Catégorie Musique

 

 

Avec plus de 58 % de suffrages pour le Oui au cours d’un référendum, la Suisse est le premier pays d’Europe à annoncer sa sortie progressive et définitive de l’énergie nucléaire. Une avancée saluée par les écologistes.

 

Une décision en réponse au drame de Fukushima

C’est un vote historique qui a eu lieu ce dimanche 21 mai en Suisse avec un référendum qui devait décider de l’avenir énergétique du pays. Avec 58 % des suffrages, les suisses ont décidé de tourner le dos au nucléaire avec la fermeture progressive des cinq centrales nucléaires du pays d’ici 2034. L’objectif est de favoriser un « mix » énergétique d’ici à 2035.

A partir de 2019, les centrales fermeront les unes après les autres, même si aucun calendrier définitif n’a été établi pour l’instant. En effet, de nombreux ajustements devront être faits dans les prochaines années puisque le pays a un programme assez ambitieux. D’abord, la Suisse devra développer les énergies renouvelables, qui sont au cœur du projet.

Éoliennes, énergie solaire, géothermie ou hydraulique, la Suisse compte appliquer le programme « Stratégie Energétique 2050 ». Ce projet a été lancé après l’accident nucléaire de Fukushima au Japon en mars 2011. L’Allemagne suit le même processus avec pour objectif l’année 2022, même si le pays a lui décidé de miser sur le charbon le temps de la transition à cause de sa consommation importante d’énergie.

 

Barrage du Sanetsch, canton du Valais, Suisse

 

Des efforts importants sont à prévoir pour les suisses

La Suisse, pays moins peuplé et moins consommateur pense être à la hauteur du défi même si la victoire du oui n’a pas été facile. En effet, l’opposition, à travers la voix de Toni Brunner, membre de l’Union Démocratique du Centre (UDC), a assuré pendant la campagne que le coût pour chaque famille s’élèverait à un peu moins de 3 000 euros par an. Il ajoute également que la transition ne sera pas simple et la Suisse se verra forcée d’acheter plus d’énergie de la part de ses fournisseurs.

La Ministre de l’Écologie Doris Leuthard assure quant à elle que la transition ne coûtera pas plus aux suisses que 36 euros par an. De plus, un important effort sera à faire par la population puisque le gouvernement encouragera une diminution de la consommation d’énergie de 43 %. De grands chantiers de rénovation de l’immobilier ou de renouvellement du parc automobile sont prévus.

Aujourd’hui, la suisse importe 75 % de son électricité, notamment auprès de la France qui est loin d’abandonner son utilisation de l’énergie nucléaire puisqu’elle reste le premier pays producteur au monde. Il en est de même pour la Grande Bretagne ou la Suède qui ont pour objectif d’abandonner toute utilisation d’énergie carbonée, mais prévoient en revanche la construction de nouvelles centrales nucléaires dans les prochaines années.

 

 

Source : http://dailygeekshow.com/suisse-vote-nucleaire-referendum/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2017-05-27

Catégorie Énergie

 

L’éolien, un ami qui vous fait du mal

 

 

Un documentaire indépendant sur l’impact sanitaire de l’industrie éolienne

01:45 – Présentation de Alain Belime
04:08 – Comment avez-vous démarré vos recherches ?
06:15 – Qu’est-ce qu’un infrason ?
08:13 – Les infrasons sont-ils dangereux pour notre santé ?
09:24 – Qu’est-ce que le syndrome éolien ?
14:14 – Les effets des infrasons – 1 – Le cœur
15:36 – Les effets des infrasons – 2 – L’oreille interne
18:20 – Les effets des infrasons – 3 – Les poumons
18:47 – Les effets des infrasons – 4 – Le développement cognitif
21:11 – Et en plus des infrasons : L’effet stroboscopique
22:17 – Et les animaux dans tout cela ?
28:38 – D’autres espèces animales sont-elles impactées ?
29:24 – D’autres encore ?
30:03 – En plus des infrasons, existe t-il d’autres risques pour les animaux ?
31:37 – Peut-on se protéger des infrasons ?
32:07 – Les responsables politiques sont-ils informés ?
33:22 – L’éolien, une affaire politique et financière
34:18 – Et l’arnaque continue avec le coût du démantèlement
36:48 – Y a t-il une dévaluation des biens immobiliers ?
38:21 – Doit-on choisir entre l’éolien et le nucléaire ?
41:34 – Comment réagissent les responsables politiques ?
42:55 – Existe t-il des recours légaux au problème éolien ?
44:20 – Un texte de loi sur lequel s’appuyer : Le principe de précaution
46:38 – Et pour faire valoir le principe de précaution, existe t-il un risque de plus à souligner ?
48:34 – Demandons des comptes aux acteurs politiques locaux !
50:12 – Demandons des comptes aux acteurs politiques nationaux !
52:12 – Synthèse
52:52 – Aidez Mr.Joly !

 

Catégorie Environnement

Catégorie Éolienne

Catégorie Santé

 

 

 

Catégorie Animaux

 

 

 

Près de Tindouf, dans une région aride et difficile de l’Algérie surnommée « Le jardin du Diable », le camp des réfugiés sahraouis connait de grandes difficultés. En 2015, une tempête détruit une dizaine de milliers de maisons. Tateh Lehbib Breica, jeune ingénieur de 28 ans, a eu l’idée d’utiliser des bouteilles en plastiques, remplies de sables et de pailles, afin de construire des maisons plus résistantes.

 

Une situation difficile

Depuis sa naissance, Tateh Lehbib Breica réside au camp de réfugiés à proximité de Tindouf. C’est grâce à une bourse d’étude de l’UNHCR (Haut commissaire des nations unies pour les réfugiés) que le jeune homme de 28 ans a la possibilité de devenir ingénieur. Il possède actuellement un master en efficacité énergétique. Sa première construction est dédiée à sa grand-mère. Il voulait rendre sa vie plus agréable et que celle-ci soit protégée de la chaleur. En effet, dans cette région de l’Algérie, les température peuvent atteindre jusqu’à 43 degrés Celsius.

Plus de 165 000 réfugiés Sahraouis, dont Breica fait partie, vivent dans cette région. Le conflit du Sahara occidental a créé de grands mouvements de population dans cette partie du globe. Ce conflit dure depuis la décolonisation espagnole, en 1975, et aucune solution ne semble être proposée.

 

 

Un matériau plus robuste et durable

Breica, désormais surnommé le « fou aux bouteilles », a choisi comme matière première des bouteilles en plastique recyclé. Il les remplit ensuite de sable et de paille, et les consolide avec du ciment. Cette méthode de construction permet d’obtenir des habitations plus résistantes aux fortes pluies que peut connaitre le désert du Sahara. Les habitants bénéficient désormais de maisons plus pérennes, et sont plus protégés des intempéries que dans les maisons faites en boue. Selon Otis Moore, spécialiste des abris auprès de l’UNHCR, le design circulaire des maisons permet également de mieux supporter les fortes tempêtes.

Un projet mis en place par l’UNHCR a permis à Breica de construire 25 nouvelles maisons dans 5 camps de réfugiés. 6000 bouteilles de plastique sont nécessaires à la construction de chacune d’entre elle. Les habitations seront réparties en priorité aux personnes les plus vulnérables.

 

 

Une solution écologique

Breica est persuadé que sa technique pourrait également être une réponse aux problèmes d’écologie. En effet, le plastique ne disparait pas dans la nature avant plusieurs centaines d’années. Le recycler pour construire des maisons plus pérennes serait alors une alternative beaucoup plus écologique et solidaire. « Chaque jour des millions de tonnes de plastique sont jetés et il y a (environ) 65 millions de réfugiés dans le monde. Ce serait une bonne ressource pour eux. » affirme Breica.

Source : http://dailygeekshow.com/refugie-maisons-bouteille/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2017-05-26

Catégorie Habitat

 

 

 

Catégorie Permaculture

 

 

 

 

Catégorie Musique

 

 

Ça fait envie !

 

C’est en Indonésie, sur l’île de Bali, que nous sommes allés découvrir une école plutôt originale.
Nommée Green School – comprendre l’école verte – l’établissement interpelle autant par son architecture que par son ouverture sur de grands enjeux environnementaux.
L’initiative est inédite : construire en pleine jungle une école en bambous, qui conserve la rigueur d’un enseignement traditionnel, tout en formant la conscience écologique des plus jeunes.

 

 

Ce projet a déjà vu le jour depuis 2008 mais n’en reste pas moins exemplaire. Green School accueille déjà ses élèves à Bali. Cette école est spéciale tant sur le monde de fonctionnement que sur son architecture. Le couple américain à l’initiative du projet voulaient une école recentrée sur le développement durable et la nature. Ici, on stimule la créativité, la curiosité mais aussi le lien avec la nature. Construite avec des bambous et des matériaux locaux, elle se fond en harmonie avec l’environnement. L’école est alimentée en électricité par des panneaux solaires, en eau par une centrale hydraulique. Tous les aliments proposés à la cantine sont produits sur place par les élèves eux-mêmes.

 

Source : http://dailygeekshow.com/projets-ecologiques-monde/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2017-04-30

Catégorie Éducation

 

 

 

Normalement les températures baissent rapidement au fur et à mesure qu’on s’élève dans l’atmosphère.

Parfois, il se produit une inversion, c’est à dire que les couches supérieures sont plus chaudes que celles du dessous.

Ça provoque une cascade de nuages vers le bas dans un mouvement presque aquatique et spectaculaire, d’autant plus quand c’est le Grand Canyon qui accueille ce phénomène.

Ce timelapse a été réalisé dans le cadre du projet SKYGLOW qui s’intéresse aux effets de la pollution lumineuse, en allant rechercher les ciels les plus sombres de la planète.

 

 

 

 

Lire la suite de cette entrée »

 

« Volée de piafs bonjour, que puis-je faire pour vous aider? »… Dans le plus grand centre de soins pour animaux sauvages de France, situé dans le Morbihan, l’activité déborde. Malgré une trésorerie fragile, chaque jour renards, pies ou encore phoques y sont déposés pour être soignés.

A l’accueil de la clinique, Marjorie Mao, 24 ans, attend son tour. Quelques heures auparavant, la jeune bretonne a appelé le centre de soin après avoir trouvé une pie blessée à une patte, en bord de route. L’oiseau, protégé dans une boîte en carton, est confié à Didier Masci, soigneur en chef.

 

 

Avec sa compagne, il a créé le centre « Volée de piafs » qui depuis 10 ans soigne « tout animal sauvage en détresse ». « Comme pour un hôpital pour humain, on ne fait pas de différence », explique-t-il.

Ainsi, ce jour-là défilent dans ce centre de neuf hectares situé à Languidic près de Lorient une chouette hulotte, des renardeaux, ou encore un bébé chevreuil déposé par un agriculteur.

A l’accueil, Vanessa Koroloff tient entre ses mains un pigeon blessé. « J’ai eu un pincement au cœur alors je l’ai amené », raconte-t-elle, après avoir parcouru plus d’une heure de route. Une fiche de soin est créée et l’une des soigneuse emporte l’oiseau baptisé « Kum Quat » à l’infirmerie qui déborde déjà.

 

 

L’an dernier, le centre a reçu 3.030 animaux de 112 espèces différentes: 288 hérissons, 717 goélands, 261 chouettes, mais aussi cinq phoques, loutres, chauves-souris, veaux marins…, devenant le plus gros centre de sauvegarde de faune sauvage de France et l’unique en Bretagne.

« En ce moment, c’est le premier biberon du chevreuil à 06H00 du matin et la plage horaire des soins s’étend jusqu’à 23H00, 7jours/7 ». « C’est de la folie! » assure Didier Masci, « marqué par la marée noire de l’Erika » en 1999.

– ‘Guillemot mazouté’ –

« J’habitais à Etel (Morbihan) à cette époque et j’ai donné un coup de pied dans une énorme boulette de fioul. Je me suis rendu compte que c’était un guillemot mazouté vivant. A partir de là, ça été un changement de vie complet », confie ce restaurateur de meubles anciens de 62 ans originaire de la région parisienne.

Il s’interrompt pour répondre à un nouvel appel. Le centre en reçoit entre 20 et 80 par jour. Au bout du fil, une femme s’inquiète: « J’ai récupéré un accenteur mouchet (une espèce d’oiseau, ndlr) des griffes de mon chat. Est-ce que cela vaut le coup que je vous l’amène? »

 

 

Après quelques questions, le soigneur lui conseille de « le mettre au chaud dans un carton avec une bouillotte et le nourrir de croquettes gonflées à l’eau à l’aide d’une pince à épiler ».

A Volée de piafs, l’activité ne désemplit pas, les volontaires venus de toute la France s’affairent pour répondre au téléphone, soigner, et nourrir les animaux en détresse.

« C’est la course », témoigne Noëlle Ahr, en service civique pour un an. La Nancéienne de 26 ans a choisi ce centre car « ils acceptent les animaux, quels qu’ils soient ». Piaillement et hululement se confondent dans cette clinique de fortune où règne un esprit de colonie de vacances.

Malgré l’enthousiasme des bénévoles, la pérennité du centre reste fragile. Faute d’argent, il a fermé ses portes en février, provoquant un élan de solidarité.

« Les gens nous envoyaient de l’argent », raconte Marie Masci, la cofondatrice. Plus de 40.000 euros seront collectés pour un budget de fonctionnement s’élevant à 160.00 euros en 2017. Sollicitées, les collectivités finiront par leur octroyer des subventions exceptionnelles.

 

 

Depuis sa réouverture il y a quelques semaines, la routine a repris à Volée des piafs. Et comme chaque début d’après-midi, un rituel s’organise: soigneurs, bénévoles et quelques particuliers se rassemblent pour le départ de l’un des pensionnaires du centre.

Un faucon crécelle, arrivé après s’être fait renverser par une voiture, est « prêt à être relâché » après 15 jours de soins. Didier Masci installe entre ses paumes le faucon. Après quelques hésitations, l’oiseau s’élance.

« Le remerciement, c’est quand il s’envole. C’est un grand plaisir à chaque fois », se réjouit le soigneur.

© 2017 AFP

 

Source : http://www.geo.fr/reportages/a-languidic-le-plus-grand-centre-de-soins-pour-animaux-sauvages-ne-desemplit-pas-174334

Catégorie Animaux

 

 

 

The Eternal Moment of Now from Shawn Reeder on Vimeo.

 

In a world filled with distractions, there’s an art to being present. More than ever we have a million different places outside of ourself to place our attention and yet when we truly tune into the present moment, we realize that’s all there ever really is, The Eternal Moment Of Now.

Website – shawnreeder.com

 

Catégorie Dans le monde ….

 

 

 

Catégorie Musique

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
  • Erica dans ACCUEILUn immense merci pour votre retour, Delphine !
  • Kochert dans L’ASSOCIATIONBonjours J ai été très sensibilisée lorsque je suis tombée par hasard sur un tableau de votre petite Iris ,je
  • CHRETIEN dans ACCUEILComment vous remercier pour cette idée magnifique ?! Car c'est grâce à des Êtres tels que vous, éveilleurs de conscience,
  • Laurence dans Michelle Brémaud – GuérisseuseBonsoir, l'adresse fb ne figure pas sur le site,est il possible de joindre tout de même Michelle Brémaud? Merci
  • gisele dans AUDE – LA FORET ENCHANTÉE DE NÉBIAS (m.à.j)tres joli site belle balade en famille mais revoir le balisage car on tourne en rond un momment
Catégories
Archives