Photographie : Dominique Houcmant

 

À l’appel de différentes associations issues de la sociétés civile, Belges, Néerlandais et Allemands se sont déplacés pour former une chaîne humaine de près de 90 kilomètres entre la centrale nucléaire de Tihange et Aix-La-Chapelle. Ayant parfois plusieurs heures de routes en train, en bus, en voiture ou en vélo derrière eux, ils sont pourtant des dizaines de milliers à s’être déplacés pour dénoncer les dangers que représente la filière nuléaire et l’irresponsabilité des politiques qui ferment les yeux sur les défauts des cuves des réacteurs nucléaires Tihange 2 et Doel 3. Nous étions sur place.

Ce dimanche 25 juin, vers 14 h 30 des dizaines de milliers de citoyen.ne.s formaient pendant une quinzaine de minute une chaîne humaine géante pour réclamer la fermeture des réacteurs nucléaires belges les plus fissurés depuis Tihange via Liège et Maastricht jusqu’à Aix-la-Chapelle. Convaincus des dangers du nucléaire, ils réclamaient une autre politique énergétique, plus soucieuse des enjeux environnementaux et des êtres humains. La chaîne était organisée conjointement par des initiatives citoyennes belges, néerlandaises et allemandes.

 

Photographie : Dominique Houcmant

 

Crédit photo : Mr Mondialisation

 

« La question du nucléaire est internationale »

La question nucléaire dépasse les frontières et les citoyen.ne.s sont prêts à le crier haut et fort. C’est peut-être l’un des principaux message de la mobilisation massive de personnes venues de différents pays pour interpeller les décideurs politiques et réclamer une transition rapide vers un autre modèle énergétique. Sur place à Liège, le long de la Meuse, nous avons pu observer le joyeux rassemblement, international et coloré. Venu depuis Cologne en train et accompagné de sa femme et de ses deux enfants, un participant se dit convaincu de « l’importance de montrer qu’il existe une dynamique citoyenne contre le nucléaire qui dépasse les frontières » .

Les ambitions du rendez-vous étaient importantes : peu avant le début de l’évènement, le porte-parole du côté Flamand de l’organisation Belge de la chaîne humaine annonçait que “cette action deviendra une des plus grandes – peut-être même la plus grande – contestations anti-nucléaires organisée en Belgique. Cette chaîne humaine internationale vise les réacteurs fissurés de Tihange 2 et Doel 3. Des personnes de différentes nationalités et de différentes régions issues du cœur de l’Europe, se tiendront par les mains (ou se relieront par des banderoles, des drapeaux, des rubans, …) pour exprimer leur résistance (au cœur même de l’Europe).”

 

 

Photographie : Dominique Houcmant

 

Fermer Tihange, organiser la transition énergétique

Outre l’arrêt des réacteurs nucléaires Tihange 2 et Doel 3, dont les cuves présentent des milliers de fissures, les participants réclamaient des investissements accélérés dans les énergies renouvelables ainsi qu’une transition socialement juste du nucléaire vers le renouvelable. Leur mobilisation sera-t-elle suffisante pour infléchir les politiques publiques ? En tous cas, les manifestants, venus en nombre, ont presque relevé le défi : seuls quelques espaces des 90 kilomètres sont restés inoccupés. Pour les organisateurs, qui revendiquent 50 000 participants, l’objectif est largement atteint.

Pour les mobilisés, il s’agissait de mettre en lumière un enjeu collectif. Stavroula, une liégeoise, est venue pour montrer qu’il est nécessaire de dépasser les intérêts individuels et de s’organiser collectivement : « les gens sont-ils prêts à sortir pour réaliser leurs idéaux ? » , interroge-t-elle. Olivier, un jeune de 30 ans vivant également à Liège, est venu pour « donner du visuel à une mobilisation citoyenne » . Il dénonce qu’à Tihange 2 et Doel 3 on « dépasse les règles européennes en matière de sécurité nucléaire » . Avec l’espoir que le mobilisation puisse servir de « moyen de pression » sur les décideurs publics, il réclame une « sortie progressive du nucléaire » . Ces arguments seront-il entendus ?

 

Crédit photo : Mr Mondialisation

Propos recueillis par l’équipe de Mr Mondialisation

Pour en savoir plus : chain-reaction-tihange.eu

Catégorie Énergie

 

 

Radio 10.2015

 

 

lien vidéo complète https://www.youtube.com/watch?v=iuwlx…

Catégorie Franck LOPVET

 

 

 

 

Geoff Lawton nous montre avec humour comment construire un potager de la manière la plus simple qu’il soit, en quelques minutes seulement.



Geoff Lawton créer votre potager en quelques… par alalumieredunouveaumonde

 

 

 

Catégorie Animaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégorie Arts Plastiques

 

 

 

Catégorie Musique

 

 

Une émission France Inter

 

 

Zoom sur un peuple qui aime réparer plutôt que d’acheter neuf, une tribu créative qui fabrique des objets et préfère utiliser ses mains plutôt que de s’en remettre à des pros.

 

Le bricolage, une passion française

 

Bonjour, ravi de vous retrouver dans GBVF !

Les bricoleurs, ces penseurs manuels, qui essaiment partout en France… Quels rapports entretiennent-ils avec le temps, avec leurs outils, avec leurs ateliers s’ils ont la chance d’en avoir un.

Coup de projecteur sur le bricolage, premier poste d’équipement de la maison, nous essaierons de comprendre pourquoi c’est devenu le loisir préféré des Français, au même titre que la cuisine…

 

Et vous, avez-vous l’âme d’un bricoleur ?

 

En compagnie de :

 

Source : https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-18-mai-2017

Catégorie Vie pratique

 

 

 

 

Catégorie Animaux

 

 

Les différences entre les plantes et les animaux semblent s’amoindrir au fur et à mesure des découvertes de la science. Nouvelle étape dans ce processus : une étude révèle que les plantes seraient elles aussi dotées d’un « cerveau » capable de gérer leur cycle de vie et de prendre différentes décisions.

 

PLUS DE 450 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION

Les plantes ont une extraordinaire évolution. Si les premières plantes terrestres sont apparues il y a plus de 450 millions d’années, les fleurs n’apparaissent qu’au Crétacé et l’herbe commence à pousser il y a 40 millions d’années. Cette longue histoire est riche en évolutions qui ont permis à certaines plantes d’acquérir des traits et des facultés incroyables. Et il se pourrait bien qu’un « cerveau » puisse faire partie de ces facultés.

 

 

DES CELLULES QUI AGISSENT COMME UN CENTRE DE DÉCISION

Une étude dirigée par l’Université de Birmingham vient en effet de révéler que certaines plantes pourraient être pourvues d’un « cerveau ». Il ne s’agit pas d’un cerveau dans le même sens que celui dont disposent les animaux mais plus d’une série de cellules qui agissent comme un centre de décision pour la plante.

Les plantes auraient donc des cellules capables de prendre des décisions concernant leur cycle de vie. Ces cellules pourraient notamment déterminer la germination (ou reprise du développement du métabolisme), un processus qui nécessite un timing parfait pour ne pas apparaitre trop tôt dans un hiver glacé et pas trop tard dans un été brûlant.

 

 

LES PLANTES ANALYSENT LEUR ENVIRONNEMENT

L’étude publiée dans le Proceedings of the National Academy of Sciences, révèle que les scientifiques ont trouvé ces cellules dans la plante appelée Arabidopsis Thaliana ou Arabette des dames. De ces observations, ils ont aussi pu constater que ce centre de commande était divisé en deux types de cellules : un groupe qui maintient les graines endormies et l’autre qui active la germination. Utilisant des hormones pour communiquer, à la manière du système nerveux avec notre cerveau, les cellules analysent les conditions environnementales et décident le meilleur moment pour débuter le processus de germination.

Partant de la conclusion que ces échanges hormonaux contrôlaient la germination, les scientifiques ont utilisé une version modifiée de l’Arabette des dames afin d’être certains que les cellules étaient bien interconnectées. De cette façon, les impulsions bio-électriques entre les cellules ont été plus visibles et l’équipe a pu voir les cellules du centre de commande communiquer entre elles.

 

 

 

UNE PLANTE CAPABLE DE SE FAIRE UNE OPINION ?

Une question se pose encore, pourquoi avoir deux types de cellules et non un seul ? Selon les chercheurs, avec ces deux groupes de cellules, les plantes pourraient avoir une « opinion » différente sur les conditions environnementales, et la germination ne débute que lors qu’un consensus est trouvé entre les deux.

« C’est comme la différence entre lire une critique d’un film 4 fois de suite et lire 4 critiques différentes avant de se décider d’aller au cinéma », ajoute Dr Iain Johnston, un bio-mathématicien impliqué dans l’étude. Si elles n’ont pas techniquement un cerveau comme ceux des animaux, les plantes agissent donc bien comme si elles en étaient pourvues. De quoi remettre encore une fois en question notre vision de ces êtres végétaux.

 

Source : http://dailygeekshow.com/decouverte-plantes-cerveau/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter_Journaliere_2017-06-09

Catégorie Végétaux

 

 

 

 

Catégorie Arts Plastiques

 

 

 

Catégorie Musique

 

 

 

Catégorie Conscience

 

POUR SOUTENIR LE SITE
LES COMMENTAIRES
  • Erica dans ACCUEILUn immense merci pour votre retour, Delphine !
  • Kochert dans L’ASSOCIATIONBonjours J ai été très sensibilisée lorsque je suis tombée par hasard sur un tableau de votre petite Iris ,je
  • CHRETIEN dans ACCUEILComment vous remercier pour cette idée magnifique ?! Car c'est grâce à des Êtres tels que vous, éveilleurs de conscience,
  • Laurence dans Michelle Brémaud – GuérisseuseBonsoir, l'adresse fb ne figure pas sur le site,est il possible de joindre tout de même Michelle Brémaud? Merci
  • gisele dans AUDE – LA FORET ENCHANTÉE DE NÉBIAS (m.à.j)tres joli site belle balade en famille mais revoir le balisage car on tourne en rond un momment
Catégories
Archives