Archive pour la catégorie ‘ANIMAUX’

 

 

Catégorie Animaux

 

 

Une belle danse avec les requins, qui finit étonnamment ! …..

 Même les requins aiment la tendresse !

 

 

Catégorie Communication animale

 

 

Le jour de la St Valentin (2011) sur la mer de Cortez, Michael, accompagné de sa famille et d’amis était sur un petit bateau à observer des baleines quand ils ont vu une baleine à bosse prise au piège dans un filet de pêche.
Ils pensaient qu’elle était morte jusqu’à ce qu’ils l’entendent respirer.
Ils ont décidé de l’aider armé d’un couteau en coupant le filet.
Après plus d’une heure, la baleine était libre et leur a offert un joli spectacle….

 

 

Catégorie Dauphins baleines & cétacés

 

 

Les paresseux ont la cote. Le petit mammifère d’Amérique du Sud se retrouve partout, des rayons peluches aux « memes » internet en passant par les films d’animation. Pourtant, au-delà de ses adorables mimiques et de son mode de vie si particulier, on en sait finalement peu sur nos petits amis. Voici 7 faits qui vont vous surprendre.

 

 

Leur lenteur fait leur force

Les paresseux ne parcourent que 40 mètres environ par jour. Une vitesse moyenne de…0,6 km par heure. Un effort qui d’ailleurs les épuise : ils dorment ainsi près de 12H par jour. Autant vous dire que la petite créature arboricole (entre 3 et 10 kilos pour une taille variant de 40 à 75 cm selon les espèces), n’a aucun moyen de fuir à ses prédateurs. Et ils sont nombreux dans les forêts humides d’Amérique du Sud, entre les pumas, les jaguars, mais aussi les oiseaux de proie…Même les plus petits s’y mettent : on a répertorié la prédation d’un paresseux par une simple chouette ne pesant que la moitié de son poids !

Comment le paresseux peut-il survivre dans ce rude milieu naturel? En réalité, dans en environnement aussi difficile pour lui, son inactivité fait sa force. Pour la plupart des prédateurs, une cible en mouvement est en fait un avantage, car elle est repérable. A ce jeu-là, le paresseux ne risque rien : accroché, silencieux et immobile aux branches des arbres, il est tout simplement invisible la plupart du temps.

 

 

Un camouflage naturel

La proie la plus lente de la forêt cherche logiquement à passer inaperçue. Or le paresseux, comme beaucoup d’autres animaux, a appris à vivre en symbiose avec son environnement. Ainsi, il modifie son pelage brun à l’aide de petites bactéries et d’algues vertes. Caché dans la canopée, il échappe ainsi aux regards avec sa nouvelle teinte verdâtre.

Le phénomène de coopération va même plus loin encore. En fait, on pourrait considérer que le paresseux élève l’un de ces micro-organisme dans sa fourrure. En effet, l’algue Trichophilus Welckeriqui colore ses animaux n’est trouvée nulle part ailleurs !

 

 

Quand le paresseux descend de son arbre…

Avec son sens unique de la farniente, le paresseux n’est pas voyageur. Mais une fois par semaine, il quitte ses chères branches, se laissent glisser jusqu’au sol… et défèque. Il ne s’agit pas là d’une petite promenade du dimanche. Descendre de son arbre peut être considéré comme une véritable odyssée pour lui, ou un voyage au bout de l’enfer : se soulager cause la mort d’un paresseux sur deux.

Cette pratique intrigue à juste titre les scientifiques. Pourquoi un animal modelé par l’évolution pour vivre le plus discrètement possible dans la canopée risque sa vie pour se rendre aux toilettes ? Il pourrait faire cela comme tout le reste : depuis les hauteurs, solidement accroché grâce à ses griffes aux branches des arbres. On comprend finalement pourquoi il se retient tout de même toute la semaine…

 

 

Son ami le papillon

Le seul qui semble finalement profiter de cette étrange pratique est un papillon de nuit, Cryptoses choloepi. Vivant exclusivement du paresseux, il ne pond ses larves que dans les selles de ce dernier, et profite de ces expéditions périlleuse. Pour faire bonne mesure, il fait par ailleurs ses propres besoins dans sa fourrure…Ce qui nourrit les organismes nécessaires à son camouflage.

Finalement ces algues et ces insectes sont liés au paresseux par une relation de commensalisme : il ne s’agit pas de parasiter son hôte, le bénéfice est mutuel. En effet d’après une récente étude, le paresseux se nourrirait lui-même en piochant dans sa fourrure. Trop feignant pour se nourrir, il favoriserait ainsi l’émergence de tout un microcosme au sein de sa fourrure (micro organismes, larves, oeufs, algues…) pour en faire son garde-manger personnel !

 

Lire la suite de cette entrée »

 

 

Catégorie Animaux

 

 

La transparence ne touche pas que les objets : elle peut aussi être la caractéristique physique principale de certains animaux. Si elle peut ne pas sembler naturelle, cette transparence est un atout parfois esthétique mais souvent vital à la survie de quelques espèces. Des forêts d’Amérique du Sud aux profondeurs abyssales, partez à la rencontre de ces animaux étonnants qui jouent la carte de la transparence.

Dans le règne animal, avoir une particularité physique hors du commun peut être très utile pour se camoufler ou éloigner les prédateurs. Si les couleurs chatoyantes ou les teintes permettant de se confondre avec le paysage sont nombreuses, la transparence fait aussi partie des atouts que possèdent quelques animaux. Claire ou colorée, elle est même utile à certaines espèces que ce soit pour se défendre ou pour chasser. Qu’ils vivent sur terre, dans les airs ou dans les abysses, partez à la rencontre de ces animaux étonnants que la Nature a rendu aussi clair que du verre.

 

LA MÉDUSE

Parmi les animaux transparents, il en est un qui est connu de tous : la méduse. Aurelia Aurita pour les intimes, elle est la variété de méduse la plus commune et la plus répandue sur le globe. Hormis dans les eaux des pôles, elle évolue dans tous les océans où elle se nourrit de zooplancton. La quasi-totalité de son corps est transparent mais il peut comporter des nuances de bleu ou de rose.

 

LE GRETA OTO

Aussi connu comme le « papillon aux ailes de verres », le Great Oto compte parmi les rares insectes à posséder des ailes transparentes pouvant être colorées ou non. Ce papillon exotique vivant en Amérique centrale mesure entre 5 et 6 cm d’envergure et utilise ses ailes pour se confondre avec son environnement. Mais il a surtout la particularité d’être toxique : mieux vaut donc ne pas le toucher ! Toutefois, le voir est toutefois bon signe car cette espèce ne vit que dans des environnements sains.

 

LE BARRELEYE DU PACIFIQUE

Aussi transparents que les fantômes qui leur donnent leurs surnoms, les revenants sont une famille de poissons qui vivent au cœur des abysses et le plus étonnant d’entre eux est le Barreleye du Pacifique. Ce grand poisson, observé pour la première fois en 1939, vit à 600 m de profondeur. Dans l’eau, sa tête devient transparente et laisse apparaître ses yeux en forme de tuyaux qui lui donnent son nom. Des yeux toujours orientés vers le haut et qui lui permettent de repérer ses proies plus facilement tout en trompant ses prédateurs.

 

LA CREVETTE D’AMANO

Petite crevette connue des amateurs d’aquariophilie, la crevette d’Amano compte parmi les animaux transparents les plus facilement observables. Cette espèce mesurant entre 4 et 5 cm a comme particularité, en plus d’être translucide, de ne pas posséder de pinces. Même si son corps est clair, il peut être coloré et composé de nuances grises, vertes ou encore brunes.

 

© FlickR / Katja Schulz

LES CASSIDES

Dans la grande famille des insectes, une variété peut se vanter d’être transparente et de ressembler à une tortue : les cassides. Ces petits coléoptères dont la carapace peut être ronde ou ovale est protégée par une membrane transparente destinée à tromper ses prédateurs. Selon les espèces, les cassides peuvent ressembler à des coccinelles ou à des tortues, ce qui leur a valu le surnom de scarabée-tortue.

Lire la suite de cette entrée »

 

 

LES (TRÈS) FUSIONNELS POISSONS PÊCHEURS

Le poisson pêcheur a une façon étrange de se reproduire. Comme beaucoup d’espèces elle est monogame mais elle entretient une relation très proche avec son partenaire. Lorsque la femelle est prête à s’accoupler, elle libère des substances chimiques qui indiquent qu’elle est prête. Le poisson pêcheur mâle est beaucoup plus petit que la femelle mais a des narines énormes par rapport à sa taille qui lui permettent de trouver facilement une partenaire.

En raison de l’immense différence de taille entre les deux, le mâle n’essaie pas d’impressionner la femelle, il nage simplement vers son flanc et la mord. La morsure du mâle est l’une des plus puissantes du règne animal, il dissout ensuite ses mâchoires à l’intérieur d’elle afin que leurs chairs fusionnent. Le mâle est désormais un parasite sexuel, avec le temps, ses yeux et ses nageoires disparaissent, son corps est nourri par le sang de la femelle et il lui transmet son sperme en retour. Étrange, mais difficile de faire plus fusionnel.

 

Catégorie Animaux

 

 

Ce pianiste apaise les éléphants aveugles en leur jouant de sublimes mélodies

 

 

Un artiste répondant au nom de Paul Barton  joue au piano du Bach ou du Beethoven à des éléphants aveugles et ça semble plaire à ces géants pachydermes.

On dit souvent que la musique adoucit les mœurs et qu’elle peut guérir les blessures. Ces devises, Paul Barton les a adoptées pleinement. Cet artiste et musicien talentueux s’est installé en Thaïlande depuis quelques années et s’est découvert un public hors du commun : des éléphants aveugles ou malvoyants. Après avoir une fois joué du piano avec un éléphant nommé Peter, il a découvert que jouer de la musique classique aux pachydermes avait un effet apaisant sur eux.

C’est dans un sanctuaire nommé « Elephant’s World » où l’on recueille des éléphants sauvés que Barton a installé son piano pour la première fois. Les pensionnaires sont tous plus ou moins aveugles. La première fois, le pianiste a joué des pièces de Bach pour Lam Duan, un vieil éléphant femelle aveugle presque toute sa vie. Au rythme des notes, le pachyderme se balance lentement et doucement comme s’il était bercé par le son du piano. Lam Duan n’est pas le seul auditeur de Paul Barton. Il a joué également pour Romsai, un éléphant mâle presque aveugle et qui semble avoir une préférence pour Beethoven.

 

 

 

 

Ces concerts privés d’un genre nouveau semblent démontrer qu’il est possible de nouer un rapport profond et doux avec des animaux sauvages aussi imposants que les éléphants et qu’ils apprécient particulièrement ce qu’ils entendent.

Source : https://dailygeekshow.com/piano-elephants-aveugles/

Catégorie Les Éléphants

 

 

Qu’elles soient grandes ou petites, marines ou terrestres, certaines espèces se distinguent des autres par leur espérance de vie. Une spécificité qui leur donne un avantage sur le reste de la faune, et qui émerveille parfois par la grandeur des chiffres.

 

Homard-1

homard-2

Le homard 

Célèbre pour le goût de sa chair, le homard est un crustacé doté d’une étrange particularité. Si le plus vieux répertorié n’était âgé « que » de 65 ans, les scientifiques pensent que le homard pourrait ne pas vieillir. Il secrète constamment une enzyme nommée « télomérase » qui lui permet le renouvellement infini de ses cellules et ne vieillit donc jamais. Seule la détérioration de son exosquelette peut entrainer sa mort naturelle.

 

Crocodile-1

Crocodile-2

Le crocodile 

Exemple vivant d’une parfaite adaptation à son environnement, le crocodile est l’un des plus vieux animaux du règne animal. Et s’il est constamment en croissance, sa taille dépend directement de son âge, qui peut atteindre 70 ans pour les plus grandes espèces. En captivité, ils peuvent même dépasser l’âge de 100 ans, comme c’est le cas pour Cassius, un spécimen marin, âgé de 112 ans et qui vit dans un parc à crocodiles australien.

 

Orque-2

L’orque 

Au sommet de sa chaîne alimentaire, l’orque est ce qu’on appelle un superprédateur. Fait surprenant, les femelles ont une espérance de vie bien supérieure à celle des mâles : si ces derniers ne vivent que 50 à 60 ans, leurs congénères, elles, peuvent atteindre un âge situé entre 80 et 90 ans.

Lire la suite de cette entrée »

 

Des solutions existent qui réduisent fortement la mortalité des Abeilles et la perte de Ruches.

Pour aider les abeilles !

 

Un Fil de Cuivre contre le Varroa

Abeille 2

Un apiculteur de Bretagne m’appelle courant avril 2010 et me dit ; «Vous savez contre le Varroa, il y a des solutions simples, depuis que je mets un fil de cuivre à l’entrée de la ruche, je n’ai plus aucun problème avec cette maladie».

«Comment faites vous» lui demandais je, il répond ; «Je mets simplement un fil de cuivre électrique dénudé sur la plancher sur toute la longueur de l’entrée de la ruche, ainsi les abeilles sont obligé de passer par dessus, ceci entraine probablement des ions de cuivre avec eux et le Varroa n’aime pas ça»

Vous pouvez utiliser du fil de cuivre simple que vous trouvez pour l’électricité.

Essayez et partagez vos résultats ! Si c’est si simple, qu’attendons nous, pourquoi s’en priver?

Un apiculteur qui perdait chaque année des ruches, comme beaucoup d’apiculteurs, a suivi mes conseils à la lettre depuis deux ans, en utilisant le fil de cuivre à l’entrée de la ruche et la pose des aimants. Il m’a témoigné ce mois de mars dernier n’avoir perdu aucune ruche cette année 2011-2012, malgré l’hivers rude. N’est-ce pas le souhait de chaque apiculteur? Il dit ne plus avoir de réelles problèmes de varroa ceci sans aucun autre traitement.

 

Lire la suite de cette entrée »

 

Un corbeau (illustration). — Capri23auto/Flickr

 

Certains sont déjà entrés en action, les autres vont commencer leur besogne à partir de lundi… Six corbeaux, spécialement dressés pour le ramassage des mégots et des déchets, participeront dès la semaine prochaine au nettoyage du parc de loisirs du Puy du Fou, a indiqué vendredi son président, Nicolas de Villiers.

« L’objectif n’est pas simplement de nettoyer, car les visiteurs sont globalement respectueux de la propreté, mais aussi de mener une action pédagogique », montrant que « la nature elle-même peut nous apprendre à faire attention à l’environnement », a-t-il expliqué.

 

Les corbeaux ont « vite compris comment fonctionnait le jeu »

L’idée a germé, « il y a plusieurs années, dans l’esprit de l’un des fauconniers du parc, à partir de l’observation des oiseaux », a raconté Nicolas de Villiers. Christophe Gaborit, spécialiste de l’affaitage (dressage) des rapaces, a donc « inventé une petite boîte », contenant d’un côté des croquettes, « dont raffolent les corbeaux », et offrant de l’autre un espace vide, destiné à « accueillir des mégots, ou autres petits déchets », a poursuivi Nicolas de Villiers.

Lorsque le corbeau dépose un mégot dans la boîte, un mécanisme se déclenche, et une croquette lui est délivrée. « Motivés par la récompense », les corbeaux ont « vite compris comment fonctionnait le jeu », s’est-il réjoui. L’installation a ensuite été réorganisée de manière à ce qu’une seule boîte, « de la taille d’une brouette », permette à tous les oiseaux de déposer leur butin et à Christophe Gaborit de jouer les « chefs d’orchestre ».

 

« L’animal, la nature, donnent une belle leçon aux hommes »

L’espèce sélectionnée, le corbeau « freux », est un oiseau « particulièrement intelligent », qui « lorsqu’il est dans une atmosphère affective porteuse, aime communiquer avec l’homme et établir une relation avec lui par le jeu ». Ces oiseaux sont « très rapides » : en moins de trois quarts d’heure, un corbeau est capable « de remplir un seau », a-t-il ajouté.

Dans l’image de ce corbeau, « généralement vu et classé comme nuisible », qui « ramasse les déchets » sous les yeux amusés des visiteurs, Nicolas de Villiers voit une sorte de « fable de la Fontaine revisitée » : « l’animal, la nature, donnent une belle leçon aux hommes ».

 

Source : https://www.20minutes.fr/societe/2320079-20180811-puy-fou-corbeaux-dresses-ramasser-megots

 

 

Puy du fou : les corbeaux ramassent les déchets jetés par terre par les personnes incivilisés

Au parc de loisirs du Puy du Fou, des oiseaux sont spécialement dressés et recrutés pour nettoyer le parc de ses déchets et de ses mégots… Une initiative de sensibilisation originale et efficace.

 

DES OISEAUX RAMASSEURS DE DÉCHETS 

Comme l’explique Nicolas de Villiers, le président du parc du puy du Fou, l’objectif n’est pas simplement de nettoyer, puisque les visiteurs sont assez respectueux des lieux en général, mais aussi et surtout de montrer aux gens que « la nature elle-même peut nous apprendre à faire attention à l’environnement ». Reste que les déchets ramassés par ces animaux dressés ont pourtant tous été produits par des personnes ayant peu d’égard pour l’environnement et la propreté des lieux…

C’est un fauconnier du parc qui a eu cette idée il y a quelques années en travaillant avec une espèce d’oiseaux particulièrement intelligente, le corbeau freux. Cette espèce de corbeau est très joueuse et adore communiquer avec l’être humain.

Le fauconnier a alors créé une petite boite dotée de deux trous, un rempli de croquettes, et l’autre vide. Le mécanisme est simple, lorsque l’oiseau rapporte un déchet dans le trou vide une croquette sort du trou rempli !

UNE BELLE LEÇON D’ÉCOLOGIE

Motivés par la récompense, les oiseaux se précipitent sur la boite et sont capables de remplir un seau de déchets en trois quart d’heures seulement.

Maître corbeau sur son arbre haut perché tient en son bec un déchet et réinvente la fable de La Fontaine pour donner une petite leçon d’écologie aux visiteurs amusés ! Une belle expérience mise en place depuis le 10 aout 2018 et que vous pouvez aller voir de vous même au parc de loisir du Puy du Fou. . Espérons que les humains s’éduquent aussi bien que les oiseaux bientôt !

 

 

Source : https://dailygeekshow.com/puy-du-fou-corbeaux-dechets/

Catégorie Animaux

 

 

!

 

Dans le règne animal, il existe de nombreuses façons pour les proies de faire fuir leurs prédateurs. Si chez le poisson, le fait de feindre la mort ou les couleurs vives sont les plus répandues, une petite grenouille brésilienne a développé une curieuse technique. Une technique qui donne l’illusion qu’elle a de grands yeux mais qui lui donne surtout un très gros postérieur.

 

INTIMIDER GRÂCE À SES FESSES 

Physalaemus nattereri, plus connue comme la grenouille naine de Cubaya est une variété d’amphibien vivant en Amérique du Sud. Présente en Bolivie, au Brésil, en Argentine et au Paraguay, cette grenouille possède une particularité physique atypique.

Comme plusieurs variétés de grenouilles, elle peut gonfler certaines parties de son corps pour effrayer les prédateurs. Toutefois, à la différence des autres animaux qui gonflent le cou ou le ventre, la grenouille naine de Cubaya gonfle son postérieur.

En faisant cela, son corps double de volume au point de ressembler à un serpent. Une illusion renforcée par deux grandes taches noires sur la partie basse de son corps et qui ressemblent à des yeux quand elle gonfle. Ses prédateurs (coatis, serpents, oiseaux…) effrayés par cette parade la fuient alors sans attendre.

 

 

PLUSIEURS TECHNIQUES DE DÉFENSE À SA PORTÉE 

Le fait de gonfler le postérieur pour paraître plus grosse n’est toutefois pas la seule méthode de défense de la grenouille naine de Cubaya. Juste en dessous de ses taches noires imitant des yeux, la grenouille a deux glandes remplies d’une toxine. Quand elle se sent menacée, elle libère son poison sous forme de secrétions blanches.

Les animaux qui le touchent peuvent, si la dose est forte, être malades ou étourdis. Au total, la grenouille a assez de poison en elle pour tuer environ 150 souris. Enfin, sa petite taille lui permet de fuir facilement et de se faufiler dans des endroits inaccessibles aux prédateurs.

 

 

UNE AUTRE GRENOUILLE À 4 YEUX ?

Si cette capacité peut paraître unique, une autre grenouille la possède. Tout comme la grenouille naine de Cubaya, la grenouille chilienne à quatre yeux peut elle aussi faire « apparaître » une fausse paire d’yeux pour se défendre. Les deux grenouilles appartiennent d’ailleurs à la même famille : les Pleurodema thaul.

En développant cette ruse qui détourne l’attention et en gonflant leurs corps, ces grenouilles ont appris à se défendre et nombre d’espèces les redoutent, y compris l’Homme. Si son poison nous est inoffensif, évitez de vous frotter la peau ou les yeux si vous touchez cette petite grenouille qui, malgré sa taille, est redoutable.

 

 

Source : https://dailygeekshow.com/grenouille-posterieur-gonfle/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2018-06-25

Catégorie Animaux

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
  • Santerre dans Ma ferme autonomeBonjour, C'est très intéressant. Nous donnons (au sens propre) des formations en apiculture. Je suis sûr que des abeilles vous
  • visee dans A DEUX PAS DE CHEZ MOI …superbe... envoûtant... à se demander pourquoi l'humain s'acharne t-il tant à tout démolir merci pour ce moment
  • Erica dans AUDE – LA FORET ENCHANTÉE DE NÉBIAS (m.à.j) Reçu par mail La PYRALE du BUIS Les chenilles venues d’Asie, en plus d’être une nuisance pour l’homme, ravagent
  • Serge François dans Crop circle en MoselleBonjour, Je suis tombé sur une vidéo incroyable qui répond à beaucoup de questions à propos de ce crop circle
  • durand dans Michelle Brémaud – GuérisseuseBonjour faites vous le soin à distance ou doit on se déplacer. En quoi consiste le massage. personnellement je suis
Catégories
Archives