Archive pour la catégorie ‘CONSCIENCE’

 

 

Gwen Clappe montre comment nos 4 corps (physique, émotionnel, mental et spirituel) doivent fonctionner en harmonie. Il explique comment pacifier notre ego et gérer nos sous-personnalités afin de nous reconnecter à notre intuition et à la voix de notre âme.

Le site de Gwen Clappe : http://www.santeglobale.info/gwen-clappe

Le site de Tistrya : http://www.tistryaprod.com
Pour nous soutenir pour nos prochaines interviews et projets : https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr…

 

Catégorie Conscience

 

 

 

Conversations avec Dieu – Le livre

Catégorie Films

 

25/03/2017

à propos du déplacement de la conscience …..

 

 

Le Terrien du samedi soir : Nicolas Fraisse… par salutlesterriens

 

Catégorie États de Conscience

 

 

 

 

Face au désastre écologique, économique et social qui se prépare, un nombre croissant de personnes sur terre œuvre pour un nouveau monde, et, bonne nouvelle, cette évolution prend une courbe exponentielle.

Déterminés à  prendre leur vie en main, ces êtres prennent conscience qu’ils ont un rôle à jouer dans l’évolution du monde.

Ces prises de conscience ne se font pas seulement par un changement sur le plan de la matière, mais aussi par ce qu’est la vraie vie. C’est-à-dire, qui nous sommes vraiment. Ces interrogations portent sur le comment nous fonctionnons vraiment et de ce que nous sommes capables de faire en changeant notre état d’être intérieur.

 

 

« Toute la matière est originaire et existe uniquement en vertu d’une force… Derrière cette force, nous devons présumer l’existence d’un esprit conscient et intelligent. Cet esprit est la matrice de toutes les matières. »               Max Planck

 

Par la physique quantique, qui d’ailleurs rejoint ce qu’enseignaient d’antiques traditions « religieuses », il est désormais admis que tout est interconnecté (rien à voir avec la wifi !!!) et par la façon dont nous vibrons, nous apporterons de profonds changements sur notre planète.

Donc par notre attitude et notre rayonnement, nous pouvons aider les autres à s’éveiller et à sortir de ce monde de mensonges.

Notre avenir se joue donc au cœur de la conscience de chacun de nous et non dans les décisions politiques. Le rôle du pouvoir politique actuel est d’habilement soumettre le peuple à la volonté des tyrans.

La chose la plus importante mais aussi la plus difficile que nous avons à réaliser sur cette terre est de rayonner l’Amour.

 Cet Amour n’a rien à voir avec un sentiment ; il s’agit d’un état d’être où nous rayonnons ce qui est déjà en nous. Tâche ardue car notre ego et notre mental y font obstruction.

 

 

Mettre fin aux conflits et aux guerres

Les beaux discours pour la paix ne donnent pas de résultat. Nous devons en priorité accomplir la paix en nous pour la réalisé la paix à l’extérieur.

 

 

 

Une autre façon de nous nourrir

Lire la suite de cette entrée »

 

 

 

Entre conscience, hypnose et médiumnité, bienvenue dans le monde étrange de l’après-vie… Pour explorer l’insondable, Claude Corse a réuni pour la première fois le Dr Jean-Jacques Charbonier, médecin anesthésiste spécialiste des EMI*, auteur d’un livre troublant sur la conscience intuitive extra-neuronale (Editions Trédaniel) et Geneviève Delpech, la compagne du chanteur disparu l’année dernière, médium et témoin de rencontres incroyables avec… Albert Einstein et Nikola Tesla, entre autre. Embarquement immédiat pour l’au-delà…

 

Catégorie États de Conscience

 

 

« Vous avez remarqué que toute chose faite par un indien est dans un cercle. Nos tipis étaient ronds comme des nids d’oiseaux et toujours disposés en cercle. Il en est ainsi parce que le pouvoir de l’Univers agit selon des cercles et que toute chose tend à être ronde. Dans l’ancien temps, lorsque nous étions un peuple fort et heureux, tout notre pouvoir venait du cercle sacré de la nation, tant qu’il ne fut pas brisé.

Tout ce que fait le pouvoir de l’Univers se fait dans un cercle. Le ciel est rond et j’ai entendu dire que la terre est ronde comme une balle et que toutes les étoiles le sont aussi. Les oiseaux font leur nid en cercle parce qu’ils ont la même religion que nous. Le soleil s’élève et redescend dans un cercle, la lune fait de même, et tous deux sont rond.

Même les saisons forment un grand cercle dans leur changements et reviennent toujours là où elles étaient. La vie de l’homme est dans un cercle de l’enfance jusqu’à l’enfance, et ainsi en est-il pour chaque chose où l’énergie se meut. »

Hehaka Sapa, ou Black Elk, indien Oglala, branche des Dakotas (Sioux)

 

 

 

Sur cette 2° vidéo, le montage est déplaisant, et le tire erroné, mais la paroles intéressantes ….

 

Catégorie Conscience

 

 

 

Selon plusieurs études, 10% de la population vivrait, au moins une fois dans sa vie, un état modifié de conscience non ordinaire comme, par exemple, des sorties de corps.

 

Catégorie États de Conscience

 

 

 

Catégorie États de Conscience

 

 

Un témoignage extrêmement émouvant …

 

 

Atteinte d’une maladie rare, Frédérique Lemarchand joue l’équilibriste entre la vie et la mort. Plusieurs expériences au contact du divin lui ont pourtant donné une force et une sensibilité hors-du-commun…
Reportage offert de l’EXTRA Lab S2E4 !

Catégorie Féminin sacré

 

 

 

 

Marc Auburn raconte ses expériences de sortie hors du corps et la manière dont il les vit. Il décrit les dimensions qu’il a pu visiter en voyage astral, et les êtres qu’il a rencontrés.
Il explique comment notre état de conscience peut-il déterminer ce que nous allons vivre, et quel regard ont des êtres plus évolués sur notre civilisation actuelle.

Le site de Tistrya : http://www.tistryaprod.com

Le site de Marc Auburn : http://www.marc-auburn.com

Pour nous soutenir pour nos prochaines interviews et projets : https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr…

Catégorie Conscience

 

 

 

En apparence, le patient sur la table d’opération était mort. Son cœur avait été arrêté, son corps vidé de son sang et il n’était plus capable de respirer par lui-même.

En fait, les fonctions normales de son organisme étaient suspendues – par le biais d’une procédure chirurgicale qui remplace le sang par un fluide froid et arrête toutes les fonctions corporelles. Pendant ce temps, les chirurgiens avaient une heure pour réparer une déchirure dans l’artère principale menant à son cœur.

Il s’agit d’une opération difficile, pour ne pas dire dangereuse. Et, en tant qu’anesthésiste en chef de l’hôpital, il était de mon devoir de faire en sorte que le patient reste profondément inconscient tout au long de l’opération.

 

Dr Rajiv Parti (photo) avait eu de nombreux patients qui ont affirmé avoir vu des choses étranges lorsqu’ils se trouvaient sur la table d’opération, mais il pensait que tout ceci n’avait aucun sens. Jusqu’au jour où il a été diagnostiqué avec un cancer de la prostate et où il a dû passer lui-même sous le bistouri.

C’est ce qu’il a fait, et heureusement il a survécu.

Plus tard, dans la salle de réveil, j’étais à côté de lui lorsqu’il se réveilla – avec un sourire sur son visage.

«Messieurs, je vous regardais dans la salle d’opération, me dit-il. «Je suis sorti de mon corps, et j’ai flotté au dessus de celui-ci jusqu’au plafond. Je vous ai vu au bout de la table, je l’ai vu le chirurgien clamper mon artère, j’ai vu cette infirmière… ».

Tout ce qu’il disait était étrangement précis. Mais pouvait-il vraiment avoir été témoin de tout cela?

Non, bien sûr que non. Comment pourrait-il voir quoi que ce soit alors que son cœur ne battait pas, sa tête était emballée dans de la glace et son cerveau avait cessé de fonctionner ?

Il ne fut pas le premier de mes patients à avoir signalé des événements étranges. Au cours de ma carrière de 25 ans, j’avais entendu des gens affirmer avoir vu des amis décédés au cours d’un arrêt cardiaque, des lumières à la fin des tunnels ou des personnes faites de lumière.

J’ai toujours pensé que ces histoires n’avaient aucun sens. Je lui ai dit que je reviendrai lui parler plus tard. Mais je ne l’ai pas fait.

Dès le lendemain, il avait été transféré dans un autre service, il n’était donc plus techniquement sous ma responsabilité. Et le temps, après tout, c’est de l’argent. Voilà à quel point j’étais matérialiste.

Au bout de quelques jours, ce patient deviendrait simplement une autre anecdote.

À bien des égards, ma femme Arpana et moi avons eu une vie charmante. Elle a dirigé son propre cabinet dentaire et je gagnais bien ma vie, non seulement comme anesthésiste, mais aussi en tant que co-fondateur d’une clinique privée de la douleur .

Bientôt, nous avions déménagé de notre petite maison vers une plus grande puis vers un manoir. Nos voitures étaient passées de simples Ford et Toyota à des «super voitures», y compris une Porsche et un Hummer. J’avais même l’intention d’acheter une Ferrari: mon objectif était d’acquérir toujours plus de maisons, voitures, collections d’art et de comptes bancaires.

Naturellement, j’avais fait en sorte que mes trois enfants aient la meilleure éducation possible. La vie de mon fils aîné Raghav était tout tracée: il allait suivre mes pas et devenir médecin.

Le seul problème était qu’il n’était pas intéressé par la médecine, et ses notes le démontraient. Je n’ai pas été tendre: je lui criais beaucoup dessus et le punissais avec ma colère. Comme mon père et grand-père avant moi, ma théorie de l’éducation des enfants était: «Un clou tordu doit être redressé avec un marteau.»

A part ça, je pensais que ma vie était presque parfaite.

Puis, en 2008, à l’âge de 51, je découvre que j’avais le cancer de la prostate. J’étais furieux avec Dieu. Qu’avais-je fait pour mériter cela? J’ai donc pris rendez-vous pour une opération avec l’un des meilleurs chirurgiens de la prostate du pays en espérant que tout irait bien. «Je peux presque garantir qu’il n’y aura aucune complication», le chirurgien m’a -t’il dit . Mais quelque chose  s’est très mal déroulé et je me suis retrouvé avec un tissu cicatriciel incroyablement douloureux et d’autres effets secondaires débilitants.

J’ai eu cinq autres opérations au cours des deux années suivantes pour tenter de réparer les dégâts, mais aucune n’a fonctionné.

Puis, un soir, deux semaines seulement après ma cinquième opération, je me suis senti faible tout à coup. Ma température était de 40,5°.

Dr Parti a dit qu’il sentait comme un «zoom vers le haut», dès qu’il a été endormi avant son opération.

 

J’ai su instantanément ce qui se passait: en dépit de deux cures d’antibiotiques puissants, une infection se propageait rapidement dans mon abdomen. Et si je n’obtenais pas de l’aide rapidement, je serai bientôt mort d’un choc septique.

Ma femme, les larmes coulant sur son visage, a réussi à me conduire à l’hôpital dans sa BMW et je fus rapidement chargé sur un brancard.

Je me souviens avoir vu un chirurgien qui se profilait au dessus de moi. Il tenait ses mains comme une mante religieuse, un signe qu’il s’était lavé les mains pour la chirurgie et qu’il était prêt à enfiler ses gants.

La prochaine fois que j’ai refait surface, je me trouvais dans la salle d’opération. Je réussis à dire à l’anesthésiste ce que je faisais dans la vie et lui demanda ce qu’il allait me donner. Du Propofol et du Fentanyl, dit-il. En d’autres termes, les médicaments habituels – exactement ce que j’aurais choisi.

‘Êtes-vous prêt?’ demanda le chirurgien. Il agita sa main gantée à l’anesthésiste, et je dormais avant même que je puisse répondre.

Était-ce plus? Est-ce que l’opération était déjà terminée? Je me sentais comme si faisais un zoom vers le haut, comme dans un ascenseur. C’était le même sentiment que vous avez subitement dans le creux de l’estomac lorsque vous montez en flèche au 20e étage d’un gratte-ciel.

Lentement, ma conscience a commencé à revenir: je pouvais voir le plafond approchant, sa surface brillante lentement se rapprocher.

Puis je regardai et je vis mon propre abdomen avec plusieurs incisions. J’ai entendu l’anesthésiste faire une blague. Je ne vais pas le répéter, mais tout le monde dans la salle d’opération a ri, moi y compris.

Mais où étais-je? Pendant quelques instants, j’était pétrifié, inquiet que tout ce qui me maintenait au plafond pouvait tout à coup me laisser tomber. Finalement, je me suis détendu, en regardant avec un étonnement ravi les chirurgiens et les infirmières travailler sur mon corps.

«Est-ce vraiment moi? Je me demandais. «Comment puis-je être aux deux endroits à la fois?

Tout à coup, je pris conscience d’un changement de mon point de vue alors que mon champ de vision s’élargissait. J’étais encore dans la salle d’opération, mais en même temps je pouvais voir ma mère et ma sœur assises sur un canapé dans notre maison de famille, à des milliers de kilomètres à New Delhi – où j’avais grandi.

La scène était vive et détaillée. Ma sœur portait un jean bleu et un chandail rouge et ma mère un sari vert et un chandail vert.

Lire la suite de cette entrée »

 

 

Catégorie Éducation

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives