C’est un royaume étonnant, qui s’avère être l’une des clés de la vie sur Terre. Premiers organismes apparus sur notre planète il y a un milliard d’années, les champignons, aussi appelés mycètes, semblent inclassables : ni plantes ni animaux, ils constituent un règne en soi. Si les comestibles nous sont les plus familiers, la variété des mycètes a de quoi surprendre : entre les levures et les organismes pluricellulaires, il existerait des millions d’espèces.

À travers d’impressionnantes images macro en accéléré et des animations en 3D, ce film très documenté remonte le fil de l’évolution, montrant comment les champignons ont façonné l’écosystème que nous connaissons, et fait le point sur les recherches scientifiques les plus récentes dans le domaine de la mycologie. Production d’alcool ou de pain, propriétés médicinales (notamment d’antibiotiques ou d’anti-inflammatoires), décomposition des déchets… : la science s’intéresse aux innombrables vertus des champignons. Et se penche également sur les infections fongiques parfois mortelles, comme celle provoquée par le cryptococcus, un mycète qui se développe à la faveur du réchauffement climatique…

 

Réalisation : Annamária Tálas

Pays : Australie / Canada

Année : 2017

 

Catégorie Sciences

 

 

 

Catégorie Dauphins & Cétacés

 

 

 

Web-série oasis

 

Depuis un an, en Ariège, le collectif du Village de Pourgues fait le pari de la liberté. Cet écolieu qui s’étend sur près de 50ha est habité par une vingtaine d’adultes et d’enfants. On y célèbre la nature, la démocratie et la joie de vivre. Découvrez cette expérience pionnière de l’intérieur !

Au village de Pourgues, chaque adulte et chaque enfant est considéré comme un individu à la fois libre et responsable de ses actes. Mais toujours dans le cadre du règlement intérieur, lui-même sans cesse redéfini par le collectif. Ainsi, chacun peut faire à ce qui l’enthousiasme ; s’occuper du jardin en permaculture, monter un atelier, étudier l’histoire, organiser l’accueil des visiteurs… « C’est une véritable exploration de la liberté qui invite l’individu à la résilience :  il avance de manière plus libre, efficace et apprend à se connaître » résume Jérôme, habitant du village.

Un an après avoir créé, en 2015, l’École Dynamique à Paris, deux des six membres fondateurs ont éprouvé l’envie forte de passer de l’échelle de l’école à celle du village. Ils ont donc monté ce lieu de vie en collectif, le Village de Pourgues, où s’appliquent la philosophie et la gouvernance de leur école parisienne.

C’est en Ariège, sur un terrain de 50 hectares, avec 1000m² de bâti et 5000m² à construire, que le collectif des six fondateurs rejoints par une dizaine d’autres personnes a pu s’installer dès 2017 en coopérative d’habitants. L’objectif, à un ou deux ans, est de vivre des ressources générées par le lieu grâce à aux activités que chacun y développera en fonction de ce qui lui tient le plus à coeur et en cohérence avec les besoins de tous.

 

Source : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/web-serie-oasis-village-pourgues

Catégorie Eco-lieux

 

 

 

Catégorie Musique

 

 

 

 

 

 

 

Powerful Iceland from Garðar Ólafsson on Vimeo.

 

 

Catégorie Islande

 

 

Exposé de Claude & Lydia Bourguignon à partir de 15 minutes

 

 

Catégorie Permaculture

 

 

 

Mon but était de créer une vidéo qui transporterait les spectateurs au sommet du mont Everest. Sans musique. Sans effets sonores. Pas de ralenti. Juste le son brut de l’environnement, du flux d’oxygène inhalé à travers les masques des grimpeurs et le bruit de la lutte profonde que chaque personne endure, souffre afin de respirer.

 

Source : https://lesavoirperdudesanciens.com/2018/06/vivez-lascension-du-mont-everest-a-letat-brut/

Catégorie Dans le monde ….

 

 

Il faut remonter longtemps en arrière pour trouver la trace de la première utilisation d’une plante pour se soigner. En effet, de nombreuses civilisations se sont tournées vers la nature pour y puiser des remèdes efficaces et non chimiques. En réalité, nous ne sommes pas les seuls à s’en servir. La dernière découverte en date : les orangs-outans se servent de certaines plantes pour calmer la douleur.

 

Des orangs-outans utilisant des plantes pour se soigner

Commençons par un constat : la médecine n’est pas l’apanage des humains et n’est pas uniquement sa création. De nombreuses espèces, allant de l’insecte aux oiseaux, en passant par des primates, ont appris à se servir de plantes et de minéraux pour soigner des infections ou d’autres maux. Helen Morrogh-Bernard, une écologiste spécialisée dans le comportement à la Fondation Bornéo Nature, a observé pendant des décennies les orangs-outans de l’île et a fait une découverte fascinante : l’espèce se sert de plantes pour se soigner, d’une façon encore jamais vue.

La spécialiste et plusieurs collègues ont observé une dizaine d’individus pendant 20 000 heures environ et ont remarqué un comportement nouveau : régulièrement, les orangs-outans mâchaient une certaine plante (qui ne fait pas partie de leur régime alimentaire) jusqu’à obtenir une pâte mousseuse, qu’ils appliquaient ensuite sur leur pelage. Les primates passaient jusqu’à 45 minutes à se masser les avant-bras ou les jambes à l’aide de la concoction préparée par leurs soins. Selon les chercheurs, il s’agit du premier exemple connu d’animal utilisant un analgésique topique.

 

Un orang-outan sur un arbre en train de se dresser

 

Une plante aux vertus apaisantes et anti-inflammatoires

Ce qui est intéressant, c’est de constater que cette même plante, la dracaena cantleyi (arbuste aux feuilles pétiolées), est utilisée par les locaux pour apaiser la douleur ou les démangeaisons. À la suite de cette découverte, des collègues de Morrogh-Bernard travaillant à l’Académie des Sciences tchèque, à l’Université Palacky Olomouc et à l’Université médicale de Vienne, ont étudié la chimie de cette plante. Ils en ont ajouté des extraits à des cellules humaines développées en laboratoire et stimulées pour produire des cytokines (une réponse immunitaire qui provoque une inflammation et une gêne). Dans un rapport publié en novembre dernier sur l’étude, les scientifiques affirment que l’extrait de cette plante a réduit la production de plusieurs types de cytokines.

Vraisemblablement, les résultats suggèrent que les primates ont utilisé la plante pour réduire des inflammations et soigner la douleur, d’après Jacobus de Roode, un biologiste de l’Université Emory (ne faisant pas partie de l’étude). Selon lui, une telle découverte peut permettre d’identifier des plantes et des produits chimiques pouvant servir à soigner les humains. Le second intérêt de cette découverte est encore plus fascinant : si la capacité à se soigner chez les insectes est quasiment innée et si l’Isia isabelle (papillon de nuit) se sert de plantes toxiques pour se débarrasser de mouches parasites, d’autres animaux plus complexes pourraient apprendre à se soigner grâce à la découverte d’un membre de la tribu. Il est par exemple possible qu’un orang-outan ait appliqué la plante sur sa peau pour se débarrasser de parasites et qu’il ait découvert la vertu anti-douleur par la suite. C’est en tout cas l’avis de Michael Huffman, un primatologue de l’Université de Kyoto. La technique a pu se passer entre les individus.

 

La plante utilisée par les primates pour se soigner

 

Selon Morrogh-Bernard, ce phénomène n’a été observé que dans le centre-sud de Bornéo. Il est donc probable que ce soit seulement local. Néanmoins, la découverte reste fascinante et prouve que les animaux sont capables de se soigner eux-mêmes et d’apprendre certains gestes, sans que l’humain n’intervienne. C’est une nouvelle vraiment réjouissante à n’en pas douter.

 

 

Islands in the Sky from Jose A. Hervas on Vimeo.

 

Catégorie Danemark

 

 

 

Catégorie Musique

 

 

 

Catégorie Environnement

 

 

 

Catégorie Animaux

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
Catégories
Archives