plus dignes de confiance ? Avez-vous une connexion immédiate avec les animaux ? Êtes-vous incapable de regarder la violence, la cruauté ou la tragédie à la télévision ou dans les films parce que votre âme ne peut tout simplement pas le supporter ? Êtes-vous capable de connaître le caractère des gens que vous rencontrez dès la première rencontre ? Êtes-vous doté d’un sens spirituel profond et trouvez-vous que le monde et tout ce qui l’entoure est pesant ? Êtes-vous souvent fatigué et avez-vous des maux physiques qui ne peuvent pas être expliqués d’un point de vue médical ? Si vous avez répondu « oui » à l’une de ces questions, alors vous êtes peut être un empathe.

 

Les empathes sont très sensibles à l’énergie et aux émotions des gens, des animaux, et parfois même des empreintes spirituelles qui existent autour d’eux.

Certaines personnes sont même sensibles à l’énergie des plantes. Cette extrême sensibilité s’applique aussi bien à ceux avec qui ils sont intimement proches qu’aux inconnus. Les empathes ressentent le monde autour d’eux et ils sentent ce que les autres ressentent grâce à leurs sens très développés et à leur fine intuition. Ils intériorisent souvent les sentiments des autres sans le savoir et ils interprètent ces sentiments comme étant les leurs.

Tout comme avec n’importe quel autre individu sain d’esprit, les empathes ont la capacité d’empathie avec ceux avec lesquels ils interagissent.

Ils sont capables de comprendre comment se sentent les autres et de comprendre ce qu’ils vivent. Ce qui différencie les empathes, c’est leur niveau d’empathie supérieur à la moyenne, et la facilité avec laquelle ils peuvent se connecter aux sentiments des autres. Et là ou d’autres éprouvent un sentiment d’empathie en interagissant, les empathes ne le font pas toujours. Ils n’ont pas besoin de compter sur les sens physiques de la vue, de l’ouïe ou du toucher, pour absorber l’émotion et les énergies qui les entourent. Ils peuvent ressentir et intérioriser les émotions des personnes proches ou éloignées.

Les endroits très fréquentés comme les centres commerciaux, les supermarchés, les stades ou les salles de cinéma, peuvent submerger les sens de l’empathe.

Ils peuvent l’envahir d’émotions désagréables, des émotions qu’il ressent comme si c’était les siennes, il absorbe toutes les émotions autour de lui. Les environnements avec une atmosphère pesante, une faible énergie, comme les maisons de soins, les maisons de retraite et les hôpitaux peuvent provoquer des sentiments de dépression, des maux physiques, et de la fatigue chez l’ empathe. Les friperies, les boutiques de dépôt, et les magasins d’antiquités, les lieux qui transportent de l’énergie résiduelle des précédents propriétaires peuvent être très épuisants pour les empathes car ils peuvent avoir une voiture ou une maison de seconde main qui absorbent déjà toute leur énergie.

 

Qu’est-ce qu’un empathe et en êtes-vous un ?

Les empathes sont toujours à la recherche de solutions, de réponses et de connaissances.

Ce sont de profonds penseurs. Les empathes croient qu’il y a une solution pour chaque problème, ils se sentiront frustrés et mal à l’aise jusqu’à avoir trouvé, et ils chercheront sans relâche jusqu’à être satisfaits. Ceux qui sont spirituellement connectés demanderont à Dieu ou à l’univers pour obtenir des conseils et des réponses. Ils ressentent souvent des synchronicités, des phénomènes qui se produisent, mais parce qu’ils sont plus connectés que la plupart des gens au monde surnaturel, ils reconnaissent plus facilement ces coïncidences comme des signes indicatifs.

Lire la suite de cette entrée »

 

 

Catégorie Univers

 

 

 

Catégorie États de Conscience

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prédiction de Ned Dougherty : une vague géante va engloutir New York !

L’article sur : http://www.neotrouve.com/?p=1174

 

Catégorie Conscience

 

 

 

Résumé de l’émission : Marc Gray, ufologue et organisateur/créateur des Dîners-Ovni vient nous partager l’échange qu’il a eu avec plusieurs personnes concernant des expériences de mort imminentes négatives. Où allons-nous réellement après notre mort? Beaucoup parle d’un tunnel et d’une lumière à suivre….Et si c’était un piège de l’astral? Celui là même qui nous fait revenir indéfiniment ici bas sur Terre (ou dans le bas astral) ….que pouvons nous faire pour quitter cette ourobouros dans lequel les âmes sont sans cesses malmenés!?

 


Marc Gray. Très bonne écoute.

 

Alexis Le site de Marc Gray : freedomufos.com

Les sentiers du Réel

Via : http://alalumieredunouveaumonde.blogspot.fr/2018/01/les-sentiers-du-reel-marc-gray-nde.html

Catégorie États de Conscience

 

 

Il est reconnu depuis longtemps que la méditation aide les enfants à s’apaiser. De nouvelles recherches permettent de quantifier plus précisément ses avantages pour les enfants de 6 à 12 ans, qu’ils présentent ou non un trouble du développement ou de l’attention.

 

méditation pleine conscience

La méditation pleine conscience plus bénéfique aux enfants qu’aux adultes

 

Des études récentes révèlent l’importance de la méditation chez les enfants

Ces enquêtes, ainsi qu’une autre publiée en mars 2016, traitant de psychologie du développement et de neuroscience cognitive; illustrent combien les pratiques de méditation ont le potentiel de réellement changer la structure et la fonction du cerveau de manière à favoriser la réussite scolaire.

 

Un impact plus fort chez les enfants

Les principes fondamentaux de la neuroscience suggèrent que la méditation pourrait avoir un plus grand impact sur la cognition lorsque le cerveau est dans ses premiers stades de développement.

 

méditation pleine conscience

Cela s’explique par le fait que le cerveau développe dans l’enfance des connexions dans les circuits préfrontaux à son rythme le plus rapide. C’est pour cela que la méditation permet d’impacter fortement les enfants. Chez l’adulte, la méditation apporte plus en terme de réduction du stress ou de bien-être. Même si ses effets sont durables sur la capacité d’attention soutenue ou le contrôle cognitif, ils sont finalement moins robuste que pour les enfants.

Une étude clinique publiée en 2011 dans The Journal of Child and Family Studies démontre superbement ce concept. Sa réalisation a permis de comparer directement les observations d’adultes et d’enfants, depuis leur inscription dans le même programme de méditation pleine conscience qui évaluait chacun des participants de manière identique. Les enfants entre 8 et 12 ans présentant des TDAH  (Trouble du Développement et de l’Attention  avec ou sans Hyperactivité), ainsi que les parents, étaient inscrits à un programme de formation à la pleine conscience de huit semaines.

Les résultats ont montré que la méditation attentive améliore de manière significative l’attention et le contrôle de l’impulsivité dans les deux groupes, mais les améliorations sont considérablement plus solides chez les enfants.

 

Les témoignages de parents rapportent des faits similaires

En dehors du laboratoire, de nombreux parents rapportent les bienfaits observés de la méditation précoce. A Vienne, Heather Maurer, qui a été initiée à la méditation transcendantale, elle guide sa fille Daisy  de 9 ans, grâce à diverses techniques de visualisation et des exercices ciblés de respiration, trois soirs par semaine. Sa fille est aujourd’hui bien plus capable pour réguler elle-même ses émotions, ce qui est un signe de l’amélioration du contrôle cognitif. Sa mère raconte :

Quand Daisy est bouleversée, elle va s’asseoir et se concentrer sur sa respiration jusqu’à ce qu’elle soit recentrée.

Amanda Simmons, une mère qui dirige son propre cabinet de méditation à Los Angeles, a vu des améliorations similaires avec son fils de 11 ans, Jacob, qui est sur le spectre de l’autisme, présente un TDAH, il est aussi bipolaire. Me Simmons explique que beaucoup de ses symptômes ont diminué depuis que son fils a commencé la méditation quotidienne et chante des mantras, il y a six mois. Elle déclare que :

La méditation semble agir comme un« hard reboot »pour son cerveau, presque instantanément, les sautes d’humeur se résorbe ou la colère diminue.

Cette mère croit que la méditation a permis à son fils de prendre des doses inférieures de Risperdal, un médicament antipsychotique utilisé pour traiter les troubles bipolaires.

 

Manger, bouger et… méditer

méditation pleine conscienceQue les enfants aient des médicaments ou non, la méditation permet d’apprendre la maîtrise de soi et d’améliorer ses capacités de concentration. Encourager la pratique de la méditation et les exercices mettant en relation le corps et l’esprit s’avère donc essentiel. Peut-être autant que de transmettre à son enfant le goût du travail, de lui apprendre à manger sainement, ou de veiller à ce qu’il puisse se dépenser physiquement.

De nombreux ouvrages accessibles permettent d’apprendre quelques techniques de méditation. Vous pouvez essayer de faire découvrir  la méditation à votre enfant à l’extérieur comme à la maison. Il n’y a aucun danger, c’est du bonheur assuré.

Pour initier vos enfants à la méditation, il existe  plusieurs ouvrages plus ou moins bien réalisés. Celui-ci a le mérite d’offrir un CD d’accompagnent : 

 

Source : nytimes.com

Vous connaissez les bienfaits de la méditation chez les enfants ? Partagez  avec vos amis pour permettre à davantage d’enfants d’en bénéficier :

Via : https://www.mieux-vivre-autrement.com/meditation-pleine-conscience-plus-benefique-aux-enfants-quaux-adultes.html

Catégorie Santé

 

 

 

 

Cette recherche est la plus connue à ce jour. Durant l’été 1993, un groupe de scientifiques a prédit que la pratique de la méditation transcendantale effectuée par pas moins de 4 000 personnes réduirait de 20% la criminalité violente(assassinats, viols et agressions sexuelles) à Washington. Il a aussi été annoncé que la qualité de vie s’améliorerait, qualité mesurée grâce à un indice préétablie, que le gouvernement aurait plus de pouvoir et que le «taux de popularité» du Président Clinton augmenterait (d’après un sondage, sa popularité était alors au plus bas).

Cette annonce a été faxé à plus de1 900 numéros, y compris ceux de chercheurs, de tous les sénateurs et politiciens ainsi qu’à 375 médias différents. L’annonce a aussi été faite à la télévision et sur de nombreux médias, dont CNN,Associated Press, le Washington Post et le Washington Times.

A cette époque, Washington était la capitale la plus violente au monde. De 1986 à 1992, la criminalité avait augmenté de 77% (11% par an), malgré un budget en augmentation pour l’enrayer (1 milliard de dollars par an pour le crime, uniquement à Washington). Quand le chef de la police a entendu cette annonce, il était un peu sceptique. Il vint lui-même à la télévision et déclara :

« La seule chose qui permettrait de réduire la criminalité de 20% serait 50 cm de neige, l’harmonie mentale ne suffira pas.»

L’expérience se déroulant en été, c’était une manière de dire que c’était impossible !

Pour ne laisser aucun doute sur le sérieux de l’étude, une commission de 24 membres fut réunie. Elle était composée d’éminents scientifiques dans les domaines de la criminologie et de la sociologie, de politiciens et de membres de la police de Washington. Aucun des membres de cette commission n’avait de lien avec le Mouvement de Méditation Transcendantale.

Ce comité devait déterminer quelles seraient les données statistiques qui pouvant être utilisées pour observer l’évolution du taux de criminalité au cours de l’expérience. Ces statistiques furent comparées aux données des cinq années précédentes qui permettent de prévoir le niveau de criminalité avec précision (La variable la plus importante semble être la température. Plus celle-ci est élevée, plus il y a de délits).

L’expérience a commencé début Juin. Comme lors des expériences précédentes, les pratiquants de la méditation transcendantale étaient tous bénévoles. Ils avaient pris leurs congés et s’était rendus à Washington par leurs propres moyens. Le nombre de pratiquants de la méditation transcendantale a augmenté progressivement au fil des 8 premières semaines de l’expérience, jusqu’à atteindre le nombre de 4 000 au cours des 2 dernières semaines.

 

Lire la suite de cette entrée »

 

 

L’un pense à une chanson, l’autre se met à la siffloter. Une femme se réveille en sueur, persuadée que son compagnon a eu un accident et, une heure plus tard, l’hôpital l’appelle. Comment expliquer ces situations où des personnes semblent communiquer à distance ?

Isabelle Taubes

 

« Caroline, mon amie, et moi vivons à deux cents kilomètres l’un de l’autre, pourtant, je la sens toujours à mes côtés, et c’est pareil pour elle, confie Nicolas, 34 ans. Parfois, je l’entends m’appeler, et immédiatement le téléphone sonne : c’est elle. Le plus curieux : un jour, nous nous étions donné rendez-vous à Lyon, mon portable était tombé en panne, mais nous nous sommes tout de même retrouvés. » « La télépathie fait partie de ma relation au quotidien avec Ludovic, mon mari, assure Catherine Labbé1, coach et praticienne en reiki, une thérapie énergétique d’origine japonaise. Je réponds souvent à ses questions avant qu’il me les pose. Récemment, un matin, alors que tout allait bien, j’ai éprouvé une profonde tristesse. Un peu plus tard, il m’appelle et me confie avoir été triste au point de pleurer. Auparavant, j’étais en fin de grossesse, il me téléphone, inquiet pour moi, et me dit ressentir de fortes douleurs dans le ventre et les reins : je venais d’avoir les premières contractions. »

Pour Catherine Labbé, l’existence de la télépathie ne fait aucun doute. Elle accompagne des couples qui vivent ce lien où la différence entre les « moi » s’abolit et ne comprennent pas ce qui leur arrive. « Souvent des individus plutôt sceptiques, pas forcément ouverts à la spiritualité et aux expériences paranormales, précise-t-elle. Ils sont dérangés par cette proximité, cette connexion permanente qu’ils vivent comme une effraction dans leur esprit et leur chair, au point parfois d’avoir des difficultés à vivre ensemble ».

 

Une synchronicité pas si étonnante

La télépathie : fantasme ou réalité ?

Comment expliquer les situations où nous avons l’impression de communiquer à distance avec un autre ? Sommes-nous tous télépathes ? La télépathie est-elle un don ou une capacité que l’on peut développer ? La psychologue Sabrina Philippe, auteure de Tu verras les âmes se retrouvent toujours quelque part (Eyrolles) répondra en direct à vos questions le jeudi 16 février de 11h à 13h.

La télépathie se présente sous différentes modalités. Certaines personnes captent surtout des pensées, d’autres des images, d’autres encore des sensations. L’un pense à une chanson, l’autre se met à la chanter. L’un a une phrase sur le bout de la langue, l’autre l’énonce. Elle a envie de voir un film, il lui propose d’y aller sans qu’elle ait rien dit. Les esprits critiques rétorqueront : « Si nous avons le même style de pensée, d’habitudes, les mêmes centres d’intérêt, les mêmes références intellectuelles, les mêmes repères culturels, nous allons régulièrement être synchrones, rien d’étonnant à cela. » Un tempérament empathique nous prédispose à éprouver dans notre chair les sensations et les émotions de l’autre, c’est vrai.

Mais comment expliquer le message reçu en rêve par Samia, 30 ans ? « Adolescente, je suis tombée amoureuse d’un garçon avec qui je sentais une connexion de l’ordre de la magie. Notre histoire n’a duré que deux ans. Pourtant, il y a quelques années, une nuit, un rêve me prévient qu’il vient d’avoir un grave accident de voiture et qu’il cherche de l’aide. Le lendemain matin, j’appelle ses parents et sa soeur, avec qui j’étais restée en contact. Personne n’a de nouvelles de lui. Je leur raconte mon rêve, avec tous les détails nécessaires pour le localiser. Heureusement, ils ne m’ont pas prise pour une folle. Ils ont appelé la police : sa voiture avait basculé au fond d’un ravin, mais il avait survécu à ses blessures. Un détail : plus de mille kilomètres nous séparaient et je ne connaissais pas du tout les environs de son domicile, que j’ai pourtant décrits. » Claudia, 37 ans, a vécu la même expérience avec Paul, son compagnon : « Un soir que je m’étais assoupie devant la télé, je me réveille en sueur. Je me dis : “Sa voiture a quitté la route, il est blessé, et il tente d’entrer en contact avec moi.” Je compose son numéro, pas de réponse. Une heure plus tard, l’hôpital m’appelle. Par chance, il s’en est sorti sans séquelles ».

 

Un autre type de lien existe

Ça marche aussi par ordinateur !

En septembre 2014, la première expérience télépathique par ordinateur a été un succès, révélait la revue web américaine Plos One. Des messages mentaux simples, du type « Salut, ça va ? », entre deux personnes, l’une en Inde, l’autre à Strasbourg, ont pu être déchiffrés. Le sujet émetteur a été équipé d’électrodes transmettant son activité cérébrale (son électroencéphalogramme) sous forme d’impulsions électriques, via Internet, à un individu receveur. L’ordinateur a converti ces impulsions en code binaire, le langage des machines, puis les a envoyées en France à un autre ordinateur, qui les a transmises sous forme de flashs lumineux au receveur. Pour les chercheurs de l’université Harvard, aux États-Unis, qui ont réalisé cette prouesse technologique, il s’agit d’un premier pas pour, à terme, faciliter la communication avec des personnes muettes, handicapées ou paralysées.

La psychologue Sabrina Philippe, auteure de Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part (Eyrolles), a recueilli de nombreux témoignages de ce genre. Pour elle, il est urgent de revoir notre conception de l’homme, de sa physiologie, et d’accepter que, au-delà de la dimension psychologique consciente des rapports humains, il existe un autre type de lien, plus subtil, énergétique : « Malheureusement, tout ce qui ne s’explique pas scientifiquement est rejeté. » Ce sont pourtant les avancées de la science qui ont fait germer l’idée de communication télépathique. En effet, le mot « télépathie » (du grec têle, « à distance, ce qui vient de loin dans l’espace et le temps », et pathos, « émotion, souffrance, ce qui nous touche ») est apparu dans le langage courant à la fin du XIXe siècle, comme le téléphone, le télégraphe, la radio, ces objets qui permettent de transmettre des messages à des milliers de kilomètres.

C’est aussi à cette époque que la psychanalyse a pris son essor. Comme beaucoup de scientifiques et d’intellectuels de son temps, Freud s’est intéressé à la télépathie. Il a même rédigé un essai, Rêve et télépathie (OEuvres complètes, vol. XVI, PUF), pour en conclure que ce phénomène n’est qu’une illusion : « Cela serait un grand contentement de pouvoir me convaincre, par des observations irréprochables, de l’existence de processus télépathiques, mais les communications à ce sujet sont bien trop insuffisantes pour justifier une telle décision », écrit-il. En 1913, son disciple, le psychanalyste Sandor Ferenczi, passionné par les phénomènes hors norme, tenta de démontrer la réalité de la transmission de pensée avec une jeune médium, en vain. Aujourd’hui, de nombreux thérapeutes n’ont aucune réticence à avouer qu’il leur arrive fréquemment de percevoir en séance une maladie que le patient ignore encore, ou bien de visualiser des scènes de son enfance. En effet, le transfert, ce lien parfois passionnel qui s’établit entre le patient et son thérapeute, abolit les frontières psychiques. « La transmission de pensée est pour nous, psychanalystes, un fait si quotidien, si familier, que nous n’y pensons même plus », considérait, dans les années 1980, la psychanalyste Michèle Montrelay, proche de Jacques Lacan, dans la revue Confrontation (automne 1983).

1. Catherine Labbé, auteure avec Ludovic Labbé des Flammes jumelles (Exergue).

 

Lire la suite de cette entrée »

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives