Archive pour la catégorie ‘ANIMAUX’

 

 

Catégorie Animaux

 

 

 

Catégorie Animaux

 

 

 

Catégorie Environnement

 

 

Tous les jours, cet homme dévoué conduit plusieurs heures pour apporter de l’eau aux animaux sauvages assoiffés et en danger de mort.

Dans le parc national du Tsavo au Kenya, on attend désespérément qu’il pleuve. Mais les mois passent et toujours pas la moindre goutte d’eau à l’horizon… Les effets du réchauffement climatique auront-ils raison de la faune kényane ? Rien n’est moins sûr grâce à cet homme…

Patrick Kilonzo Mwalua, surnommé « l’homme eau« , parcourt près de 45 kilomètres quotidiennement pour apporter de l’eau aux animaux sauvages.

 

Crédit photo : Patrick Kilonzo Mwalua

 

Au volant de son camion-citerne, il fait preuve d’un dévouement incroyable au péril sa vie en s’engouffrant, seul, dans la savane aride pour délivrer plus de 11 000 litres d’eau aux animaux assoiffés.

 

Crédit photo : Patrick Kilonzo Mwalua

Cela fait 5 mois que Patrick vient en aide aux animaux. Les troupeaux de buffles, d’antilopes, de zèbres et d’éléphants l’attendent patiemment. Dorénavant, il est connu comme le loup blanc :

« La nuit dernière, j’ai trouvé 500 buffles qui attendaient l’eau. Quand je suis arrivé, ils pouvaient sentir l’eau. Ils sont venus jusqu’à moi et ont commencé à boire alors que je me tenais juste là. Ils étaient si excités. »

 

Crédit photo : Patrick Kilonzo Mwalua
Crédit photo : Patrick Kilonzo Mwalua
Crédit photo : Patrick Kilonzo Mwalua

Lire la suite de cette entrée »

 

Les passages à faune se multiplient dans le monde entier et permettent aux animaux de circuler en toute sécurité. Une incroyable idée née en France !

 

 

Les défenseurs de la nature utilisent mille et une méthodes pour protéger la vie sauvage des axes routiers. L’une d’elle consiste à construire des ponts végétaux qui enjambent les routes très fréquentées pour permettre aux animaux de traverser en toute sécurité. Petit tour d’horizon de ces ponts qui poussent comme des champignons !

Les premiers écoducs pour animaux ont vu le jour en France, dans les années 1950, et ont ouvert la voie à un phénomène qui s’est largement répandu en Europe.

Avec plus de 66 passages à faune, les Pays-Bas peuvent également se vanter d’avoir le plus long écoduc du monde, le Natuurbrug Zanderij Crailoo : 2 000 mètres de long qui traversent un chemin de fer, une rivière, un parc d’entreprise et un complexe sportif… Rien que ça !

 

Crédit photo : Wikipedia

 

Au cours des trente dernières années, le Canada et les Etats-Unis ont de plus en plus eu recours à ces ponts pour protéger leur riche faune. L’objectif ? Que les espèces sauvages séparées par un aménagement humain puissent se déplacer et répondre à leurs besoins migratoires.

Ne vous y méprenez pas, les ponts verts ne sont pas uniquement réservés aux grands mammifères. Les petits aussi peuvent les emprunter grâce à des ponts ou tunnels particulièrement adaptés…

 

wildlife crossing banff national park alberta canada

Banff National Park. Alberta, Canada. Image via Joel Sartore

 

wildlife crossing ecoduct belgium

Belgium. Image via reddit

Lire la suite de cette entrée »

 

Maîtriser efficacement et éthiquement les populations de chats errants est une véritable responsabilité pour les maires. Grâce à un partenariat avec la Fondation 30 Millions d’Amis, la ville de Montpellier – comme 750 autres municipalités – s’y est attelée avec succès, sans recourir à l’euthanasie.

 

 

Durant ces dernières semaines, les chats libres de Montpellier ont vu fleurir des petits abris sur leur territoire. Grâce à la Fondation 30 Millions d’Amis et à l’engagement de la mairie de la capitale héraultaise, les félins auront des petites cabanes pour se réfugier et manger. Ce sont les bénévoles des associations Les Patounes du Cœur et L’École du chat qui gèrent au quotidien les installations.

 

Les abris des chats de Montpellier

 

Une convention couronnée de succès

La convention proposée par la Fondation 30 Millions d’Amis aux municipalités permet d’organiser des campagnes de stérilisation et d’identification des chats sans propriétaire (et éviter ainsi l’euthanasie) dans le but de stabiliser la population féline, tout en permettant qu’elle continue de jouer son rôle de filtre contre les rats, souris…

Depuis la mise en place de ce partenariat en 2013, la Fondation 30 Millions d’Amis totalise 750 engagements avec les municipalités et soutient financièrement 257 associations de protection des chats libres dans toute la France.

 

L’engagement de Montpellier

En 2014, la ville de Montpellier a reçu le Ruban d’Honneur de la Fondation 30 Millions d’Amis, prix qui distingue les communes qui s’engagent concrètement en faveur de la cause animale.

Dès 2002, à travers la commission « Animal en Ville »,  cette municipalité a harmonisé la cohabitation entre les Montpelliérains et les animaux. Dans le cadre de sa politique en faveur de la gestion de l’animal, elle organise chaque année une journée spéciale dédiée aux petits animaux de compagnie et propose 21 espaces canins à la disposition des maîtres ainsi que des balades d’éducation canine collectives. En 2016, elle occupait la 1ère place du palmarès des villes « où il fait bon vivre chien » établit par le magazine 30 Millions d’Amis, devant Toulouse et Nice.

 

Source : http://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/11647-des-abris-pour-les-chats-libres-de-montpellier/?m_i=vHKF9bHOXaEeYq_fDi40AH8PZ8lLvKSJ1MQ1exz9KeRhkwGLaBUnThRIZkz_sn8okh915YOn_zqaGIUOuyh7%2BuTug0nfv_&utm_source=3fevrier2017&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter

Catégorie Animaux

 

 

Fascinante nature et complicité !
Vidéo prise sur le net probablement, merci à son auteur, et à ce magnifique chien !

 

Catégorie Animaux

 

 

 

Catégorie Animaux

 

 

Portrait

Un singe qui enseigne la nutrition ?!!

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

J’ai cru à une blague moi aussi, et puis j’ai découvert la très sérieuse enquête publiée par le journal Plantes & Bien-Être, sans doute la meilleure référence en matière d’information sur la phytothérapie (à découvrir ici) . Vous allez voir, ce n’est peut-être pas aussi farfelu que ça en a l’air…

Cette histoire commence avec les recherches d’une jeune vétérinaire, Sabrina Krief, qui a commencé à étudier les chimpanzés en 1997, au Congo.

Six singes dont la mère avait été abattue par des braconniers furent recueillis et éduqués par des humains.

Lors de leur réintroduction dans la forêt équatoriale, à l’âge adulte, la vétérinaire fut chargée de vérifier leur état de santé, évaluer leurs capacités à survivre et leur donner d’éventuels compléments alimentaires. Mais voilà ce qu’elle a observé :

« Dès le premier jour, les chimpanzés ont été autonomes et ont mangé les bonnes plantes, alors qu’ils avaient été élevés aux bananes ».

Non seulement ils savaient intuitivement ce qu’ils devaient manger pour ne pas s’empoisonner, mais ils pratiquaient aussi une forme d’automédication : lorsqu’ils étaient malades, ces chimpanzés se nourrissaient de plantes qui ne faisaient pas partie de leur régime habituel.

Comme s’ils connaissaient leur pouvoir médicinal !

Après quelques semaines cependant, la vétérinaire s’inquiéta… elle avait constaté que les chimpanzés consommaient leurs propres crottes. Un trouble du comportement, peut-être lié à l’absence de mère ? Non. Sabrina Krief comprit que les singes ne mangaient pas leurs crottes, mais picoraient des graines au milieu de celles-ci. Et l’explication apparut alors :

« J’ai réalisé que les chimpanzés étaient friands d’un fruit dont ils avalent non seulement la pulpe mais également le noyau. Celui-ci, au départ noir et très dur, devient mou et blanc nacré à la suite d’une première transformation chimique lors de la digestion. »

À l’analyse, ces graines se révèleront être d’une exceptionnelle richesse protéique, devenue biodisponible grâce à ce processus de digestion en deux temps…

Derrière ces chimpanzés se cachent de véritables experts en micronutrition, dignes de célébrité comme Julien Vénesson ou Jean-Marc Dupuis ! Et ce n’est pas tout.

 

Stratégie des chimpanzés contre les vers digestifs

Les singes sont aussi détenteurs d’une science de l’automédication :

« Le matin, certains d’entre eux roulaient une feuille rugueuse d’aspilla sur elle-même et l’avalaient tout rond, sans la mâcher. »

« Ils renouvelaient leur prise une trentaine de fois. Six heures plus tard, en analysant les crottes, nous avons retrouvé les feuilles intactes dont les petits poils avaient accroché des parasites. »

Vous avez compris : poussées dans le système digestif sans pouvoir être digérées, toutes ces feuilles rugueuses agissent comme un velcro, accrochant et chassant les vers…

Magistral !

 

Les singes trouvent un traitement antipalu

Les grands singes ont aussi pour habitude de mâcher des feuilles aux propriétés antibactériennes, mélangées avec de la viande.

Cela ne vous dit rien ? Il existe nombre de traditions culinaires humaines dans lesquelles la viande est associée à des herbes aromatiques ou des épices dont les vertus antibactériennes et digestives sont connues (coriandre, cardamome, cumin, fenouil, etc.)

Et quand les malaises sont là, les chimpanzés ne sont pas démunis.

Un matin, Sabrina Krief constate qu’une jeune femelle atteinte d’une diarrhée alternant avec de la constipation réalise de gros efforts pour écorcer longuement un albizia, afin de lécher la résine qui s’écoule du tronc.

À l’analyse, cette résine se révèlera contenir des molécules saponines jamais identifiées jusqu’alors et aux propriétés vermifuges, mais également anticancéreuses.

Plus étonnant encore, la découverte d’une plante contenant une molécule aussi active contre le paludisme que la chloroquine, la substance médicamenteuse de référence.

Un jour, un mâle visiblement abattu se met à ingérer de jeunes feuilles de Trichilia rubescens, une plante que les chimpanzés mangent rarement.

Après avoir ingéré les feuilles, le primate se met à creuser parmi des racines pour prélever une poignée de terre fine et rouge. Des analyses montreront que la terre potentialise l’activité des molécules antipaludisme de la plante !

Quand on sait que cette maladie fait plus de 600 000 morts par an, on mesure l’intérêt potentiel d’une telle découverte pour la santé humaine…

 

Dans la pharmacie des chimpanzés

Alors, y aura-t-il bientôt des singes pour faire la leçon aux étudiants en médecine ? Il y a en tout cas beaucoup de choses à découvrir dans la pharmacie des chimpanzés.

Il suffit d’observer leurs conditions de vie pour comprendre que ce sont d’excellents médecins : malgré les parasites, malgré les champignons, les bactéries, malgré les mutilations dues aux pièges des braconniers, les chimpanzés vivent parfois au delà de 65 ans.

Et ils résistent mieux à certaines maladies communes à nos deux espèces :

Alors qu’au Togo et au Ghana un parasite digestif, l’œsophagostomum, provoque une très forte mortalité chez l’homme, le même parasite, également mortel pour les chimpanzés captifs, n’occasionne aucune mortalité chez les chimpanzés sauvages…

Leur remède : les feuilles rugueuses d’aspilla qu’ils avalent quand ils sont infectés et qui permettent d’évacuer le parasite.

Ah, une dernière chose : leurs ordonnances sont entièrement gratuites. Et avec eux, on rigole beaucoup.

Santé !

Gabriel Combris

 

Source : https://www.pure-sante.info/portrait-dun-expert-micronutrition/

Catégorie Santé

 

 

 

Catégorie Animaux

 

 

 

 

Catégorie Animaux

 


En filmant un couteau de mer, ce scientifique… par topibuzz

 

Catégorie Animaux

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
  • Erica dans ACCUEILUn immense merci pour votre retour, Delphine !
  • Kochert dans L’ASSOCIATIONBonjours J ai été très sensibilisée lorsque je suis tombée par hasard sur un tableau de votre petite Iris ,je
  • CHRETIEN dans ACCUEILComment vous remercier pour cette idée magnifique ?! Car c'est grâce à des Êtres tels que vous, éveilleurs de conscience,
  • Laurence dans Michelle Brémaud – GuérisseuseBonsoir, l'adresse fb ne figure pas sur le site,est il possible de joindre tout de même Michelle Brémaud? Merci
  • gisele dans AUDE – LA FORET ENCHANTÉE DE NÉBIAS (m.à.j)tres joli site belle balade en famille mais revoir le balisage car on tourne en rond un momment
Catégories
Archives