Archive pour la catégorie ‘VADIM ZELAND’

Ce livre, écrit par le physicien quantique russe Vadim Zeland, offre un regard extrêmement novateur sur le monde, et les énergies …. Il nous apprend en particulier, à toujours rester bien connectés à notre âme, et à la suivre, car elle sait mieux que nous, choisir notre meilleur futur, et réaliser nos rêves ….

 

CHAPITRE I – LE MODÈLE DES VARIANTES

Ce chapitre vous familiarisera avec les fondements théoriques de Transurfing. La méthode de Transurfing repose sur le modèle des Variantes, qui offre une vue fondamentalement différente et novatrice sur la façon dont le monde fonctionne. L’humanité ne sait pas qu’il est possible d’obtenir facilement ce qu’elle désire au lieu de faire des efforts pour y arriver. Comment donc est-ce possible ?

Les rêves ne se réalisent pas.

 

LE BRUISSEMENT DES ÉTOILES DU MATIN

Les aboiements du chien de mon voisin m’ont réveillé. Cette abominable créature me réveille sans arrêt. Je déteste les chiens ! Pourquoi dois-je me réveiller à cause des bruits émis par cette chose répugnante ? J’ai besoin d’aller me balader, de me calmer un peu et, quelque part, d’essayer d’éradiquer le désir intense d’incendier la maison du voisin… Tel chien, tel maître ! Il y a toujours des bâtards qui me perturbent la vie et veulent m’avoir. Je m’habille, fâché et en colère. Super ! Mes saletés de pantoufles ont encore disparu… Où diable êtes-vous espèce de fainéantes ? Attendez que je vous trouve et je vous balance dehors !

Dehors, il y a du brouillard. Je marche le long d’un chemin glissant, traversant une forêt lugubre. La plupart des feuilles sont déjà à terre, dévoilant les troncs gris d’arbres à moitié morts. Pourquoi est-ce que j’habite au milieu de ce marécage immonde ? Je sors une cigarette. Je n’ai pas vraiment envie de fumer mais cette vieille habitude m’y oblige. M’y oblige ? Depuis combien de temps la cigarette m’est-elle devenue nécessaire ? En fait, c’est plutôt écœurant de fumer le matin avec le ventre vide… À l’époque, dans des soirées ou avec des amis, j’aimais fumer et j’y prenais plaisir. La cigarette était alors symbole de mode, de liberté et de classe. Mais finies les soirées. Les jours gris et pluvieux de la vie quotidienne ont repris le dessus, étalant des flaques remplies de problèmes insolubles. Et à chaque fois, je grille ces problèmes en fumée en me disant : « OK, une petite clope, je retiens mon souffle et replonge dans cette turpide routine ».

La fumée de cigarette arrive dans mes yeux que je recouvre de mes mains, comme un enfant blessé. J’en ai tellement marre ; je suis fatigué de tout ce fatras ! Alors, comme pour faire écho à mes pensées, une branche de bouleau qui pendouille insidieusement me frappe violemment en pleine figure. Merde ! De rage, je casse la branche et la jette au loin. Elle s’accroche à un arbre et commence à danser de haut en bas et d’avant en arrière, comme la tête d’un diable à ressort, comme pour me démontrer mon incapacité à changer quoi que ce soit dans ce monde. Déprimé, je m’oblige à poursuivre mon chemin.

Lire la suite de cette entrée »

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives