Archive pour la catégorie ‘ANIMAUX’

 

 

Catégorie Animaux

 

 

 

 

Catégorie Animaux

 

 

Découvert par un plongeur français

 

 

Décidément, la nature ne finira jamais de nous surprendre. Voici… le poisson avec des jambes, au large de l’Indonésie. C’est Eric Benhalassa, un plongeur français, qui a filmé cet étrange spécimen qui se déplace sur le fond de l’océan avec deux petits membres qui ressemblent à des jambes.

 

Un spécimen très mystérieux

Trois jours après la diffusion de cette vidéo par le National Geographic, les scientifiques restent divisés sur l’identité de cet étrange poisson. Quand certains pensent à un poisson-chat, d’autres voient plutôt un poisson-pierre. Pour d’autres experts encore, cela pourrait être une espèce tout à fait nouvelle.

Là où les scientifiques tombent d’accord, c’est pour dire que ce poisson est extrêmement dangereux. Les espèces citées ci-dessus appartiennent à aux plus venimeuses de la classe des poissons. Quant à ces mystérieuses « pattes », il semblerait qu’il s’agisse de petits filaments qui permettent à ce poisson d’inspecter le sol à la recherche nourriture.

Les poissons venimeux, auxquels semble appartenir le « poisson qui marche » sont assez méconnus des scientifiques, puisqu’ils sont difficiles à observer. Ils passent en effet le plus clair de leur temps dissimulés dans le sable, à l’affut d’éventuelles proies.

 

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2017/06/08/2590005-un-poisson-avec-des-jambes-decouvert-par-un-plongeur-francais.html#xtor=EPR-7

Catégorie Animaux

 

La plongeuse a une relation très particulière avec les requins. Elle leur parle, leur chuchote des choses, les caresse… bref elle les aime et ils lui rendent bien. Cristina Zenato arrive même à hypnotiser les squales et ainsi les amadouer. Et même si elle porte une combinaison en cote de maille, elle sait bien qu’elle ne risque rien.
Véritable passionnée de requins, la plongeuse italienne est aujourd’hui une spécialiste du shark-feeding aux Bahamas.
Mais apprivoiser ces mangeurs d’hommes n’est pas donné à tout le monde pour autant, il faut beaucoup de dextérité et de précision car les caresses se font à des endroits stratégiques (entre les yeux, sur le nez…). Il faut surtout beaucoup d’amour pour ces animaux aquatiques et Cristina en a depuis son plus jeune âge.
Depuis l’âge de huit ans, quand elle a vu un film avec le héros qui nageait en compagnie des requins sans se faire manger. Le film « Les dents de la mer » était déjà sorti mais sont père l’a rassurée en lui disant que les requins étaient des poissons comme les autres.
Aujourd’hui elle arrive à calmer ces bêtes terrifiantes et même danser avec, un véritable don selon les spécialistes. Il est même arrivé qu’un requin de deux mètres s’endorme sur ses genoux !

 


 
 

Source : http://www.theriderpost.com/disciplines/water/cristina-zenato-la-femme-qui-hypnotise-les-requins/

 
 
 

Le métier de Cristina – « dentiste » des requins

 

Enlever un hameçon de la gueule d’un requin ne s’improvise pas. Cristina Zenato le fait pourtant régulièrement aux Bahamas…

Elle est Italienne et vit aux Bahamas. Cristina Zenato est aussi plongeuse professionnelle. Et parmi ses centres d’intérêts figurent les requins avec lesquels elle plonge depuis … 19 ans..

Si elle est d’ailleurs une spécialiste renommée en la matière, on la surnomme aussi la «dentiste» des requins… Car de temps en temps, elle doit enlever de gros hameçons fichés dans la gueule des squales, hameçons attrapés lors de parties de pêche sportive, une pratique très en vogue aux Bahamas même si elle ne concerne pas les requins, qui sont protégés.

Lors de cette vidéo, tournée l’été dernier aux Bahamas, on y voit Cristina Zenato enlever un hameçon de la gueule d’un requin de récif. L’opération ne s’improvise pas, la plongeuse est équipée d’une cotte de maille et les tuyaux flexibles de son équipement sont renforcés. De même, elle positionne son bras de manière à bloquer la gueule du squale et éviter que celle-ci ne se referme pas sur son bras…

Source : http://www.lavenir.net/cnt/dmf20140221_00437247

Catégorie Animaux

 

 

 

Catégorie Animaux

 

 

« Volée de piafs bonjour, que puis-je faire pour vous aider? »… Dans le plus grand centre de soins pour animaux sauvages de France, situé dans le Morbihan, l’activité déborde. Malgré une trésorerie fragile, chaque jour renards, pies ou encore phoques y sont déposés pour être soignés.

A l’accueil de la clinique, Marjorie Mao, 24 ans, attend son tour. Quelques heures auparavant, la jeune bretonne a appelé le centre de soin après avoir trouvé une pie blessée à une patte, en bord de route. L’oiseau, protégé dans une boîte en carton, est confié à Didier Masci, soigneur en chef.

 

 

Avec sa compagne, il a créé le centre « Volée de piafs » qui depuis 10 ans soigne « tout animal sauvage en détresse ». « Comme pour un hôpital pour humain, on ne fait pas de différence », explique-t-il.

Ainsi, ce jour-là défilent dans ce centre de neuf hectares situé à Languidic près de Lorient une chouette hulotte, des renardeaux, ou encore un bébé chevreuil déposé par un agriculteur.

A l’accueil, Vanessa Koroloff tient entre ses mains un pigeon blessé. « J’ai eu un pincement au cœur alors je l’ai amené », raconte-t-elle, après avoir parcouru plus d’une heure de route. Une fiche de soin est créée et l’une des soigneuse emporte l’oiseau baptisé « Kum Quat » à l’infirmerie qui déborde déjà.

 

 

L’an dernier, le centre a reçu 3.030 animaux de 112 espèces différentes: 288 hérissons, 717 goélands, 261 chouettes, mais aussi cinq phoques, loutres, chauves-souris, veaux marins…, devenant le plus gros centre de sauvegarde de faune sauvage de France et l’unique en Bretagne.

« En ce moment, c’est le premier biberon du chevreuil à 06H00 du matin et la plage horaire des soins s’étend jusqu’à 23H00, 7jours/7 ». « C’est de la folie! » assure Didier Masci, « marqué par la marée noire de l’Erika » en 1999.

– ‘Guillemot mazouté’ –

« J’habitais à Etel (Morbihan) à cette époque et j’ai donné un coup de pied dans une énorme boulette de fioul. Je me suis rendu compte que c’était un guillemot mazouté vivant. A partir de là, ça été un changement de vie complet », confie ce restaurateur de meubles anciens de 62 ans originaire de la région parisienne.

Il s’interrompt pour répondre à un nouvel appel. Le centre en reçoit entre 20 et 80 par jour. Au bout du fil, une femme s’inquiète: « J’ai récupéré un accenteur mouchet (une espèce d’oiseau, ndlr) des griffes de mon chat. Est-ce que cela vaut le coup que je vous l’amène? »

 

 

Après quelques questions, le soigneur lui conseille de « le mettre au chaud dans un carton avec une bouillotte et le nourrir de croquettes gonflées à l’eau à l’aide d’une pince à épiler ».

A Volée de piafs, l’activité ne désemplit pas, les volontaires venus de toute la France s’affairent pour répondre au téléphone, soigner, et nourrir les animaux en détresse.

« C’est la course », témoigne Noëlle Ahr, en service civique pour un an. La Nancéienne de 26 ans a choisi ce centre car « ils acceptent les animaux, quels qu’ils soient ». Piaillement et hululement se confondent dans cette clinique de fortune où règne un esprit de colonie de vacances.

Malgré l’enthousiasme des bénévoles, la pérennité du centre reste fragile. Faute d’argent, il a fermé ses portes en février, provoquant un élan de solidarité.

« Les gens nous envoyaient de l’argent », raconte Marie Masci, la cofondatrice. Plus de 40.000 euros seront collectés pour un budget de fonctionnement s’élevant à 160.00 euros en 2017. Sollicitées, les collectivités finiront par leur octroyer des subventions exceptionnelles.

 

 

Depuis sa réouverture il y a quelques semaines, la routine a repris à Volée des piafs. Et comme chaque début d’après-midi, un rituel s’organise: soigneurs, bénévoles et quelques particuliers se rassemblent pour le départ de l’un des pensionnaires du centre.

Un faucon crécelle, arrivé après s’être fait renverser par une voiture, est « prêt à être relâché » après 15 jours de soins. Didier Masci installe entre ses paumes le faucon. Après quelques hésitations, l’oiseau s’élance.

« Le remerciement, c’est quand il s’envole. C’est un grand plaisir à chaque fois », se réjouit le soigneur.

© 2017 AFP

 

Source : http://www.geo.fr/reportages/a-languidic-le-plus-grand-centre-de-soins-pour-animaux-sauvages-ne-desemplit-pas-174334

Catégorie Animaux

 

 

 

Catégorie Animaux

 

 

Lizzy, la maman koala, a été transportée dans un hôpital  de la faune en Australie, avec son bébé .

La pauvre Lizzy avait été heurtée par une voiture.

Phantom, de seulement 6 mois, était heureusement indemne et a refusé quitter sa maman. Ayant été admis en chirurgie d’urgence, Phantom est resté collé, même pendant l’opératrion comme pour la soutenir de son énergie. 
Lizzy a survécu et se remet actuellement avec Phantom auprès d’elle.

 

 

 

 

 

Catégorie Animaux

 

 

 

 

Un jour, voilà bientôt plus de dix ans, alors que je me promenais en forêt, un chevreuil, que j’ai nommé plus tard “Daguet” à croisé ma route et s’est arrêté à quelques mètres de moi. Tout doucement, je me suis accroupis. J’étais fasciné par les grands yeux noirs et brillants du magnifique chevreuil. Il a redressé la tête et pointé ses oreilles dans ma direction. Les poils de son miroir étaient hérissés. Nous nous sommes fixés l’un l’autre quelques minutes.

Le chevreuil à regardé sur le côté. Reculant un peu, j’ai tourné la tête dans la même direction que lui, vers la forêt.

J’ai senti quelque chose passer entre nous.

Daguet s’est détourné paisiblement, avec élégance et dignité, puis, d’un petit bond, il s’est enfoncé dans le sous bois, de l’autre côté du chemin. J’avais les jambes coupées par l’émotion et venais d’être touché par quelque chose de très puissant.

 

 

 

J’ignorais à ce moment que cette rencontre allait changer profondément mon existence.

Quitter le monde sociétal humain pour m’introduire dans la vie des chevreuils, vivre seul parmi eux, afin de mieux les observer et les comprendre est devenu pour moi une activité à plein temps et est au cœur des histoires que je raconte sur la vie que je passe au quotidien, dans l’intimité des chevreuils. Cette force qui m’attire et m’anime comme un aimant sur une boussole associé a mes expéditions dans le royaume des chevreuils, me donne l’envie d’agir et de rendre d’une certaine manière à la nature ce qu’elle m’offre jour après jour.

Je suis photographe et cinéaste animalier, un témoin de la vie sauvage, mais plus que tout un ambassadeur de la nature que je prétend pour avoir consacré, et continuer à le faire, une grande décennie de ma vie à marcher dans les forêts derrière les animaux sylvestres.

J’œuvre inlassablement en faveur de la nature. Ma vie entière est l’incarnation de cet effort.

 

 

 

Aujourd’hui, j’interviens auprès des collectivités, des association, des entreprises, mais également auprès des écoles, pour faire partager au public ma passion pour la vie en milieu naturel, lui proposer une autre façon de voir la nature et vivre un instant avec les animaux de la forêt. En effet, si le spectateur apprend tout du chevreuil, son comportement, son organisation sociale, ses relations avec les autres animaux et bien évidemment, avec l’homme et cela, dans le respect des valeurs économiques, écologiques et sociales de notre société, je fais surtout appel à mon expérience pour parler de protection de l’environnement, de communication avec les animaux, de gestion de l’imprévu, et surtout, savoir vivre en harmonie avec la Nature. Il ne s’agit en aucun cas de faire du militantisme radical, mais simplement de faire découvrir, par le biais d’un animal fascinant, fugace et gracieux, plus proche de nous qu’on ne l’imagine, ce que vit la faune dans un monde bouleversé par notre mode de vie moderne, ainsi que les changements profonds de son comportement face aux dérèglements climatiques.

 

 

 

Chacun d’entre nous peut modifier son comportement et changer sa façon de consommer. Nous en sommes capables, par notre capacité individuelle à évoluer.

 

Je vous invite maintenant à partager un moment de ma vie avec les chevreuils, en lisant mon livre “Dans l’intimité des chevreuils”. Vous y ferez la connaissance de Daguet, Sipointe, Rosée, Chévi, Fougère, Mef et tous les autres chevreuils qui m’ont accompagnés dans cette aventure, que j’ai vécu il y a quelques années, dans une forêt domaniale en Haute-Normandie, et qui est à ce jour, ma plus belle aventure. Au delà de son caractère très particulier, qui est de m’introduire dans la vie des animaux sauvages, gagner leur confiance et supprimer toute limite de distance entre eux et moi, j’ai surtout fais la rencontre d’un brocard incroyable, Chévi, qui est devenu mon meilleur ami et pour qui, j’ai un profond respect. C’est une aventure sauvage que j’ai le plus grand plaisir à vous faire partager, dans l’intimité des chevreuils.

 
 

 

Source : https://sites.google.com/site/geoffroydelormelechevreuil/

Catégorie Animaux

 

 

L’ours brun a été réintroduit dans les Pyrénées il y a environ vingt ans. Leur population est en augmentation depuis 2006, aujourd’hui 39 ours prospèrent dans les montagnes et de nouveaux oursons sont attendus pour 2017.

S’ils continuent d’alimenter la controverse, notamment chez les éleveurs qui se plaignent du déclin de leurs troupeaux, il est rassurant de constater que les ours s’épanouissent dans les Pyrénées à une époque où le nombre d’espèces menacées ne cessent d’augmenter.

 

Catégorie Animaux

 

 

Une méthode radicale

 

Marre de se faire draguer ? Comment se débarrasser de tel ou tel charlatan ? une bonne option : « Faire la morte » ! Chez les libellules, l’expression est à prendre au pied de la lettre. Témoignage.

 

Trompe l’œil funèbre

C’est Rassim Khelifa, étudiant de l’Université de Zurich qui a été témoin du comportement particulier d’une madame libellule. Pendant une collecte de larves dans les Alpes suisses, une demoiselle s’est effondrée au sol tout étant poursuivie par un de ses prétendants. Immobile, allongée sur le dos, elle a attendu le départ furtif de son courtisan pour déguerpir à son tour.

 

 

Instinct maternel

Aux Pays-Bas, les libellules sont bien plus vulnérables aux avances masculines lorsqu’elles protègent leurs œufs. En effet, contrairement à d’autres espèces de libellules, un simple geste sexuel avec un autre mâle suffit à fertiliser tous les œufs et à endommager leur appareil reproducteur.

 

 

Une méthode non sans danger

Khelifa a constaté que les femelles se retirent souvent vers une végétation dense près des étangs pendant cette période de protection, dans le but de se cacher. Sur 27 chutes de libellules femelles, 21 ont réussi à piéger leur poursuivant. Mais ce geste est risqué affirme Adolfo Cordero-Rivera de l’Université de Vigo en Espagne : « elles ne peuvent adopter cette stratégie que si le harcèlement masculin est intense ».

 

Un accouplement chez les libellules

 

Source : http://dailygeekshow.com/libellules-simulation-mort/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2017-05-08

Catégorie Animaux

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
  • Erica dans ACCUEILUn immense merci pour votre retour, Delphine !
  • Kochert dans L’ASSOCIATIONBonjours J ai été très sensibilisée lorsque je suis tombée par hasard sur un tableau de votre petite Iris ,je
  • CHRETIEN dans ACCUEILComment vous remercier pour cette idée magnifique ?! Car c'est grâce à des Êtres tels que vous, éveilleurs de conscience,
  • Laurence dans Michelle Brémaud – GuérisseuseBonsoir, l'adresse fb ne figure pas sur le site,est il possible de joindre tout de même Michelle Brémaud? Merci
  • gisele dans AUDE – LA FORET ENCHANTÉE DE NÉBIAS (m.à.j)tres joli site belle balade en famille mais revoir le balisage car on tourne en rond un momment
Catégories
Archives